« Fukushima mon amour »

Fukushima mon amour
Pays:Allemagne
Durée:1h44
Réalisé par:Doris Dörrie
Avec:Rosalie Thomass, Kaori Momoi, Nami Kamata,…

Du 15/03/2017 au 25/04/2017

Résumé du film

La réalisatrice allemande Doris Dörrie nous offre un film sincère et universel sur la résilience. « Fukushima mon amour » dépeint la rencontre de deux femmes, qui, bien que tout semble opposer, sont l'une comme l'autre, prisonnières de leur passé.

Après une rupture amoureuse, la jeune allemande Marie décide de changer son quotidien et de partir au Japon. A Fukushima, elle fait la connaissance de Satomi, une des dernières geishas de la ville, qui retourne vivre dans sa maison sinistrée après les évènements de 2011. Malgré leurs différences d’âges et de culture, elles se lieront d’amitié.

Commentaires

« Que faire lorsqu’on a tout perdu et que l’on doit faire face à ses vieux démons ? ». C’est la ligne directrice de cette histoire réaliste et intimiste frôlant parfois le fantastique et magnifiée par une photographie en noir et blanc intense. Doris Dörrie est une réalisatrice allemande prolifique mais encore méconnue chez nous. Depuis une trentaine d’années déjà, elle aime intégrer la culture japonaise dans ses œuvres. Tourné sur les lieux mêmes de la catastrophe nucléaire, « Fukushima mon amour » dépeint les traditions et les croyances nippones face à l’Occident. Celui-ci est ici représenté par Marie interprétée par Rosalie Thomass. C’est Koari Momoi, grande actrice au Japon, qui endosse le rôle de Satomi. Les personnages sont toujours filmés avec une grande empathie, sans aucun jugement. Ce récit, en quête de sens, a été le « Coup de cœur du public » au Festival du Film Allemand de Paris en 2016 et, la même année, a été présenté dans la catégorie Panorama à la Berlinale.

Copyright © Plaza Art

rue de Nimy, 12 - 7000 Mons - +32 (0)65 351 544

Creation site: MilkyWeb

A l'affiche aujourd'hui

Affiche
  • Bigfoot Junior

    de Ben Stassen et Jérémie Degruson

  • Bon voyage, Dimitri !

    de O. Shchukina, N. Chernysheva, M. Fadera, S. Guellaï, F. Drouet & A. Lecreux

  • Comme nos parents

    de Laís Bodanzky

  • Été 93

    de Carla Simon Pipó

  • Iqbal, l’enfant qui n’avait pas peur

    de Michel Fuzellier et Babak Payami

  • Le Caire confidentiel

    de Tarik Saleh

  • Lola Pater

    de Nadir Moknèche

  • Porto

    de Gabe Klinger

  • Song to Song

    de Terrence Mallick

  • Une femme douce

    de Sergei Loznitsa

  • Visages villages

    de Agnès Varda et JR