Archives Ecran Large sur Tableau Noir

Les archives

Ecran Large

2016 - 2017

Mimi et Lisa maternelle du 22-09-2016 au 18-10-2016
Demain secondaire du 06-10-2016 au 18-10-2016
La Fille inconnue secondaire du 06-10-2016 au 22-11-2016
Ernest et Célestine maternelle / primaire du 13-10-2016 au 28-10-2016
Le Gruffalo maternelle / primaire du 13-10-2016 au 28-10-2016
Le petit prince primaire du 13-10-2016 au 28-10-2016
Nous trois ou rien secondaire du 13-10-2016 au 25-10-2016
Pride secondaire du 13-10-2016 au 18-10-2016
Keeper secondaire du 14-10-2016 au 18-10-2016
Tout en haut du monde primaire du 18-10-2016 au 15-11-2016
I, Daniel Blake secondaire du 26-10-2016 au 17-01-2017
Adama primaire du 07-11-2016 au 29-11-2016
La Chouette, entre veille et sommeil maternelle du 07-11-2016 au 23-12-2016
Le ciel attendra secondaire du 07-11-2016 au 02-02-2017
Tour de France secondaire du 23-11-2016 au 22-01-2017
BGG - Le bon gros géant primaire du 01-12-2016 au 23-12-2016
Julius et le Père Noël maternelle / primaire du 01-12-2016 au 17-01-2017
Lilla Anna maternelle du 06-01-2017 au 24-02-2017
Sametka, la chenille qui danse maternelle du 12-01-2017 au 31-01-2017
Le voyage de Fanny primaire du 19-01-2017 au 07-02-2017
Les Malheurs de Sophie primaire du 19-01-2017 au 07-02-2017
Jamais contente secondaire du 20-01-2017 au 24-02-2017
La Route d’Istanbul secondaire du 26-01-2017 au 24-02-2017
Azur et Asmar primaire du 20-02-2017 au 24-02-2017
Chocolat secondaire du 09-03-2017 au 31-03-2017
Ma vie de courgette primaire du 09-03-2017 au 31-03-2017
Les oiseaux de passage primaire du 14-04-2017 au 26-04-2017

Mimi et Lisa

  • MATERNELLE
  • de Katarina Kerekesova
  • Slovaquie, 2015, 44, version française

Mimi et Lisa sont voisines. Elles se retrouvent tous les jours après l’école et se racontent des histoires fantastiques qui prennent vie et au cours desquelles les deux amies partagent des aventures palpitantes. Mimi est non-voyante mais cela ne l’empêche pas, bien au contraire, de prendre part à toutes ces péripéties ! D’ailleurs, sa grande maîtrise d’autres sens, comme l’ouïe, l’odorat et le toucher, lui permet de les sortir de situations plus que périlleuses et lui vaut l’admiration sans bornes de son amie Lisa.

Les six courts métrages d’animation qui composent ce programme s’intitulent: "N’aie pas peur du noir", "Adieu grisaille", "Le Jeu de cartes", "Où est passée l’ombre?", "Monsieur Vitamine" et "Le Poisson invisible". Frais et colorés, à l’esthétique soignée, ces six histoires abordent la question de la perception du monde par les cinq sens, de l’empathie mais aussi de la différence et de l’enrichissement mutuel par la mise en commun des savoirs des uns et des autres. Car en effet, qu’y aurait-il à apprendre de quelqu’un qui serait en tout point semblable à soi-même ?

Pistes Pédagogiques:
  • Les cinq sens
  • Percevoir son environnement
  • L’amitié
  • Inventer des histoires
  • Se mettre à la place de…
  • 3 à 6 ans
  • Du 22-09-2016 au 18-10-2016
  • Dossier disponible en octobre



[Retour en haut de la page]



Demain

  • SECONDAIRE
  • de Cyril Dion et Mélanie Laurent
  • France, 2015, 118

"Demain" est un documentaire qui part d’un constat alarmant publié dans la célèbre revue "Nature" par un groupe de 21 scientifiques sur la fin possible de notre humanité, à cause du réchauffement climatique, de la destruction des ressources et de la surpopulation. Face à cette annonce inquiétante, les auteurs n’ont pas voulu cependant se résigner et sont partis à la recherche à travers le monde de solutions innovantes pour répondre au défi du réchauffement climatique et de ses conséquences destructrices.

Ce film optimiste, fruit de toutes leurs recherches, comprend cinq grands chapitres consacrés à l’agriculture, à l’énergie, à l’économie, à la démocratie et à l’éducation. Une telle articulation reflète un point de vue original sur les interactions qui existent entre problèmes sociaux, économiques et écologiques, les uns ne pouvant trouver de solution sans que les autres soient également pris en considération. En tentant de répondre aux grands défis de demain à travers de multiples initiatives citoyennes, ce documentaire a d’ores et déjà rencontré un succès phénoménal, notamment auprès d’un jeune public à la fois conscient des enjeux et lassé du fatalisme ambiant.

Pistes Pédagogiques:
  • Le réchauffement climatique
  • Les grands défis de demain
  • Solutions proposées : limites et pertinence
  • A partir de 14 ans
  • Du 06-10-2016 au 18-10-2016
  • Dossier disponible



[Retour en haut de la page]



La Fille inconnue

  • SECONDAIRE
  • de Jean-Pierre et Luc Dardenne
  • Belgique, 2016, 106

Dans la région liégeoise, Jenny Davin, jeune médecin généraliste, n’ouvre pas, une heure après la fermeture de son cabinet, à un patient retardataire. Le lendemain, elle apprend qu’il s’agissait d’une jeune fille qui a été ensuite agressée et tuée. Mais l’identité de la victime reste inconnue. Cette annonce perturbe manifestement Jenny qui commence à enquêter pour retrouver le nom de la jeune femme ainsi que sa famille éventuelle.

La grande force du cinéma des frères Dardenne est d’incarner ces interrogations existentielles dans des personnages ordinaires, particulièrement crédibles dans leurs gestes, leurs attitudes et leurs manières d’être. La figure du médecin qui soigne toutes les personnes quelle que soit leur origine ou leur condition (incarnée magnifiquement par Adèle Haenel vue dans "Les Combattants") permet en particulier de mettre en scène avec une grande vérité différentes figures de l’humaine condition, confrontées à leur responsabilité éthique.

Pistes Pédagogiques:
  • Médecin généraliste, médecin du peuple ?
  • La responsabilité morale, limites et conditions
  • La banalisation du mal
  • A partir de 15 ans
  • Du 06-10-2016 au 22-11-2016
  • Dossier disponible en octobre



[Retour en haut de la page]



Ernest et Célestine

  • MATERNELLE/PRIMAIRE
  • de Benjamin Renner, Stéphane Aubier et Vincent Patar
  • France/Belgique/Luxembourg, 2012, 80

Dans le monde conventionnel des ours, il est mal vu de se lier d’amitié avec une souris. Et pourtant, Ernest, gros ours marginal, clown et musicien, va accueillir chez lui la petite Célestine, une orpheline qui a fui le monde souterrain des rongeurs. Ces deux solitaires vont se soutenir et se réconforter, et bousculer ainsi l’ordre établi.

En respectant l’esprit de l’œuvre originale, le génial Daniel Pennac raconte la rencontre de la souris Célestine et de l’ours Ernest que, dans un monde où les préjugés ont la dent dure, rien ne prédestinait à devenir amis. Un authentique petit bijou de cinéma !

Pistes Pédagogiques:
  • L’amitié
  • Les préjugés et l’intolérance
  • Des héros, du livre au cinéma
  • Du 13-10-2016 au 28-10-2016
  • Dossier disponible



[Retour en haut de la page]



Le Gruffalo

  • MATERNELLE/PRIMAIRE
  • de Hélène Tragesser, Vanda Raymanova, Claudia Röthlin, Jakob Schuh et Max Lang
  • Allemagne/ Slovaquie/ GB, 2008-2009, 46, version française

Une petite souris, à la recherche d’une noisette à grignoter, fait trois dangereuses rencontres dans la forêt : d’abord un renard, ensuite un hibou et puis un serpent. Tous trois veulent la croquer ! Pour leur échapper, elle utilise son imagination, qu’elle a plutôt fertile : elle s’invente un rendez-vous avec un gruffalo terrifiant !

Créée par Julia Donaldson et illustrée par Axel Scheffler, l’histoire du Gruffalo a d’abord été un grand succès de la littérature jeune public avant d’être adaptée de façon particulièrement réussie au cinéma. "Le Gruffalo" est précédé de trois courts métrages d’animation qui abordent avec humour, poésie et malice des thèmes variés comme la peur de l’inconnu, l’imagination, l’amitié ou la confiance en soi.

Pistes Pédagogiques:
  • imagination et réalité
  • la confiance en soi
  • la forêt
  • De 4 à 7 ans
  • Du 13-10-2016 au 28-10-2016
  • Dossier disponible



[Retour en haut de la page]



Le petit prince

  • PRIMAIRE
  • de Mark Osborne
  • France, 2015, 108

Dans une ville impersonnelle, une petite fille très sage passe des vacances studieuses pour réussir à la rentrée le très difficile concours d’entrée d'une prestigieuse académie. Sa maman obsédée par la réussite scolaire la coache et planifie son emploi du temps minute par minute… Mais, dans ce quartier complètement uniforme, il y a une maison et un vieil aviateur singulièrement excentriques. Bien sûr, la petite fille, d’abord réticente, va aller à la rencontre de cet étrange voisin et découvrir grâce à lui un univers insoupçonné, magique et poétique, celui du Petit Prince de Saint-Exupéry...

Ainsi, Mark Osborne enchâsse l’histoire du Petit Prince dans un contexte contemporain, sinon légèrement futuriste, qui donne une résonance nouvelle à la leçon intemporelle du conte : « Je crois que ce monde est devenu trop adulte ». Cela permet également au réalisateur de conjuguer le conte allégorique de Saint-Exupéry à une intrigue riche en rebondissements.

Pistes Pédagogiques:
  • Le petit prince : allégorie et leçon de vie
  • Le monde d’aujourd’hui : qu’est devenu le petit prince
  • Une place pour l'imaginaire
  • De 7 à 11 ans
  • Du 13-10-2016 au 28-10-2016



[Retour en haut de la page]



Nous trois ou rien

  • SECONDAIRE
  • de Kheiron
  • France, 2015, 95

Iran, fin des années ’60. Fraîchement diplômé en droit, Hibat est incarcéré dans les prisons du Shah pour avoir manifesté un peu trop ouvertement son hostilité au régime. Il est libéré lorsqu’arrive au pouvoir l’Ayatollah Khomeiny mais, rapidement, il est également persécuté par le nouveau régime qui instaure lui aussi une dictature. Alors, au prix de mille dangers, Hibat et son épouse s’enfuient par les montagnes à destination de la France, une terre promise qui n’aura rien, pour eux, d’un Eldorado...

Très bonne surprise que ce premier long métrage de l’humoriste Kheiron, formé au Jamel Comedy Club. Le réalisateur s’est largement inspiré de son histoire familiale pour nous replonger dans le drame iranien et nous raconter sur un ton optimiste et plein d’humour une intégration en France, dans une banlieue particulièrement pourrie, qui ne fut pas tous les jours facile. Il arrive à rendre tous ses personnages attachants, mais aussi émouvants, dans un récit fluide qui mélange habilement grande et petite histoire. Voilà un film revigorant, qui rappelle au passage qu’être migrant est rarement un choix et que, d’où qu’ils viennent, ceux qui fuient une situation de crise ont beaucoup à apporter aux pays où ils s’installent.

Animations avec Amnesty International

Pistes Pédagogiques:
  • être migrant: un choix?
  • l'immigration et intégration
  • l'histoire de l'Iran
  • un sujet grave sur le ton de l'humour
  • Du 13-10-2016 au 25-10-2016



[Retour en haut de la page]



Pride

  • SECONDAIRE
  • de Matthew Warchus
  • Grande-Bretagne, 2014, 117, version française

Sous l’ère thatchérienne, un groupe d’activistes gays et lesbiennes décide d’apporter une contribution financière aux mineurs du Pays de Galles en grève contre la fermeture programmée de leur outil de travail. Mais, dans le milieu ouvrier, les réticences sont grandes face à l’aide pourtant généreuse d’un tel groupe, et, du côté homosexuel, beaucoup doutent d’être bien accueillis dans un milieu réputé machiste…

Dans la veine de "The full monty" et "Billy Elliot", ce scénario chaleureux est basé sur l’histoire vraie de militants homosexuels londoniens qui ont effectivement réussi à mobiliser des énergies multiples pour soutenir les mineurs grévistes. Alors que la crise économique fait à nouveau des ravages, "Pride" rappelle l’incroyable casse sociale qu’a provoquée la politique thatchérienne, tout en soulignant que la lutte contre l’homophobie est toujours d’actualité.

Pistes Pédagogiques:
  • L’ère thatchérienne en Grande-Bretagne
  • Les mouvements gays et lesbiens
  • Les luttes sociales : histoire et légitimité
  • A partir de 14 ans
  • Du 13-10-2016 au 18-10-2016
  • Dossier disponible



[Retour en haut de la page]



Keeper

  • SECONDAIRE
  • de Guillaume Senez
  • Belgique/France, 2016, 91, VO sous-titrée

Mélanie et Maxime, 15 ans, sont amoureux et vivent dans l’insouciance. Très vite cependant, les adolescents découvrent que Mélanie est enceinte. Se pose alors la question de ce qui va arriver, de comment l’annoncer aux parents, de ce qu’il faut faire… Max voudrait garder l’enfant mais Mélanie, elle, hésite. Le temps passe et il devient de plus en plus difficile pour les jeunes gens de supporter la pression engendrée par un si lourd secret....

C’est avec beaucoup de simplicité, de justesse, d’authenticité et d’émotion que "Keeper" explore le thème de la grossesse adolescente. L’originalité du film tient plus particulièrement au fait que la thématique est abordée du point de vue masculin, à travers le regard idéaliste de Maxime, un adolescent pas forcément conscient des contraintes et responsabilités inhérentes à l’éducation d’un jeune enfant. Tout cet optimisme un peu béat se heurte dans le film à la lucidité crue de la mère de Mélanie, elle-même confrontée dans sa jeunesse à une grossesse non désirée, puis à la dure réalité d’un enfant à élever seule. Mais, au-delà des thèmes de la grossesse et de la maternité précoces, le film apparaît comme un excellent outil pour sensibiliser le jeune public aux enjeux que pointe le film en matière de choix

Pistes Pédagogiques:
  • Grossesse, maternité et paternité adolescentes
  • Choix d’avenir à l’adolescence
  • Relations parents/enfants
  • La mise en scène cinématographique
  • A partir de 15 ans
  • Du 14-10-2016 au 18-10-2016
  • Dossier disponible



[Retour en haut de la page]



Tout en haut du monde

  • PRIMAIRE
  • de Rémi Chayé
  • France, 2015, 80

Saint-Pétersbourg en 1892. Sasha est une jeune fille de l’aristocratie, très attachée son grand-père, l’explorateur Oloukine. Malheureusement, celui-ci a disparu lors de son dernier voyage vers le Pôle Nord. Son bateau, prétendument insubmersible, n’a jamais été retrouvé. Sasha décide de partir seule à sa recherche...

Le réalisateur, Rémi Chayé, a travaillé sur "Kerity, la maison des contes" et "Le Tableau". C’est dire l’expérience qu’il a en cinéma d’animation. "Tout en haut du monde" est son premier film personnel et il y fait preuve d’une maîtrise remarquable : le graphisme est impeccable ; le scénario, très solide, ne cède jamais à la facilité ; tous les personnages, y compris les seconds rôles, sont très bien définis. Un grand film d’aventure, qui rappelle notamment les œuvres de Jules Verne ou Jack London.

Pistes Pédagogiques:
  • Pistes pédagogiques
  • Les grands explorateurs
  • Le Pôle Nord et l’Arctique
  • La Russie des Tsars
  • De 7 à 12 ans
  • Du 18-10-2016 au 15-11-2016
  • Dossier disponible



[Retour en haut de la page]



I, Daniel Blake

  • SECONDAIRE
  • de Ken Loach
  • Grande-Bretagne, 2016, 100, VO sous-titrée

Palme d’or au Festival de Cannes 2016


Daniel Blake, menuisier de 59 ans est contraint par son médecin d’arrêter de travailler après une attaque cardiaque et se voit obligé de recourir à l’aide sociale. Mais l’administration britannique fait appel désormais à des firmes privées pour contrôler les chômeurs, et, au terme d’un interrogatoire impersonnel, Daniel se voit refuser toute allocation à moins qu’il ne s’inscrive au chômage et se mette en quête d’un emploi improbable. S’il peut contester cette décision, l’appel sera long et ne le mettra pas à l’abri des sanctions. Il plonge bientôt dans un univers administratif kafkaïen qui le contraint à des démarches absurdes tout en le traitant de manière déshumanisée et méprisante. Lors d’un rendez-vous absurde dans un « jobcenter », il rencontre Katie, une mère célibataire contrainte de loger à Newcastle à des centaines de sa ville natale pour pouvoir bénéficier d’un logement social… Il vient alors en aide à cette jeune femme encore plus démunie que lui.

À 80 ans, le cinéaste britannique Ken Loach n’a rien perdu de sa fougue ni de sa révolte face à l’injustice qui frappe les plus faibles et les plus démunis. Avec l’aide de son scénariste Paul Laverty, il signe un film dynamique où il démonte les mécanismes d’une politique de chasse aux chômeurs que l’on essaie de décourager puis d’exclure par des mesures administratives absurdes et tatillonnes.

Pistes Pédagogiques:
  • Néolibéralisme et politiques sociales
  • La privatisation des services publics
  • Les mécanismes de l’exclusion sociale
  • Égalité, injustice, domination…
  • A partir de 14 ans
  • Du 26-10-2016 au 17-01-2017
  • Dossier disponible en decembre



[Retour en haut de la page]



Adama

  • PRIMAIRE
  • de Simon Rouby
  • France, 2015, 80

Adama, un jeune garçon de douze ans, vit dans un petit village sénégalais protégé du monde extérieur par de hautes falaises qu’il est interdit de franchir. Mais Samba, son frère aîné, va pourtant désobéir aux Anciens et disparaître dans le « Monde des Souffles ». Bien décidé à le ramener coûte que coûte au village où la récolte va bientôt commencer, Adama se lance alors sur les traces de son frère, prêt à affronter pour cela les dangereux Nassaras qui ont « acheté son âme » pour quelques pièces d’or. Sa quête, longue et difficile, le mènera à Verdun sur les lignes de front de la Première guerre mondiale qui ravage alors l’Europe...

Cette histoire poignante montrée avec beaucoup de simplicité et de force visuelle revient sur une page importante de l’histoire mondiale. Prenant sa source au cœur d’un univers traditionnel façonné par les croyances, les rites et les présages, le récit change petit à petit de registre narratif et graphique au fil de la progression d’Adama pour offrir une représentation de la réalité des champs de batailles qu’on pourrait presque qualifier d’expressionniste, bien qu’elle laisse habilement hors-champ toute la violence et la cruauté des combats. Qu’elle soit idyllique, fantastique, intrigante ou angoissante, la perception du monde qui nous est offerte passe toujours par le regard de cet enfant naïf qui cherche à donner du sens aux événements et qui découvrent que les Nassaras - un terme utilisé pour désigner les Blancs en langue Moré, essentiellement parlée au Burkina Faso- désignent en réalité les Français venus recruter des soldats pour la guerre.

Pistes Pédagogiques:
  • La Première Guerre mondiale
  • Les contingents africains engagés dans le conflit
  • Le parcours initiatique d’Adama
  • La société traditionnelle africaine
  • De 10 à 13 ans
  • Du 07-11-2016 au 29-11-2016
  • Dossier disponible en octobre



[Retour en haut de la page]



La Chouette, entre veille et sommeil

  • MATERNELLE
  • de Frits Standaert, Clémentine Robach, Samuel Guénolé et Pascale Hecquet
  • France/Belgique, 2016, 40

Par une nuit de pleine lune, une chouette se pose sur une branche et s’adresse aux petits spectateurs en se présentant comme une voyageuse qui collecte le soir aux fenêtres des maisons, les histoires que les parents racontent à leurs enfants. Cette narratrice un peu particulière annonce qu’elle va maintenant leur présenter tous ces récits sous forme de «courts métrages». À travers cinq historiettes pleines d’humour, la chouette instaure ainsi une belle relation de complicité avec les tout petits pour leur faire vivre des aventures toutes plus loufoques les unes que les autres : celles d’un petit garçon qui voit s’accumuler dans sa chambre les moutons qu’il est en train de compter pour s’endormir ; d’un autre qui se retrouve aux prises avec les vêtements qu’il doit enfiler le matin au saut du lit, celles encore d’une fillette à la recherche d’un abri pour les animaux en proie au froid de l’hiver, ou d’un jeune lapin qui voit s’enfuir dans la forêt la délicieuse galette que sa maman lui a préparée pour le goûter, tout cela sans compter le génie des habitants d’une petite ville en proie à la famine, qui vont s’y mettre tous ensemble pour préparer une excellente soupe au caillou qui va rassasier tout le monde !
En traitant de thèmes qui se trouvent au cœur des préoccupations enfantines — les rites du lever, du coucher, les repas, les sensations de faim et de froid…, ce programme explore avec beaucoup de fantaisie et de légèreté l’univers quotidien des tout petits dans ses dimensions réalistes mais aussi poétiques, imaginaires et multi-émotionnelles.

Pistes Pédagogiques:
  • Les rituels quotidiens : le lever, le coucher, les repasLe mondes des sensations : le froid, la faim, la peur
  • La chouette : le personnage du narrateur
  • Monde réel / monde imaginaire
  • De 3 à 6 ans
  • Du 07-11-2016 au 23-12-2016
  • Dossier disponible en novembre



[Retour en haut de la page]



Le ciel attendra

  • SECONDAIRE
  • de Marie-Castille Mention-Schaar
  • France, 2016, 105

Mélanie, adolescente de seize ans, cherche un sens à sa vie et au monde en général alors que les jeunes de son âge lui semblent superficiels et inintéressants. Sa mère qui l’élève seule à Créteil en banlieue parisienne est peu présente et Mélanie entre en contact sur les réseaux sociaux avec un «Prince» qui répond à ses questions existentielles et l’initie aux valeurs de l’Islam. Mais c’est en réalité la première étape d’une radicalisation destinée à lui faire rejoindre les rangs de Daesh.

Parallèlement à ce processus d’endoctrinement, le film montre le destin de Sonia, une jeune convertie qui a été arrêtée au moment de franchir la frontière pour partir en Syrie. Confiée à surveillance de ses parents abasourdis de cette découverte, elle leur révèle un fanatisme extrême, sa croyance aussi naïve que sincère à la nécessité de faire la guerre et de mourir en martyre pour gagner le paradis. Avec l’aide d’éducateurs spécialisés, elle fera pourtant le chemin inverse de celui de Mélanie, celui d’une lente «déradicalisation » jusqu’à ce qu’elle puisse échapper à cette spirale infernale et reconstruire sa vie.
L’habileté du scénario, par la réalisatrice des "Héritiers", réside dans ce portrait croisé qui révèle les fins mécanismes d’un endoctrinement qui peut sembler incompréhensible vu de l’extérieur. En cela, le film dépasse la question de l’islamisme et concerne tous les jeunes sensibles à de grands idéaux qui peuvent se révéler de véritables pièges aux mains de manipulateurs habiles.

Pistes Pédagogiques:
  • L’islamisme
  • L’État Islamique et la guerre civile en Syrie
  • Endoctrinement et radicalisation : quels mécanismes ?
  • « Le choc des civilisations » : comprendre l’autre
  • A partir de 15 ans
  • Du 07-11-2016 au 02-02-2017
  • Dossier disponible en novembre

[Retour en haut de la page]



Tour de France

  • SECONDAIRE
  • de Rachid Djaïdani
  • France, 2016, 95

"Tour de France", avec son joli titre aux sens multiples, met en scène la rencontre d’un jeune rappeur, Far’Hook, obligé de quitter la capitale à cause d’une embrouille avec des « collègues », et d’un tout petit entrepreneur incarné par l’énorme Gérard Depardieu, qui, privé de permis de conduire, est obligé de faire appel à un chauffeur plus ou moins bénévole pour un étrange périple des ports de France : aussi grossier que détestable, cet homme qui vit dans un coron du Nord à l’abandon, veut en effet reproduire à l’identique les peintures que Joseph Vernet a fait de ces mêmes lieux suite à une commande du roi Louis XV !
Cette odyssée improbable de Dieppe à Marseille débutera bien sûr de façon conflictuelle entre le rappeur, fils de l’immigration, porteur des revendications d’une génération exclue, et un vieil homme aigri, plein de ressentiment, imprégné par l’amertume des combats populaires perdus. Loin d’être convenue, cette rencontre permet de poser de vraies questions sur la France d’aujourd’hui, sa difficulté à intégrer de nouvelles générations comme la violence avec laquelle elle traite ses anciennes populations ouvrières.

Peu à peu, des liens vont se tisser entre les deux hommes grâce à la sincérité de l’un et de l’autre, incarnés par un Gérard Depardieu qui échappe au piège de sa propre caricature, et par Sadek, lui-même rappeur de la nouvelle génération de la banlieue parisienne. Le jeune cinéaste Rachid Djaïdini refuse en effet tout cynisme comme toute ironie à l’égard de ses personnages, même si le film est parsemé de touches d’humour.

Pistes Pédagogiques:
  • La société française d’aujourd’hui, conflits et divisions
  • Le « vivre ensemble » ?
  • Le malentendu des générations
  • Culture classique / culture « jeune »
  • A partir de 13 ans
  • Du 23-11-2016 au 22-01-2017
  • Dossier disponible en janvier

[Retour en haut de la page]



BGG - Le bon gros géant

  • PRIMAIRE
  • de Steven Spielberg
  • USA, 2016, 117

Le Bon Gros Géant ne ressemble pas du tout aux autres habitants du Pays des Géants. Il mesure plus de 7 mètres de haut et possède de grandes oreilles et un odorat très fin. Il n’est pas très malin mais tout à fait adorable et assez secret. Les géants comme le Buveur de sang et l’Avaleur de chair fraîche, sont deux fois plus grands que lui et aux moins deux fois plus effrayants et, en plus, ils mangent les humains. Le BGG, lui, préfère les schnockombres et la frambouille. À son arrivée au Pays des Géants, la petite Sophie, une enfant précoce de 10 ans qui habite Londres, a d’abord peur de ce mystérieux géant qui l’a emmenée dans sa grotte, mais elle va vite se rendre compte qu’il est très gentil...

"Charlie et la chocolaterie", "Matilda", "Fantastic Mr Fox"... on ne compte plus le nombre de livres de Roadl Dahl adaptés au cinéma. Et pour cause: ses personnages hauts en couleur, avec les faibles qui triomphent des forts, en font des héros idéaux pour le grand écran, ses univers décalés donnent lieu à des spectacles magiques et riches en effet spéciaux à côté desquels Spielberg en personne ne pouvait passer.

Le film sera projeté en v.o. angl. ss-titrée du 16 au 21 mars

Pistes Pédagogiques:
  • Livre et adaptation cinématographique
  • L'univers de Roald Dahl
  • Ogres, géant et autres personnages de contes
  • De 10 à 13 ans
  • Du 01-12-2016 au 23-12-2016



[Retour en haut de la page]



Julius et le Père Noël

  • MATERNELLE/PRIMAIRE
  • de Jacob Ley
  • Danemark, 2016, 75, version française

Julius est un orphelin de huit ans qui rêve de se retrouver en famille surtout au moment des fêtes de fin d’année. Comme beaucoup d’enfants, il est fasciné par le Père Noël, par son univers magique, enchanté et scintillant. Mais d’autres pensionnaires de l’orphelinat prétendent que le Père Noël n’existe pas. Julius pourtant est persuadé du contraire… Un jour, il va pénétrer dans l’univers fantastique du Père Noël grâce à une boîte magique. Mais là, il va découvrir que ce dernier a disparu, enlevé ou séquestré par un être malfaisant qui a toutes les apparences du Père fouettard. Et ce dernier n’a pas du tout l’intention de faire de beaux cadeaux aux enfants. Julius se retrouve investi d’une mission importante : retrouver coûte que coûte le Père Noël ! C’est le début d’une grande aventure pleine de surprises et de rebondissements.

Les studios d’animation danois ont acquis en quelques années un savoir-faire important et proposent des œuvres au ton nouveau, souvent teinté de fantastique (comme dans "L’Ours montagne" ou "À la poursuite du Roi Plumes"). Cette fois, c’est l’ambiance de Noël avec sa féerie et ses décors enneigés qui sont mis à l’honneur avec l’histoire de ce petit orphelin qui touchera tous les enfants et les emmènera dans une aventure palpitante.

Pistes Pédagogiques:
  • Un conte de Noël
  • Quelques pas dans le fantastique
  • Un univers merveilleux
  • Les techniques du cinéma d’animation
  • De 5 à 9 ans
  • Du 01-12-2016 au 17-01-2017
  • Dossier disponible en janvier

[Retour en haut de la page]



Lilla Anna

  • MATERNELLE
  • de Per Ahlin, Lasse Persson et Alicja Björk
  • Suède, 2015, 47, version française

Petite Anna est une fillette minuscule qui vit à la campagne avec ses parents. Ce qu’elle aime par dessus tout, c’est passer du temps avec Grand Oncle, un homme vraiment très très grand qui sait pourtant se mettre à sa hauteur pour rendre leurs aventures plus palpitantes et drôles les unes que les autres.

A travers les six historiettes qui composent le programme, elle entraîne ainsi tour à tour son ami à porter des secours à des gens… qui n’ont pas besoin d’aide, à jouer au bébé et à la maman dans une cabane perchée en haut d’un arbre, à vider une remise pleine de vieilles choses cassées, à trouver les ingrédients nécessaires à la confection d’un gâteau, à pêcher au bord d’un lac ou encore, à slalomer entre les sapins de la forêt couverte de neige.

  • A partir de 2,5 ans
  • Du 06-01-2017 au 24-02-2017



[Retour en haut de la page]



Sametka, la chenille qui danse

  • MATERNELLE
  • de Zdenek Miler et Fyodor Khitruk
  • République tchèque/Russie, 1976, 39, version française

"Sametka la chenille qui danse", du réalisateur tchèque Zdenek Miler bien connu pour avoir créé le personnage de la Petite Taupe dont les aventures apparaissent dans une cinquantaine de courts métrages animés, est précédé ici des "Vacances du lion Boniface", un court métrage russe d’une facture assez semblable, à la fois charmante et désuète. Ces histoires destinées aux tout petits de l’enseignement maternel présentent le point commun de mettre toutes les deux en scène le monde du spectacle à travers le destin de deux animaux aux talents peu communs. Si la musique et la danse sont à l’honneur dans "Sametka", ce sont plusieurs arts du cirque que nous fait découvrir le personnage Boniface, tour à tour clown, jongleur, acrobate, funambule ou magicien pour les spectateurs du cirque où il travaille puis pour les enfants qu’il croise lors de ses vacances au pays.

Ce programme représente par conséquent une belle occasion de plonger avec les petits dans l’univers divertissant du spectacle et des émotions diverses qu’il procure. En suivant le parcours du lion pour se rendre en Afrique ou les tournées de la chenille à travers le monde, le programme invite par ailleurs les enfants à élargir leur horizon à des cultures et paysages variés. Quant à la chenille du titre, amenée à disparaître un beau jour pour renaître un peu plus tard sous l’apparence d’un magnifique papillon, elle sollicite d’emblée une approche « scientifique » qui pourra prendre appui sur quelques particularités observées dans le court métrage. Enfin le graphisme des courts métrages, réalisés respectivement en 1965 et 1976, reflète une facture artisanale éloignée de celle obtenue par les techniques d’animation actuelles. C’est donc aussi l’occasion d’explorer cette dimension artistique avec les enfants en revenant sur les images du film.

Pistes Pédagogiques:
  • L’univers du cirque : artistes et numéros
  • Le monde du showbiz
  • De la chenille au papillon
  • Voyage en Afrique
  • De 3 à 6 ans
  • Du 12-01-2017 au 31-01-2017
  • Dossier disponible en octobre



[Retour en haut de la page]



Le voyage de Fanny

  • PRIMAIRE
  • de Lola Doillon
  • France, 2016, 95

France, 1943. C’est la guerre et une partie du pays est occupée. Fanny et ses deux petites sœurs vivent avec d’autres enfants dans une sorte de pension. C’est une mesure de protection que leurs parents ont prise, parce qu’ils sont juifs. Mais le danger se rapproche et il faut fuir, tenter de gagner la Suisse. Un groupe d’enfants est constitué qui prend la route avec un adulte. Mais les enfants se retrouvent bientôt seuls et c’est Fanny, l’aînée, qui doit assurer la cohésion et la sauvegarde du petit groupe. Une responsabilité bien grande pour une adolescente de 13 ans, qui, heureusement, a la tête dure et les pieds sur terre. C’est un voyage à l’issue incertaine qui commence, marqué par la faim, la peur, la traque.

Tiré de l’histoire réelle de Fanny Ben-Ami, le film de Lola Doillon retrace à hauteur d’enfant une page d’Histoire terrifiante. Heureusement, l’horreur reste en arrière-plan et le film séduit aussi par son observation de l’enfance, d’où resurgissent toujours la joie de jouer et l’innocence. Le voyage de Fanny est un film d’ « aventures historiques », dont les enfants sont les véritables héros : fragiles, mais courageux et libres.

Pistes Pédagogiques:
  • La Deuxième Guerre mondiale et la persécution des Juifs
  • Enfants seuls, enfants libres ?
  • Les Justes qui ont sauvé des enfants
  • Quel âge pour quelle responsabilité ?
  • A partir de 9 ans
  • Du 19-01-2017 au 07-02-2017
  • Dossier disponible en fevrier



[Retour en haut de la page]



Les Malheurs de Sophie

  • PRIMAIRE
  • de Christophe Honoré
  • France, 2016, 106

Dans le grand château où elle vit avec sa mère Madame de Réan, Sophie ne peut résister à la tentation de faire toutes sortes de bêtises, dans lesquelles elle aime entraîner son cousin Paul et ses amies Camille et Madeleine, bien plus sages et moins dégourdies qu’elle. Qui ne se souvient ici du triste sort qu’elle réservera à la poupée offerte par son père, aux poissons rouges, au petit écureuil ? Un jour, la famille part s’installer en Amérique, là où, quelques mois plus tard seulement, le destin de Sophie bascule. Suite aux décès successifs de ses parents, c’est en effet sous la férule de Madame Fichini (une Muriel Robin en grande forme), sa terrifiante belle-mère, qu’elle revient en France.

Le film de Christophe Honoré se présente comme une adaptation libre de deux romans-phares de la comtesse de Ségur, "Les Malheurs de Sophie" et "Les petites Filles modèles". Prenant vie au cœur de la France rurale du Second Empire, les fillettes qui hantent aujourd’hui encore l’imaginaire enfantin évoluent avec beaucoup de naturel, d’allégresse et une sincérité étonnante. Une telle authenticité de jeu, d’autant plus remarquable qu’elle parvient à nous faire oublier l’aspect précieux et daté des manières aristocratiques de l’époque, rend leurs mésaventures à la fois crédibles et modernes. À ce titre, les jeunes héroïnes et le cousin Paul ne manqueront pas de susciter chez les jeunes spectateurs une empathie propice à une réflexion autour de valeurs morales comme le bien et le mal, la vérité et le mensonge…

Pistes Pédagogiques:
  • Le monde de l’enfance
  • La société du19e siècle
  • Un grand classique
  • Conte moral ou conte sadique ?
  • De 6 à 10 ans
  • Du 19-01-2017 au 07-02-2017
  • Dossier disponible en decembre



[Retour en haut de la page]



Jamais contente

  • SECONDAIRE
  • de Émilie Deleuze
  • France, 2015, 90

"Jamais contente" met en scène Aurore, toute jeune ado de 13 ans au caractère bien trempé ! Que ce soit à la maison ou à l’école, elle ne manque jamais de faire entendre son avis, et tant pis s’il fait mal aux oreilles ! Alors qu’elle redouble sa deuxième année de lycée, elle s’ennuie ostensiblement à l’école et rapporte à la maison des notes toujours aussi catastrophiques. Ses parents désespérés fondent dès lors tous leurs espoirs sur leur cadette, parfaite petite fille modèle. Aurore va heureusement se trouver une nouvelle voie et un talent qu’elle ne se soupçonnait pas en devenant chanteuse dans un groupe de rock ! Au même moment, un nouveau prof de français la réconcilie avec la littérature en lui ouvrant la porte de la poésie contemporaine. Peu à peu, notre (très) jeune rebelle va s’ouvrir aux autres, à sa famille, prendre confiance en elle, tout en conservant piquant et rage de vivre.

Le côté « bulldozer » d’Aurore ne manquera pas d’amuser les jeunes spectateurs. Son personnage exprime par ailleurs toute une palette d’émotions vives et de ressentis pas toujours très agréables auxquels tout adolescent fait face un jour ou l’autre et dans lesquels les élèves se reconnaîtront sans doute : manque de confiance en soi, complexes en tout genre, sensation d’être exclu ou différent, colère… La vision du film permettra ainsi une mise à distance de ces émotions et ouvrira sans doute le débat sur ces questions qui touchent les adolescents au quotidien.

Pistes Pédagogiques:
  • C’est quoi « grandir » ?
  • Être un « bon » ou un « mauvais » élève
  • Trouver sa voie et sa place dans le monde
  • Les relations familiales
  • De 12 à 15 ans
  • Du 20-01-2017 au 24-02-2017
  • Dossier disponible en fevrier



[Retour en haut de la page]



La Route d’Istanbul

  • SECONDAIRE
  • de Rachid Bouchareb
  • France, 2016, 97

Élisabeth, une infirmière d’une quarantaine d’années, vit seule avec sa fille Élodie dans une maison isolée située au bord d’un lac, quelque part en Wallonie. Sans que sa mère s’en aperçoive, la jeune fille de 18 ans trouve peu à peu sa voie dans la religion au contact d’un jeune islamiste. Son amie assiste, impuissante, au changement de comportement d’Élodie, qui se coupe progressivement de son entourage et se met à délaisser ses activités extrascolaires. Lorsque l’adolescente annonce à sa mère qu’elle va passer le week-end chez sa copine, celle-ci ne se doute pas un instant qu’elle ne la reverra plus avant longtemps. C’est finalement la police qui lui apprendra la terrible vérité : convertie à l’Islam, sa fille est en route pour la Syrie avec son compagnon, probablement du côté de la frontière turque. Sous le choc, Élisabeth tente alors de joindre Élodie par Skype pour la dissuader mais en vain : coiffée d’un hijab noir, celle-ci est bien déterminée à rester avec ses « sœurs » et « ses frères ». Envers et contre tous, elle décide donc de partir sur ses traces pour rétablir le contact avec sa fille qu’elle ne reconnaît plus…

Pour évoquer la question de la radicalisation, Rachid Bouchareb a choisi de privilégier le point de vue d’une mère désemparée face au choix inexpliqué de sa fille plutôt que de s’attacher à comprendre ce qui pousse les jeunes djihadistes à la radicalisation. Rempli d’obstacles et de tensions, le parcours d’Élisabeth vers la frontière syrienne est donc avant tout une histoire d’amour, qui prend aussi la forme d’une rencontre difficile et complexe entre l’Occident et le monde musulman.

Pistes Pédagogiques:
  • Les motivations et la quête d’Élodie
  • Le parcours d’Élisabeth
  • Le phénomène de la radicalisation : une approche sociologique
  • Quelles mesures de prévention ?
  • A partir de 15 ans
  • Du 26-01-2017 au 24-02-2017
  • Dossier disponible en fevrier



[Retour en haut de la page]



Azur et Asmar

  • PRIMAIRE
  • de Michel Ocelot
  • France, 2006, 90

Il y a bien longtemps, deux jeunes enfants étaient bercés par la même femme d'origine arabe. Azur, blond aux yeux bleus, était le fils du châtelain, tandis qu'Asmar, brun aux yeux noirs, était le fils de la nourrice. Elevés comme deux frères, les enfants sont séparés brutalement. Mais Azur, marqué par la légende de la Fée des Djinns que lui racontait sa nourrice, n'aura de cesse de la retrouver au-delà des mers...

Michel Ocelot, le papa de "Kirikou", nous offre un conte original et superbement mis en scène. On y retrouve également cette touche d'humanisme propre à ce maître de l'animation qui ne se contente pas de faire de superbes dessins mais nous invite également à partir à la découverte d'autres cultures et d'autres mondes. Ainsi, "Azur et Asmar" illustre notamment les splendeurs de la civilisation arabo-andalouse, tout en s'interrogeant de façon très actuelle sur la situation des immigrés.

Pistes Pédagogiques:
  • Un conte oriental
  • La symétrie, effet esthétique et aspect symbolique
  • L'immigration
  • De 6 à 10 ans
  • Du 20-02-2017 au 24-02-2017
  • Dossier disponible

[Retour en haut de la page]



Chocolat

  • SECONDAIRE
  • de Roschdy Zem
  • France, 2016, 110

Comptant parmi les tout premiers artistes noirs de la scène française, le clown Chocolat (incarné par Omar Sy) forme avec Foottit, son collègue britannique, un duo comique qui attire au cirque de la rue Saint-Honoré le tout le Paris de la Belle Époque. Sous les traits de l’auguste, Chocolat incarne le rôle du bouffon face à Foottit, le clown blanc autoritaire et facétieux qui se joue de lui. Coups de pieds au derrière, crocs en jambe, chutes spectaculaires, courses poursuites sans fin, les numéros se succèdent inlassablement pour le plus grand bonheur du public souvent venu de loin pour assister aux prouesses rocambolesques de ce duo inédit. Or, si le public tolère et réclame la présence de Chocolat sur la piste, il n’en va pas de même sur les planches, réservées à l’élite blanche, et son expérience théâtrale se révélera être un échec cuisant. Au lendemain de la Conférence de Berlin, le couple Foottit – Chocolat apparaît ainsi comme le parfait reflet de la société coloniale qui émerge alors en Europe, paternaliste et profondément imbue d’un sentiment de supériorité. Ces rapports de domination imprégneront inévitablement la relation entre les deux hommes, qui finira par se dégrader…

C’est sous forme d’un biopic que Roschdy Zem choisit ici d’évoquer le destin peu banal de Rafaël, ce fils d’esclaves cubains échoué dans le milieu du cirque un peu par hasard, au gré de ses rencontres espagnoles puis françaises. S’inspirant de l’ouvrage de l’historien de l’immigration Gérard Noiriel, "Chocolat, clown nègre : l'histoire oubliée du premier artiste noir de la scène française" (Bayard,‎ 2012), le réalisateur cherche à réhabiliter la mémoire d’un personnage haut en couleurs aujourd’hui tombé dans l’oubli mais qui côtoyait alors des personnalités aussi en vue que le peintre Toulouse-Lautrec ou les frères Lumière.

Pistes Pédagogiques:
  • Foottit et Chocolat : un duo représentatif de la société coloniale
  • Le contexte historique : la Belle Époque, l’Affaire Dreyfus
  • Racisme, stéréotypes et discriminations au fil du temps
  • La création cinématographique : personnages, scénario et mise et scène
  • A partir de 12 ans
  • Du 09-03-2017 au 31-03-2017
  • Dossier disponible en octobre



[Retour en haut de la page]



Ma vie de courgette

  • PRIMAIRE
  • de Claude Barras
  • Suisse/France, 2016, 66

Cristal du long métrage et Prix du public au festival d’Annecy 2016

Icare — « Courgette » pour sa maman — est un petit garçon de neuf ans qui passe beaucoup de temps à jouer seul dans sa chambre avec un cerf-volant à l’effigie de son père absent et les canettes vides que laisse traîner sa mère. Lorsque celle-ci perd accidentellement la vie par sa faute, il est confié à un centre d’hébergement où il rencontre des enfants comme lui, profondément blessés par la vie. Petit à petit, il s’intègre à ce nouvel environnement où les histoires douloureuses de chacun s’échangent tout en forgeant une identité commune très forte. Unis comme les doigts de la main, les enfants parviennent à dépasser ensemble leurs souffrances en partageant des moments de grande joie, comme lors de cette escapade à la montagne, par exemple… Sur le chemin de la reconstruction, tous pourront compter sur le soutien d’éducateurs toujours à l’écoute et même, pour Courgette, sur l’investissement personnel du policier qui s’est occupé de son placement.

Adapté d’un ouvrage de l’auteur français Gilles Paris paru en 2002, "Ma vie de courgette" est une production entièrement réalisée en stop motion. Les enfants y sont incarnés par de petites figurines aux yeux immenses où se lisent à livre ouvert les émotions qui les traversent, de la tristesse à la joie de vivre en passant par la colère ou la peur. Par la liberté de création qu’elle autorise, cette technique d’animation réussit à introduire une distance salutaire par rapport à une réalité difficile en en proposant une approche où la souffrance côtoie le rêve, la poésie et l’espérance. À travers la destinée de toute cette petite bande, c’est ainsi avec beaucoup de délicatesse et surtout avec un regard et des mots d’enfant que le film aborde la question des les violences subies au sein des familles ou encore la défection des rôles parentaux.

Pistes Pédagogiques:
  • Les relations parents/enfants
  • Quand la vie de famille n’est plus possible
  • Partager ses expériences de vie
  • Grandir
  • De 8 à 11 ans
  • Du 09-03-2017 au 31-03-2017
  • Dossier disponible en mars



[Retour en haut de la page]



Les oiseaux de passage

  • PRIMAIRE
  • de Yves et Olivier Ringer
  • Belgique, 2015, 84, VO sous-titrée

Cathy reçoit un œuf à éclore pour ses dix ans. Drôle de cadeau de la part de son père alors que la jeune fille doit faire face à la séparation récente de ses parents! Par ailleurs, Margaux, sa meilleure amie, est atteinte d’une maladie qui l’oblige à se déplacer en chaise roulante. Contre son gré, ses parents l’ont inscrite pour la rentrée prochaine dans une école spécialisée, adaptée aux personnes comme elle à mobilité réduite.
En attendant, l’œuf va bientôt éclore, et le caneton leur fera vivre des aventures qu’elles étaient à mille lieues d’imaginer en cette fin d’année morose… En effet, le jour de l’éclosion, l’oisillon verra en premier Margaux au lieu de Cathy comme son père l’avait prévu, et il prendra pour sa « mère » la jeune fille en chaise roulante. Les deux jeunes filles vont devoir faire preuve d’imagination et iront même jusqu’à se mettre en danger pour protéger le caneton comme elles se l’étaient promis.

"Les Oiseaux de passage" déploie une belle et touchante histoire d’amitié et permet aux auteurs d’explorer des problématiques humaines comme le fait de placer sa confiance en l’autre ; d’avoir la responsabilité d’êtres plus fragiles que soi ou encore la reconnaissance de la personne handicapée en tant qu’individu à part entière, capable d’autonomie dans ses choix et ses prises de décisions.

Version néerlandaise sous-titrée

Pistes Pédagogiques:
  • L’amitié et les relations parents-enfants
  • Le handicap physique
  • Prendre soin d’autrui, être en charge d’autrui
  • De 9 à 12 ans
  • Du 14-04-2017 au 26-04-2017
  • Dossier disponible en avril

[Retour en haut de la page]



2015 - 2016

Le petit roi et autres contes maternelle Du 2/9 au 13/10
Le Tout nouveau testament secondaire 2/9 au 27/10 et du 10/3 au 25/3
Les Trois brigands maternelle / primaire Du 2/9 au 13/10
Gus, petit oiseau, grand voyage primaire Du 8 au 29 octobre
La Loi du marché secondaire du 8 au 27 octobre
Laban le petit fantôme maternelle Du 15 au 29 octobre
Le labyrinthe du silence secondaire Du 15 au 29 octobre
Phantom Boy primaire 22/10 au 18/12
Le petit monde de Léo maternelle 9 au 24 novembre
Le petit prince primaire du 12-11-2015 au 24-11-2015

Le petit roi et autres contes

  • MATERNELLE
  • de Lajos Nagy et Maria Horvath
  • Hongrie, 2013, 41', version française

Dans ce programme qui regroupe 5 histoires de roi, de paysans et d'animaux, on y fait la connaissance d'un jeune homme qui trouve une astuce pour s'introduire dans la chambre de la princesse et découvrir ainsi le secret pour l'épouser.

Les personnages hauts en couleur de ces histoires font appel à la magie pour atteindre leurs objectifs, mais ils font également preuve de beaucoup d'ingéniosité et de bon sens. Quant au graphisme du film, il se remarque par ses couleurs chatoyantes et ses formes sympathiques. Les cinq histoires se caractérisent par le même style graphique, ce qui donne une grande unité graphique au programme.

Pistes Pédagogiques:
  • Les contes
  • Rois, reines, princes et princesses
  • Les stéréotypes masculins et féminins
  • à partir de 3 ans
  • Du 2/9 au 13/10
  • Dossier disponible

[Retour en haut de la page]



Le Tout nouveau testament

  • SECONDAIRE
  • de Jaco van Dormael
  • Belgique , 2015, 1h51

L’idée de départ est loufoque : Dieu existe et vit à Bruxelles, c’est un type infâme qui vit reclus avec sa femme réduite à l’état de boniche et sa fille de dix ans contrainte de regarder la seule chaîne télé de sport (le fils aîné J-C s’est tiré depuis longtemps !). Alors, pour faire enrager son paternel, la gamine s’introduit dans son bureau et lui vole les données de son ordinateur, avertissant par SMS tous les humains de la date de leur mort prochaine…
Le résultat est drolatique et jubilatoire : Jaco Van Dormael revisite le Nouveau Testament en multipliant les clins d’œil et les détournements. Mais si le ton général est celui de la comédie et si le film aligne les gags, on retrouve aussi toute la poésie caractéristique du cinéaste belge. Cela grâce en particulier à cette gamine qui, avec l’innocence naïve de l’enfance, va se mettre en tête de réécrire l’histoire biblique et de trouver de nouveaux apôtres…

Sous les dehors d’une comédie fantastique, on retrouve ainsi les grands questionnements de Jaco Van Dormael sur le sens de la vie, sur les choix possibles ou non de notre existence, sur le monde où nous sommes plongés malgré nous… Le second degré constamment présent permet en outre de multiplier les allusions, bibliques bien sûr, mais aussi culturelles et cinématographiques.

Pistes Pédagogiques:
  • Les questions métaphysiques et existentielles
  • Les réponses des religions et des mythologies
  • Humour, parodie, allégorie, second degré…
  • à partir de 13 ans
  • 2/9 au 27/10 et du 10/3 au 25/3
  • Dossier disponible en mars

[Retour en haut de la page]



Les Trois brigands

  • MATERNELLE/PRIMAIRE
  • de Hayo Freitag
  • Allemagne , 2007, 1h20, version française

Trois méchants brigands sont la terreur de la région. Ils détroussent les voyageurs et détruisent les attelages. Jusqu'au jour où le contenu de la diligence est... une petite fille! Tiffany, saisissant l'occasion d'échapper à l'orphelinat, se fait emmener dans leur repère...
C’est avec beaucoup d’humour et de légèreté que ce dessin animé, adapté d’un album bien connu de Tomi Ungerer, nous invite à pénétrer dans le monde fascinant des brigands, qui se révèlent finalement ici beaucoup plus naïfs et stupides que vraiment méchants. L'atmosphère nocturne est particulièrement bien retranscrite, grâce aux couleurs magnifiques des décors et des chansons extras.

Pistes Pédagogiques:
  • Tomi Ungerer
  • Les peurs de l'enfance
  • Les valeurs du film
  • de 5 à 9 ans
  • Du 2/9 au 13/10
  • Dossier disponible

[Retour en haut de la page]



Gus, petit oiseau, grand voyage

  • PRIMAIRE
  • de Christian De Vita
  • France , 2014, 1h30, version française

Cox, une coccinelle qui vit entourée de lapins dans les ruines d’une maison abandonnée au cœur de la forêt, recueille un jour un oisillon tombé du nid. Aussitôt elle prend en charge son éducation et tente petit à petit de l’ouvrir au monde. Mais Gus, qui n’a pas l’esprit aventurier, n’est guère pressé de quitter son cocon et c’est bien malgré lui que, l’année suivante, il prend la tête d’une volée de migrateurs en partance pour l’Afrique. Fort des conseils que Darius lui a confiés avant de mourir pour éviter les « oiseaux de fer », Gus se trompe pourtant de route et entraîne toute la famille du défunt dans la direction opposée…

Cette épopée pleine de rebondissements à travers l’Europe du Nord est l’occasion pour le réalisateur d’évoquer avec beaucoup d’humour les différentes facettes de la migration à travers le regard des principaux concernés mais aussi de sensibiliser les enfants à la nécessaire sauvegarde de l’environnement. Quelques leçons écologiques viennent ainsi enrichir l’intrigue avec beaucoup d’à-propos, invitant à réfléchir aux diverses répercussions de nos comportements sur la nature (pollution, réchauffement climatique…), en particulier sur le bon déroulement des migrations indispensables à la survie de nombreuses espèces d’oiseaux à travers le monde.

Fondé sur un vrai travail de recherche comportementale et les conseils d'un ornithologue, "Gus, Petit oiseau, grand voyage" représente une base idéale pour aborder le phénomène de la migration avec les enfants de 2e ou 3e primaire, qui devraient apprécier cette intrigue pleine de peps essentiellement liée à des enjeux géographiques.

Pistes Pédagogiques:
  • Le phénomène de la migration
  • Le tracé du parcours de Gus
  • Caractère et motivations des personnages
  • La conception graphique des portraits
  • L’oiseau : un motif d’inspiration pour les artistes
  • Du 8 au 29 octobre
  • Dossier disponible en octobre

[Retour en haut de la page]



La Loi du marché

  • SECONDAIRE
  • de Stéphane Brizé
  • France, 2015, 1h33

Thierry, quinquagénaire ordinaire, est à la recherche d’un emploi et se voit proposer des formations qui au final se révèlent inutiles… Il répond cependant à de multiples offres et doit subir de longues interviews sur sa motivation à accepter un travail moins bien payé que son précédent boulot. Il retrouve finalement un job mais qui ne correspond pas à ses compétences et se retrouve à surveiller ses collègues caissières d’une grande surface…

Le film multiplie ainsi les séquences d’une vie ordinaire, sans misérabilisme, avec des moments plus noirs et d’autres plus tendres, mais dont l’ensemble décrit de manière particulièrement juste l’univers du travail aujourd’hui, en particulier pour les personnes moins qualifiées et au bord des difficultés financières. Rien cependant n’est surligné ni caricaturé, et tout est montré par touches successives qui, au final, révèlent une société soumise à un loi impitoyable, celle du marché. Cet univers à la violence cachée écrase non seulement les plus faibles mais bénéficie aussi de la lâcheté complice des gens « ordinaires ».
Stéphane Brizé, refusant la tentation de la dramatisation comme du spectaculaire, questionne ainsi notre quotidien, le monde dans lequel nous devons vivre et où chacun cherche à faire sa place tout en négligeant ceux qui sont brisés en silence ou rejetés par des exigences inhumaines. Vincent Lindon, qui incarne fabuleusement le personnage, a reçu le prix d'interprétation masculine au dernier festival de Cannes.

On recommande très chaudement ce film aux professeurs de sciences humaines mais également de cours philosophiques qui seront sensibles à cette description très juste de la société contemporaine. Les professeurs de littérature y trouveront également une écriture cinématographique à la hauteur d’un roman flaubertien comme Madame Bovary.

Pistes Pédagogiques:
  • La loi du marché : « lois économiques » et réalité sociale
  • La responsabilité morale et la lâcheté « ordinaire »
  • La peinture du quotidien : réalisme littéraire, cinématographique, artistique
  • à partir de 16 ans
  • du 8 au 27 octobre
  • Dossier disponible en octobre

[Retour en haut de la page]



Laban le petit fantôme

  • MATERNELLE
  • de Lasse Persson, Åhlin et Alicja Jaworski
  • Suède, 2006, 44', version française

Laban est un petit fantôme qui vit au château Froussard avec son papa, sa maman et sa petite sœur Labolina. Mais, dans ce château hanté, personne ne semble craindre les fantômes, et le meilleur ami de Laban est même le petit Prince Sottise, le fils du couple royal. Mais Laban a un gros problème : il a peur du noir !

C’est sur ce canevas sympathique que tournent les aventures de Laban, un personnage dans lequel se reconnaîtront facilement les jeunes spectateurs. Le graphisme simple de ce dessin animé et les aventures pleines de bonhomie de son petit héros plairont aux jeunes spectateurs, pour qui ce sera l’occasion idéale d’une première sortie dans les salles... obscures !

Pistes Pédagogiques:
  • Les fantômes
  • Se souvenir des histoires
  • Comment est fait un dessin animé
  • à partir de 3 ans
  • Du 15 au 29 octobre
  • Dossier disponible

[Retour en haut de la page]



Le labyrinthe du silence

  • SECONDAIRE
  • de Giulio Ricciarelli
  • Allemagne, 2014, 2h03, VO sous-titrée

À la fin des années 50 dans une Allemagne en pleine reconstruction, un jeune procureur du tribunal de Francfort entend pour la première fois le nom d’Auschwitz… Mais s’il ignore pratiquement tout des meurtres de masse qui ont été commis là-bas, il va bientôt découvrir que les responsables d’un des pires crimes contre l’humanité jamais commis sont bien présents autour de lui, continuant à vivre en toute impunité, protégés par une lourde chape de silence complice. Chargé par son supérieur le procureur général Fritz Bauer d’enquêter sur ces crimes, il s’enfonce dans un labyrinthe infernal et délétère…

Inspiré d’événements authentiques, ce film retrace la longue procédure judiciaire qui aboutira en 1963 sur le procès de Francfort où pour la première fois des criminels nazis seront jugés par un tribunal allemand : ce sera surtout l’occasion pour l’opinion publique de ce pays de prendre conscience, après un long refoulement, de l’ampleur des crimes commis en particulier à Auschwitz.

Ce film retiendra sans aucun doute l’attention des professeurs d’histoire et d’allemand, mais également de cours philosophiques : les questions qu’il pose sur la responsabilité morale sont toujours d’actualité et concernent d’autres pays que l’Allemagne.

Pistes Pédagogiques:
  • La destruction des Juifs d’Europe par les nazis
  • L’Allemagne d’après-guerre
  • Le devoir de mémoire : hier et aujourd’hui
  • Filmer l’Histoire
  • à partir de 14 ans
  • Du 15 au 29 octobre
  • Dossier disponible en octobre

[Retour en haut de la page]



Phantom Boy

  • PRIMAIRE
  • de Jean-Loup Felicioli et Alain Gagnol
  • France, 2015, 1h20

Léo a 11 ans et il souffre d’une grave maladie. Mais depuis qu’il est à l’hôpital, il a découvert un secret formidable : il est capable de sortir de son corps et de se déplacer tel un fantôme, sans être vu, ni entendu… Il peut même voler et traverser les murs ! Ce super-pouvoir va se révéler très utile au moment où un gangster défiguré menace de détruire New-York ! Léo va aider Tanguy, un policier, hospitalisé lui aussi, qui sait où se cache le méchant. Grâce à Léo, Tanguy va pouvoir guider son amie Marie, une journaliste, prête à prendre des risques pour débusquer le gangster ! Mais pour cela, Léo, Tanguy et Marie n’ont que 24 h !

Les auteurs de "Une Vie de chat" reviennent avec un nouveau film policier où ils déploient leurs multiples talents : des couleurs superbes, un graphisme original, un scénario drôlement bien ficelé, des situations et des dialogues savoureux, mais aussi de la poésie et de la tendresse… Ils arrivent ainsi à parler en douceur de la maladie, au cœur d’un récit palpitant et plein d’humour.

Pistes Pédagogiques:
  • Le film policier
  • Quand on est gravement malade
  • Super héros et super méchants
  • La grande ville
  • La création graphique
  • de 7 à 11 ans
  • 22/10 au 18/12
  • Dossier disponible en janvier

[Retour en haut de la page]



Le petit monde de Léo

  • MATERNELLE
  • de Giulio Gianini
  • Suisse, 2014, 30', version française

Ce programme de courts métrages d’animation met en scène cinq historiettes parfaitement adaptées aux tout petits et fidèlement adaptées de l’œuvre de l’illustrateur jeunesse Leo Lionni, l’auteur du célèbre classique « Petit bleu et petit jaune ».

Dans ce programme, Frédéric le mulot, Cornélius le crocodile, Pilotin le poisson, les grenouilles Sandra et Raphaëlle emmènent les jeunes spectateurs à la découverte de leurs habitats naturels, au gré d’aventures toujours riches en enseignements.
Tant le choix des personnages, des décors et des couleurs que le contenu des histoires et leurs morales empreintes d’humour et de poésie ancrent les fables de cet artiste dans un univers doux et imaginaire et font de ce programme une excellente première occasion de se rendre au cinéma avec des tout petits.

Pistes Pédagogiques:
  • Pour la première fois au cinéma
  • Le début et la fin d’une histoire
  • Les animaux et leurs habitats naturels
  • Se mettre à la place de l’autre, entraide et solidarité
  • Les livres de Leo Lionni
  • de 2.5 à 4 ans
  • 9 au 24 novembre
  • Dossier disponible en novembre

[Retour en haut de la page]



Le petit prince

  • PRIMAIRE
  • de Mark Osborne
  • France, 2015, 1h48

Dans une ville hyper-moderne et impersonnelle, une petite fille très sage passe des vacances très studieuses pour réussir à la rentrée le très difficile concours d’entrée à la prestigieuse Académie Werth : sa maman obsédée par la réussite scolaire la coache et planifie son emploi du temps minute par minute…
Mais, dans ce quartier complètement uniforme, il y a une maison et un vieil aviateur singulièrement excentriques. Bien sûr, la petite fille, d’abord réticente, va aller à la rencontre de cet étrange voisin et découvrir grâce à lui un univers insoupçonné, magique et poétique, celui du Petit Prince de Saint-Exupéry. Mais le Petit Prince a-t-il encore la moindre place dans ce monde mécanisé et informatisé ? Et que sont devenus le Renard, le Serpent, la Rose, le Roi, le Vaniteux, le Businessman et les autres personnages du conte ?
Ainsi, Mark Osborne enchâsse l’histoire du Petit Prince dans un contexte contemporain, sinon légèrement futuriste, qui donne une résonance nouvelle à la leçon intemporelle du conte : « Je crois que ce monde est devenu trop adulte ». Cela permet également au réalisateur de conjuguer le conte allégorique de Saint-Exupéry à une intrigue riche en rebondissements.
Pour décrire la découverte de ce monde poétique et pour faire entendre les leçons de vie de Saint-Exupéry, le réalisateur a d’ailleurs choisi de recourir à deux techniques d’animation très différentes, d’une part une animation en 3D en utilisant toutes les ressources de l’informatique contemporaine et, de l’autre, une technique « traditionnelle » avec des figurines animées image par image (en « stop-motion ») qui permettent de retrouver tout le charme des dessins illustrant l’ouvrage original.

Pistes Pédagogiques:
  • Le petit prince: allégorie et leçon de vie
  • Le monde d'aujourd'hui: qu'est devenu le petit prince
  • Rêve et réalité: quelle place pour l'imaginaire

[Retour en haut de la page]



2014 - 2015

Les combattants secondaire du 11-09-2014 au 04-11-2014
Jimmy's hall secondaire du 18-09-2014 au 18-11-2014
Le parfum de la carotte maternelle du 18-09-2014 au 14-10-2014
Comment j'ai détesté les maths secondaire du 25-09-2014 au 21-10-2014
Minuscule, la vallée des fourmis perdues primaire du 02-10-2014 au 14-10-2014
Deux jours, une nuit secondaire du 09-10-2014 au 24-10-2014
La sorcière dans les airs maternelle du 09-10-2014 au 24-10-2014
Les vacances du petit Nicolas primaire du 09-10-2014 au 24-10-2014
La cour de Babel secondaire du 23-10-2014 au 18-11-2014
A la poursuite du roi Plumes primaire du 06-11-2014 au 25-11-2014
La voleuse de livres secondaire du 06-11-2014 au 25-11-2014
Le sentier de la gloire secondaire du 06-11-2014 au 25-11-2014
De la neige pour Noël maternelle / primaire du 27-11-2014 au 19-12-2014
L'enfant au grelot maternelle du 27-11-2014 au 19-12-2014
La forteresse suspendue primaire du 27-11-2014 au 19-12-2014
Le chant de la mer primaire du 08-01-2015 au 10-02-2015
Les héritiers secondaire du 08-01-2015 au 13-02-2015
Pride secondaire du 08-01-2015 au 20-01-2015
Booster secondaire du 15-01-2015 au 03-02-2015
Dancing in Jaffa secondaire du 22-01-2015 au 13-02-2015
Disconnect secondaire du 29-01-2015 au 10-02-2015
Le vent se lève primaire / secondaire du 29-01-2015 au 10-02-2015
Vincent et moi primaire / secondaire du 29-01-2015 au 28-04-2015
La vie passionnée de Vincent Van Gogh secondaire du 01-03-2015 au 31-03-2015
Gros-Pois et Petit-Point maternelle du 05-03-2015 au 03-04-2015
Jack et la mécanique du coeur primaire / secondaire du 05-03-2015 au 17-03-2015
Pas son genre secondaire du 05-03-2015 au 17-03-2015
Marina secondaire du 12-03-2015 au 31-03-2015
Timbuktu secondaire du 12-03-2015 au 31-03-2015
Il était une forêt primaire du 19-03-2015 au 03-04-2015
L'image manquante secondaire du 19-03-2015 au 03-04-2015
Capelito et ses amis maternelle du 23-04-2015 au 26-06-2015
Le garçon et le monde primaire du 23-04-2015 au 26-06-2015

Les combattants

  • SECONDAIRE
  • de Thomas Cailley
  • France, 2014, 1h40

C’est l’été dans une ville côtière des Landes. Arnaud est à la croisée des chemins : son frère le sollicite pour reprendre avec lui l’entreprise de menuiserie familiale, tandis que sa mère lui conseille de réfléchir à son avenir et de ne pas se décider trop vite. Mais dans l’immédiat, Arnaud a surtout envie de profiter des vacances avec ses potes. C’est sur la plage qu’il rencontre Madeleine, une fille très différente. Contrairement à Arnaud, elle sait précisément ce qu’elle veut : suivre une formation militaire, genre para-commando. Pour elle, il ne s’agit pas de patriotisme, mais d’instinct de survie : Madeleine est persuadée que « tout va péter » et que seuls les mieux préparés vont s’en sortir. Arnaud est attiré par Madeleine et envisage de suivre avec elle le stage à l’armée…
Ce film est l’un de nos coups de cœur de la saison : ses gags et reparties bien senties ont font un spectacle très drôle, ce qui n’empêche pas une belle réflexion sur le sens que l’on veut donner à sa vie et sur les contraintes que fait parfois peser la société. Le film contourne habilement certains stéréotypes et pourra donner lieu à un dialogue authentique entre les jeunes spectateurs.

Pistes Pédagogiques:
  • Les choix de vie à l’adolescence
  • Notre monde est-il menacé ?
  • Rôles masculins / rôles féminins
  • Profession : soldat
  • A partir de 14 ans
  • Du 11-09-2014 au 04-11-2014
  • Dossier disponible en octobre

[Retour en haut de la page]



Jimmy's hall

  • SECONDAIRE
  • de Ken Loach
  • Grande-Bretagne, 2014, 1h49, VO sous-titrée

Au début des années 30, Jimmy revient en Irlande après un exil forcé aux États-Unis à présent balayés par la crise économique. Militant communiste, plein d’idéalisme, il a voulu mettre sur pied un espace de vie communautaire, une salle pouvant servir de lieu de plaisir et d’éducation, mêlant les danses populaires, les cours de boxe, les leçons de chant, des débats communautaires et même des séances de poésie… Ce lieu, construit avant son départ, des jeunes des environs lui demandent à présent de le rouvrir, mais, dans l’Irlande à peine indépendante et aux mains des notables catholiques, un tel projet ne peut susciter que la méfiance et l’hostilité.
Ce film de Kean Loach s’inspire de l’histoire authentique de James Gralton, un militant irlandais autodidacte, qui voulait se mettre au service du peuple à travers notamment l’éducation et la culture, et qui n’a pas hésité à se dresser contre les grands propriétaires terriens bien décidés en pleine crise économique à expulser les fermiers pauvres incapables de payer leurs loyers. Ken Loach lance ainsi à travers la figure de Jimmy un vibrant plaidoyer contre la spéculation et la cupidité qui ravageaient aussi bien l’Irlande que les États-Unis… Mais ce discours a évidemment une résonance très actuelle.
La force des films de Ken Loach et de celui-ci en particulier, c’est qu’il ne se contente pas de raconter des histoires avec émotion et humour mais qu’il veut aussi pousser son public à agir, à se battre pour quelque chose de plus grand et de plus important qui s’appelle la Justice.

Pistes Pédagogiques:
  • L’Irlande au 20e siècle
  • L’éducation populaire
  • La crise économique et ses effets
  • Engagement et luttes sociales
  • A partir de 14 ans
  • Du 18-09-2014 au 18-11-2014
  • Dossier disponible en novembre

[Retour en haut de la page]



Le parfum de la carotte

  • MATERNELLE
  • de Rémy Durin et Arnaud Demuynck, Anne Viel, Pascale Hecquet et Marjorie Caup
  • France/Belgique, 2014, 45 min

Conçu pour les tout petits, ce programme rassemble autour du thème de la carotte quatre courts métrages d’animation des plus savoureux : nature, en confiture, en cake ou en soupe, le précieux légume devient ici prétexte à quelques leçons essentielles pour une vie en société équilibrée et agréable. Il convient donc particulièrement bien aux enfants qui entament leur parcours scolaire et, en même temps, l’apprentissage de la vie collective.
Au-delà d’une approche originale de la chaîne alimentaire et d’un questionnement sur notre propre rapport à la nourriture, le partage, la solidarité ou encore la découverte et le respect de l’autre sont les valeurs fondatrices du programme. Celui-ci se distingue par ailleurs par la qualité de son graphisme, par sa candeur, son humour et la simplicité de ses histoires. Ainsi dans le court métrage qui donne son titre au programme, on remarque la richesse des dialogues rimés et des chansonnettes, qui peuvent être une belle occasion de développer le langage et de jouer avec les mots.

Pistes Pédagogiques:
  • Notre alimentation: le goût, la santé
  • La chaîne alimentaire
  • Vivre ensemble: valeurs et leçons de vie
  • Des mots et des rimes
  • A partir de 3 ans
  • Du 18-09-2014 au 14-10-2014
  • Dossier disponible en octobre

[Retour en haut de la page]



Comment j'ai détesté les maths

  • SECONDAIRE
  • de Olivier Peyon
  • France, 2013, 1h40

Ce documentaire aborde un monde à la fois fascinant et impressionnant, celui des mathématiques. Quelle place les maths occupent-elles dans le monde d’aujourd’hui? Pourquoi autant de personnes ont-elles des difficultés pour aborder ce domaine du savoir? Comment fait-on des recherches? À quoi servent les maths ?
Bien entendu, le film n’entend pas répondre complètement à ces questions, mais il suit plusieurs chercheurs et enseignants qui apportent des éclairages inédits sur leur métier, sur les multiples facettes de ce savoir et sur différentes manières d’aborder les mathématiques. C’est donc à un étonnant voyage dans des contrées inconnues que sont invités les spectateurs, jeunes ou moins jeunes. Ils ne se réconcilieront peut-être pas avec l’étude des mathématiques, mais ils en découvriront l’importance et les étonnantes ouvertures.

Pistes Pédagogiques:
  • Les maths : recherche et enseignement
  • La place des maths dans le monde d’aujourd’hui
  • Sciences et maths
  • Maths et savoirs techniques
  • A partir de 16 ans
  • Du 25-09-2014 au 21-10-2014
  • Dossier disponible en octobre

[Retour en haut de la page]



Minuscule, la vallée des fourmis perdues

  • PRIMAIRE
  • de Thomas Szabo et Hélène Giraud
  • France, 2013, 1h28

Dans une paisible clairière, les objets d’un pique-nique laissés à l’abandon après un orage vont être le point de départ d’une guerre entre deux bandes rivales de fourmis, ayant pour enjeu une boîte de sucres. C’est dans cette tourmente qu’une jeune coccinelle va se lier d’amitié avec une fourmi noire et l’aider à sauver sa fourmilière des terribles fourmis rouges !
Voici une production tout à fait originale, puisqu’elle met en scène des personnages en animation de synthèse dans des décors naturels majestueux. Les insectes qu’on y voit évoluer sont, eux, des petits personnages rigolos qui ne s’expriment que par mimiques et bruitages étonnants ! Humour et aventure sont les maîtres-mots qui caractérisent ce film en tout point exceptionnel.

Pistes Pédagogiques:
  • L’infiniment petit
  • Les fourmis et autres insectes
  • S’exprimer sans paroles
  • A partir de 6 ans
  • Du 02-10-2014 au 14-10-2014
  • Dossier disponible

[Retour en haut de la page]



Deux jours, une nuit

  • SECONDAIRE
  • de Jean-Pierre et Luc Dardenne
  • Belgique, 2014, 1h35

Vendredi, fin de journée. Sandra, jeune mère de famille qui relève d’une dépression, apprend à la veille de sa reprise que le patron de la petite entreprise de panneaux solaires où elle travaille a décidé de se passer de ses services. Mais cette décision, il l’a fait endosser aux travailleurs en leur laissant le choix entre le maintien du poste de Sandra et une prime individuelle de mille euros… In extremis, Juliette, son amie et collègue, réussit néanmoins à convaincre le directeur de reporter le vote au lundi en invoquant les pressions que le contremaître a fait subir à certains d’entre eux. C’est, pour Sandra, la dernière chance de récupérer son emploi. Mais pour retrouver et convaincre ses collègues, elle va devoir mettre sa fierté de côté, accepter le soutien de ses proches et déployer une énergie qu’elle estime bien au-dessus de ses forces. Pendant deux jours et une nuit, nous accompagnons ainsi la jeune femme dans un combat qui semble bien perdu d’avance…
A travers l’histoire de Sandra, et au-delà des méthodes peu scrupuleuses utilisées par les patrons pour améliorer leur productivité, c’est toute la question morale du choix entre intérêt individuel et solidarité que soulève le film des frères Dardenne. Par ailleurs, ce parcours, qui confronte successivement la jeune femme à chacun de ses collègues, permet aussi, à travers leurs réactions, de mesurer les effets de la crise en découvrant l’importance de la somme que représente pour tous un montant qui pourrait paraître dérisoire face à l’avenir d’une famille touchée par le chômage.

Pistes Pédagogiques:
  • Individualisme et solidarité : la crise des valeurs
  • Le néolibéralisme et ses conséquences sociales
  • Le monde du travail : évolution et crise de l’emploi
  • Une mise en scène épurée
  • A partir de 15 ans
  • Du 09-10-2014 au 24-10-2014
  • Dossier disponible en octobre

[Retour en haut de la page]



La sorcière dans les airs

  • MATERNELLE
  • de Max Lang et Jan Lachauer
  • Grande-Bretagne/ Lettonie/ Suède, 2012, 50 min, version française

Ce dessin animé raconte comment une gentille sorcière qui campe au bord d’un lac fait exploser par mégarde le chaudron dans lequel elle prépare avec entrain toutes sortes de potions magiques. Le bruit est tellement fort qu’il réussit même à réveiller un dragon tranquillement endormi dans les environs... Adapté d’un album pour enfants, "La Sorcière dans les airs" a été réalisé par les auteurs du célèbre Gruffalo. Plein d’humour et de sensibilité, il séduira les jeunes spectateurs par son dynamisme et la qualité de son graphisme. Il est accompagné de deux autres courts métrages, tout aussi amusants.

Pistes Pédagogiques:
  • Sorcières et dragons
  • Le thème de la différence
  • Du livre au cinéma
  • A partir de 3 ans
  • Du 09-10-2014 au 24-10-2014
  • Dossier disponible

[Retour en haut de la page]



Les vacances du petit Nicolas

  • PRIMAIRE
  • de Laurent Tirard
  • France, 2014, 1h37

Le petit Nicolas, personnage emblématique inventé par René Goscinny dans les années 1960 et dessiné par Sempé, reste pourtant bien actuel car il a les caractéristiques de toutes les enfances : l’innocence, la découverte du monde, l’espièglerie, les aventures avec les copains, les blagues et le plaisir de vivre… Cette fois, il part avec ses parents en vacances au bord de la mer où il va se faire de nouveaux amis tous bien typés mais qui forment bientôt une bande d’inséparables. Et puis il y a aussi Isabelle qui le regarde tout le temps avec de grands yeux : ses parents auraient-ils le projet de le marier de force avec elle ?
Cette comédie vise d’abord à divertir un large public, mais elle permet aussi de s’interroger sur le sens des vacances, sur l’importance des loisirs, sur le choix des copains, sur l’importance des parents et les premières incompréhensions. De façon plus nuancée, on peut aborder les différences entre filles et garçons, et sur la différence des rôles et des attitudes qui se met très tôt en place. Enfin, on pourra questionner l’évolution des modèles familiaux: y a-t-il une famille idéale ou bien différents modèles sont-ils possibles ? Et qu’est-ce qui fait au final la valeur de la famille ?

Pistes Pédagogiques:
  • Le temps des vacances
  • L’importance des copains
  • Filles/garçons : différents ou semblables ?
  • Quelle famille !
  • Les années 60, une époque révolue ?
  • De 8 à 11 ans
  • Du 09-10-2014 au 24-10-2014
  • Dossier disponible en octobre

[Retour en haut de la page]



La cour de Babel

  • SECONDAIRE
  • de Julie Bertucelli
  • France, 2013, 1h29

La cinéaste Julie Bertuccelli a suivi pendant un an un groupe d’adolescents venus de différents pays, fraîchement débarqués en France, un pays dont ils ne maîtrisent pas la langue et qu’ils ne connaissent que partiellement. Réunis dans la même classe d’accueil pour étudier en particulier le français, ils vont apprendre à se connaître, à vivre ensemble malgré ou plutôt grâce à leurs différences. Sans verser dans l’angélisme, mais avec un réel optimisme, le film révèle les qualités insoupçonnées du système éducatif, tout en mettant à mal bien des clichés sur la jeunesse et sur l’immigration.
Ce documentaire permet ainsi d’aborder de manière vivante la problématique des migrations et de l’intégration des populations étrangères, loin des clichés sommaires propagés notamment par les médias. Il met également l’accent sur le rôle de l’école, rôle éducatif mais aussi social dans la mesure où elle est le lieu d’une confrontation -pacifique !- des idées, des expériences et des sensibilités. De manière beaucoup plus large, il pose ainsi la question du « vivre ensemble » dans notre société.

Pistes Pédagogiques:
  • Les migrations en Europe et ailleurs
  • L’école, lieu d’ouverture et d’intégration
  • Quelle pédagogie ?
  • A partir de 14 ans
  • Du 23-10-2014 au 18-11-2014
  • Dossier disponible en octobre

[Retour en haut de la page]



A la poursuite du roi Plumes

  • PRIMAIRE
  • de Esben Toft Jacobsen
  • Danemark/Suède, 2014, 1h18, version française

Johan est un petit lapin qui vit avec son papa sur un bateau. Tout est parfait sur l’immensité de l’océan : on attrape des poissons, on fait pousser des carottes dans une serre, on joue à cache-cache. Pourtant, il faut bien parfois aller chercher des provisions. C’est précisément à un de ces moments où son papa l’a laissé seul que Johan capte un mystérieux message à la radio : Johan décide alors de partir à la poursuite du Roi Plumes, l’étrange oiseau qui a autrefois emporté sa maman… Commence alors pour notre petit lapin, un voyage plein de surprises et de rebondissements !
On doit aux auteurs de "L’ours montagne", un grand succès des matinées scolaires, ce très joli film qui évoque le questionnement des enfants par rapport à un parent disparu… Il crée pour cela un monde imaginaire, riche, original et mystérieux, qui permet d’aborder ce sujet délicat avec sérénité. Mais "A la poursuite du roi Plumes" est aussi un grand film d’aventure, qui tiendra tous les enfants en haleine. On soulignera encore la qualité de l’animation et l’originalité du graphisme de ce film européen.

Pistes Pédagogiques:
  • Qu’est-ce qu’il y a après la vie ?
  • Que faut-il pour faire une famille ?
  • Des créatures extraordinaires
  • Relever les défis
  • De 6 à 11 ans
  • Du 06-11-2014 au 25-11-2014
  • Dossier disponible en novembre

[Retour en haut de la page]



La voleuse de livres

  • SECONDAIRE
  • de Brian Percival
  • États-Unis/ Allemagne, 2014, 2h11, version française

Liesel, jeune fille allemande de 9 ans, est adoptée en 1938 par un couple modeste habitant une petite ville bientôt revêtue des insignes et couleurs du régime nazi. Liesel nourrit une réelle fascination pour les livres et ne peut pas s’empêcher d’empocher tous ceux qu’elle croise sur sa route, bien qu’elle n’ait pas appris à lire. C’est Hans, son père d’adoption, qui lui enseignera la lecture avec bienveillance et créativité, scellant ainsi pour toujours le destin littéraire de la jeune fille. Mais lorsque les nazis s’installent dans la petite ville provinciale, les autorités organisent un bûcher dans lequel les citoyens sont tenus de jeter un livre...
Adaptation du roman éponyme d’un auteur australien, le film constitue l’occasion d’aborder avec de jeunes élèves du secondaire cette période dramatique de l’histoire : il permet notamment de comprendre l’impact sur la vie quotidienne des citoyens d’un régime totalitaire comme le nazisme. Enfin, le film peut également permettre d’amorcer avec les jeunes élèves une réflexion sur l’autonomie des individus et le rôle certainement important que l’alphabétisation joue dans ce processus.

Pistes Pédagogiques:
  • La Deuxième Guerre mondiale
  • Le régime nazi, la censure, les actes de résistance
  • L’éducation, la transmission, l’apprentissage de la lecture
  • A partir de 13 ans
  • Du 06-11-2014 au 25-11-2014
  • Dossier disponible en novembre

[Retour en haut de la page]



Le sentier de la gloire

  • SECONDAIRE
  • de Stanley Kubrick
  • États-Unis, 1957, 1h28, VO sous-titrée

En ces temps de commémoration, il importe de rappeler la brutalité extrême de la Première Guerre mondiale, ainsi que ses aspects les plus sombres, en particulier les « fusillés pour l’exemple », c’est-à-dire l’exécution de simples soldats accusés de lâcheté devant l’ennemi. En 1957, Stanley Kubrick réalise un des meilleurs films sur cette guerre, montrant les offensives à outrance, les errements du commandement, les mises en accusation injustes des fantassins soumis à un déluge de feu…
Ce grand classique est incontournable, grâce à l’efficacité de sa mise en scène, le réalisme de la reconstitution, l’interprétation juste et sobre de son acteur principal, Kirk Douglas, la qualité d’une photographie en noir et blanc qui prend particulièrement bien l’atmosphère des champs de bataille de l’époque. Et son vibrant plaidoyer contre l’absurdité de la guerre, de toutes les guerres, reste incontestablement d’actualité.

Pistes Pédagogiques:
  • La Première Guerre mondiale
  • Le stress post-traumatique
  • Le cinéma : vérité et reconstitution
  • A partir de 14 ans
  • Du 06-11-2014 au 25-11-2014
  • Dossier disponible en novembre

[Retour en haut de la page]



De la neige pour Noël

  • MATERNELLE/PRIMAIRE
  • de Rasmus A. Sivertsen
  • Norvège, 2014, 1h12, version française

La vie est tranquille dans un petit village de Norvège. La seule animation provient de la maison de Reodor, un inventeur farfelu, et de ses deux amis, Solan, un canard bavard et vantard et Ludwig, un hérisson timoré. Reodor vient de mettre au point un traineau à moteur que Solan est pressé d’essayer… Dommage qu’il n’y ait pas encore de neige ! Tout le monde attend les premiers flocons, sans lesquels Noël ne serait pas tout à fait Noël. Le journal local s’échine à annoncer leur arrivée, mais rien ne vient et l’éditeur est bien embarrassé… Émerge alors l’idée de fabriquer une machine à neige. Reodor est tout indiqué pour la construire, mais il considère qu’il ne faut pas se mesurer à la nature. Pourtant, le défi le tente. Et Ludwig serait tellement content… Commence alors une histoire trépidante, pleine d’humour, d’action et de surprises !
Cette découverte venue du nord se signale surtout par des personnages merveilleusement définis. Même les rôles secondaires sont dotés d’un caractère bien cerné et d’une psychologie propre, ce qui se révèle souvent très drôle ! C’est aussi toute la vie d’un village qui est mise en scène dans cette histoire pleine de rebondissements !

Pistes Pédagogiques:
  • Les inventions étonnantes
  • Chacun son caractère !
  • Les traditions du nord de l’Europe
  • Casse-cou ou peureux ?
  • De 5 à 8 ans
  • Du 27-11-2014 au 19-12-2014
  • Dossier disponible en decembre

[Retour en haut de la page]



L'enfant au grelot

  • MATERNELLE
  • de Jacques-Rémy Girerd
  • France, 1998, 45 min

Après une tempête de neige, un bébé est retrouvé par un facteur au milieu de la forêt. Il tient dans la main un curieux grelot. L'enfant, baptisé Charlie, grandit dans l'orphelinat de Madame Rose. Il se confie souvent à son jouet fétiche et essaie de percer le mystère de ses origines. Quelques jours avant Noël, Charlie accompagne le facteur pour apporter les lettres des enfants au Père Noël...
Avec des décors proches de l'aquarelle, ce dessin animé est un chatoiement de couleurs délicates et une succession de scènes merveilleuses, habitées par des personnages attachants.

Pistes Pédagogiques:
  • Noël
  • La famille
  • A partir de 2 ans et demi
  • Du 27-11-2014 au 19-12-2014
  • Dossier disponible

[Retour en haut de la page]



La forteresse suspendue

  • PRIMAIRE
  • de Roger Cantin
  • Québec, 2001, 1h30

Chaque été, les enfants des deux campings des rives du lac Noir se livrent à un combat « sans pitié ». Plus qu’un jeu, il s'agit d'une véritable rivalité, une lutte déguisée entre les vacanciers les plus riches du camping nord et ceux, plus modestes, du camping sud. Julien, un jeune du camping sud, est le chef du clan des Indiens. Il est amoureux de Sarah, une fille du camping nord, la sœur du chef des conquistadors. Cet été, le jeu de guerre prend cependant une tournure inquiétante...
Avec des airs de « Guerre des boutons », ce film donne une leçon humaniste et pacifiste puisque le cinéaste va jusqu'à dénoncer la responsabilité des adultes dans l'origine de ce jeu et dans ses dérives. Mais, au-delà de cette leçon, le film est d’abord une comédie qui plaira à un large public d’enfants à partir de huit ans environ.

Pistes Pédagogiques:
  • Les jeux d’enfants
  • Les différences sociales
  • Le Québec et l’Amérique
  • De 8 à 11 ans
  • Du 27-11-2014 au 19-12-2014
  • Dossier disponible

[Retour en haut de la page]



Le chant de la mer

  • PRIMAIRE
  • de Tom Moore
  • Irlande, 2014, 1h30, version française

Dans un phare, sur une île irlandaise, vit un petit garçon, Ben, avec son papa et sa petite sœur, Saoirse. Ben est bien embêté par cette petite sœur : il doit toujours la surveiller sous prétexte qu’elle est plus jeune et qu’elle ne parle pas encore ! Ben préfèrerait courir la campagne avec son gros chien qui est son meilleur ami. Un jour, la petite famille reçoit la visite de la grand-mère qui juge que ce phare est un endroit trop dangereux pour élever des enfants. Il est vrai que le père de Ben est un peu dépassé et qu’il est inconsolable depuis que sa femme a mystérieusement disparu. La grand-mère décide d’emmener les enfants à la ville. Mais Ben est super-triste de quitter son chien… C’est trop injuste ! Il s’enfuit de la maison de sa grand-mère et reprend la route du retour, avec sa petite sœur, qui cache bien des secrets…
Après "Brendan et le secret de Kells", voici la nouvelle réalisation de Tomm Moore ! On y retrouve son style de dessin tout à fait original, mais le graphisme prend ici une ampleur inégalée. La beauté des images est au service d’une histoire inspirée des légendes irlandaises, qui mêlent mystère et élégance. C’est à une découverte esthétique et poétique que les enfants sont invités, avec ce "Chant de la mer", qui déploie un souffle puissant venu de l’océan !

Pistes Pédagogiques:
  • L’Irlande, terre de légendes
  • Le graphisme dans le cinéma d’animation
  • Imaginaire et réalité
  • La mer et ses mythes
  • De 7 à 11 ans
  • Du 08-01-2015 au 10-02-2015
  • Dossier disponible en janvier

[Retour en haut de la page]



Les héritiers

  • SECONDAIRE
  • de Marie-Castille Mention-Schaar
  • France, 2014, 1h28

Dans un lycée de la banlieue parisienne, une professeure d'histoire devient titulaire d’une classe qui rassemble les élèves de seconde les plus faibles. Peu motivés, ceux-ci entament leur année scolaire avec bien peu d’entrain et de conviction. Mais Madame Gueguen (Ariane Ascaride) n’est pas une enseignante comme les autres. C’est, en tout cas, l’impression qu’elle donne à ses collègues qui comprennent mal pourquoi elle décide de faire passer le concours national de la résistance et de la déportation à sa classe. Convaincus que ce genre de concours est réservé à l’élite des écoles, les élèves eux non plus ne comprennent pas, se sentant totalement incapables de relever un tel défi.
C’est toutefois sans compter sur la détermination de Madame Gueguen, seule à croire en ces adolescents difficiles qui, contre toute attente, accrochent peu à peu au projet. Travaillant en groupes, ils apprennent à se connaître, à se respecter et à mettre à profit les enseignements de leur professeure pour livrer sur le sujet — l’enfance et l’adolescence dans le système concentrationnaire nazi — un regard émouvant et original sur une réalité qu’ils n’imaginaient même pas.
Basé sur une expérience authentique vécue en 2009, le film reprend significativement le titre d’un ouvrage du sociologue Pierre Bourdieu qui, en 1964, expliquait que, dans une société inégalitaire en termes d’héritage culturel, la réussite ou l’échec scolaire dépendent moins des qualités personnelles (ou manque de qualités) des élèves que de leur accès inégal à la culture dominante et aux normes spécifiques qu’elle impose aux épreuves des cursus scolaires. Le film montre quant à lui qu’il est possible, malgré les difficultés, de surmonter les difficultés pour que la culture (notamment historique) devienne un réel outil d’émancipation démocratique.

Pistes Pédagogiques:
  • Parcours scolaire : choix et contraintes
  • La réussite : à quoi ça tient ?
  • Le don, la motivation, la curiosité…
  • Le devoir et le travail de mémoire
  • A partir de 14 ans
  • Du 08-01-2015 au 13-02-2015
  • Dossier disponible en fevrier

[Retour en haut de la page]



Pride

  • SECONDAIRE
  • de Matthew Warchus
  • Grande-Bretagne, 2014, 1h57, VO sous-titrée

Le cinéma britannique sait toujours marier aussi habilement la comédie et la réflexion sociale. Après "The Full Monty", après "Billy Eliot", voilà "Pride" qui raconte comment, sous l’ère thatchérienne, un groupe d’activistes gays et lesbiennes décide d’apporter une contribution financière aux mineurs du Pays de Galles en grève contre la fermeture programmée de leur outil de travail. Mais, dans le milieu ouvrier, les réticences sont grandes face à l’aide pourtant généreuse d’un tel groupe, et, du côté homosexuel, beaucoup doutent d’être bien accueillis dans un milieu réputé machiste…
Ce scénario improbable est pourtant basé sur l’histoire vraie de militants homosexuels londoniens qui ont effectivement réussi à mobiliser des énergies multiples pour soutenir les mineurs grévistes. Alors que la crise économique fait à nouveau des ravages, "Pride" rappelle l’incroyable casse sociale qu’a provoquée la politique thatchérienne, tout en soulignant que la lutte contre l’homophobie est toujours d’actualité. L’optimisme de cette comédie, la chaleur humaine qui s’en dégage sont en tout cas un encouragement à tous ceux et toutes celles qui veulent lutter pour un monde plus juste.

Pistes Pédagogiques:
  • L’ère thatchérienne en Grande-Bretagne
  • L'homophobie
  • Les luttes sociales : histoire et légitimité
  • A partir de 14 ans
  • Du 08-01-2015 au 20-01-2015
  • Dossier disponible en janvier

[Retour en haut de la page]



Booster

  • SECONDAIRE
  • de Daniel Lambo
  • Belgique, 2014, 1h20, VO sous-titrée

Brent et ses parents viennent d’emménager dans la périphérie néerlandophone de Bruxelles. Brent est un adolescent plutôt réservé et solitaire qui préfère parcourir la ville sur son BMX au lieu de répondre aux provocations de Jimmy, le rebelle du quartier toujours vissé sur son scooter. Sur fond de paysage urbain, de musique électronique et de métal, quelques ados et leurs parents apprennent à s’habituer aux changements qui ne cessent de bouleverser leurs vies.
Adapté d’une pièce de théâtre jeune public de Marc Hendrinckx, "Wolken en een beetje regen" ("Nuages et quelques gouttes de pluie"), Booster infiltre le quotidien de ces jeunes pour aborder sans fard des thèmes comme les tensions familiales, les familles recomposées ou la rivalité entre jeunes. Par ailleurs, ses jeunes acteurs plus vrais que nature confèrent au film son dynamisme et sa fraîcheur.

Pistes Pédagogiques:
  • L’adolescence
  • Le deuil
  • Les rapports parents-enfants
  • Les relations conflictuelles
  • A partir de 13 ans
  • Du 15-01-2015 au 03-02-2015
  • Dossier disponible en janvier

[Retour en haut de la page]



Dancing in Jaffa

  • SECONDAIRE
  • de Hilla Medalia
  • États-Unis/ Israël, 2013, 1h24, VO sous-titrée

Né à Jaffa en 1944 d’une mère palestinienne et d’un père irlandais, Pierre Dulaine doit quitter son pays avec sa famille en 1948 pour s’installer à l’étranger. Après une carrière internationale comme danseur en couple, Pierre retourne à Jaffa pour réaliser son rêve : faire danser ensemble des enfants juifs et palestiniens pour rapprocher les communautés. C'est là, selon lui, que réside toute la beauté de la danse de salon : forcer deux personnes à se déplacer en n’en faisant qu'une. Il va cependant devoir vaincre bien des appréhensions et des préjugés.
Pierre Dulaine n’est pas un naïf et il sait la gravité du conflit qui sépare les deux communautés. Mais, au fil des semaines, grâce à la patience obstinée de ce maître danseur, grâce aussi à son ouverture d’esprit, les répétitions permettent qu’une confiance réciproque s’installe et que des liens se nouent. Bientôt la magie de la danse faite de grâce et de liberté opère sur les uns et les autres. Et après dix semaines de travail, 84 enfants seront sélectionnés pour participer à une compétition internationale.
Ce documentaire consacré à l’action de Pierre Dulaine (qui se poursuit d’ailleurs aujourd’hui) permet ainsi de jeter un regard original sur la société israélienne ainsi que sur les différentes communautés qui y cohabitent (une importante communauté palestinienne vit encore à Jaffa, ville voisine de Tel Aviv) . Et en ces temps troublés, on ne peut qu’être sensible à l’ouverture d’esprit, au dynamisme, à l’optimisme de cet artiste et pédagogue.

Pistes Pédagogiques:
  • Israël et Palestine : Jaffa et son histoire
  • La danse : art, sport, loisir
  • Filles et garçons : comment s’approcher, se rapprocher ?
  • A partir de 13 ans
  • Du 22-01-2015 au 13-02-2015
  • Dossier disponible en janvier

[Retour en haut de la page]



Disconnect

  • SECONDAIRE
  • de Henry Alex Rubin
  • États-Unis, 2013, 1h55, VO sous-titrée

Construites en parallèle, trois histoires vont progressivement s’imbriquer pour nous parler d’une société atomisée où les échanges virtuels ont de plus en plus tendance à se substituer aux rapports humains, avec tous les risques que cela comporte — abus de confiance, piratage de données, usurpation d’identité, intrusion dans la vie privée, harcèlement… — et des conséquences parfois dramatiques.
Captivant par la tension qu’il installe, le film met ainsi en scène trois crises qui trouvent chacune une issue positive dans des retrouvailles profondément humaines et authentiques. Touchant, dynamique et tout en nuances sur la thématique des réseaux sociaux et autres sites de rencontres, "Disconnect" est aussi un film plein d’espoir susceptible de déclencher auprès des jeunes une vraie réflexion constructive. C’est entre autres l’occasion d’aborder avec eux une question d’actualité inscrite au cœur d’un débat de société qui les concerne au premier chef.

Pistes Pédagogiques:
  • Les richesses et les dangers d’Internet
  • Le film choral : ses particularités, son efficacité
  • Morale et relativité des perceptions
  • A partir de 14 ans
  • Du 29-01-2015 au 10-02-2015
  • Dossier disponible

[Retour en haut de la page]



Le vent se lève

  • PRIMAIRE/SECONDAIRE
  • de Hayao Miyazaki
  • Japon, 2014, 2h06, version française

Dernier film du maître du cinéma d'animation Hayao Miyazaki ("Ponyo sur la falaise", "Le Château ambulant", "Le Voyage de Chihiro"...), "Le Vent se lève" est une grande fresque historique et biographique couvrant les années 20 et 30 au Japon. Ce dessin animé raconte de façon romancée la vie de Jiro Horikoshi, jeune garçon passionné d’aéronautique qui deviendra un brillant ingénieur dans ce domaine. Dans ses rêves, Jiro vole comme un oiseau, rencontre un génial concepteur d’avions et monte à bord d’engins fantastiques. Le film rend également compte d’évènements historiques importants ayant marqué la vie de Jiro et de ses contemporains comme le séisme de 1923 à Tokyo et l’éclatement de la Seconde Guerre mondiale, dans laquelle Jiro le rêveur jouera malgré lui un rôle important.
Chef d’œuvre esthétique, "Le Vent se lève" est d’abord la peinture d’une passion, celle de l’aéronautique à laquelle Jiro consacrera toute sa vie. Mais c’est aussi un éloge bouleversant au sentiment amoureux, à travers l’histoire unissant Jiro et Nahoko, adorable jeune fille passionnée de peinture et de poésie.

Pistes Pédagogiques:
  • Le Japon au 20e siècle
  • La création, l’ingénierie technique
  • Le monde des rêves
  • La peinture impressionniste
  • De 10 à 14 ans
  • Du 29-01-2015 au 10-02-2015

[Retour en haut de la page]



Vincent et moi

  • PRIMAIRE/SECONDAIRE
  • de Michael Rubbo
  • Canada, 1991, 1h35, version française

Jo, une jeune québécoise de treize ans, éprouve une vraie passion pour les tableaux de Vincent Van Gogh. Admise dans une grande école d’art de Montréal sur base de son propre talent pour le dessin, elle quitte sa famille pour faire l’apprentissage de l’art et de la vie. Embarquée malgré elle dans une étrange histoire de faussaire, elle décide de mener une enquête pour retrouver l’individu peu scrupuleux qui a trompé sa confiance en faisant passer un croquis qu’elle a elle-même dessiné pour une œuvre primitive du grand Maître.
Ces aventures aussi étonnantes que captivantes vont conduire Jo et son nouvel ami Félix sur les traces du faussaire réfugié à Amsterdam, terre natale du peintre dont elle se sent de plus en plus proche au point de le rencontrer en personne dans les campagnes provençales qu’il affectionnait tant…

  • De 10 à 13 ans
  • Du 29-01-2015 au 28-04-2015
  • Dossier disponible

[Retour en haut de la page]



La vie passionnée de Vincent Van Gogh

  • SECONDAIRE
  • de Vincente Minelli et Georges Cukor
  • Etats-Unis, 1956, 2h02, VO sous-titrée

1878, le jeune Hollandais Vincent Van Gogh débarque dans le Borinage. Il apporte aux mineurs une instruction religieuse et une aide spirituelle. Mais son ardeur trop grande et son dévouement trop intense inquiètent ses supérieur. Son frère Theo le persuade de rentrer en Hollande, pour mener une vie plus saine...
Grand mélodrame flamboyant, ce film s'articule en trois parties: l'échec sentimental et pastoral, les années de formation à La Haye, Nuenen et Paris et, enfin, le séjour avec Gauguin à Arles et le suicide. Minelli a poussé le souci de reconstitution en respectant scrupuleusement les personnages: Kirk Douglas en Van Gogh et Anthony Quinn en Gauguin (rôle pour lequel il obtint un Oscar) sont troublant de ressemblance, ainsi que tous les personnages secondaires. L'authenticité se marque également dans les décors: c'est sur les lieux mêmes de l'action que la majorité des scènes ont été tournées. Ainsi,on peut y reconnaître les rues de Hornu, Wasmes et Saint-Ghislain et des habitants ont participé à la figuration.

  • A partir de 15 ans
  • Du 01-03-2015 au 31-03-2015

[Retour en haut de la page]



Gros-Pois et Petit-Point

  • MATERNELLE
  • de Lotta et Uzi Geffenblad
  • Suède, 2012, 43 min, version française

« Voici Gros-pois et Petit-point. L’un a des points, l’autre des pois ; et ils sont très heureux comme ça ! » Les six petits films de ce programme sont introduits par cette annonce rituelle et mettent chaque fois en scène ces deux personnages sympathiques. Après une visite chez le dentiste, nos amis décident de rénover leur maison. Puis, ils partent en pique-nique ou vont voguer sur la mer avec un bateau qu’ils ont fabriqué eux-mêmes. Dans chacune de ces histoires, Gros-pois et Petit-point observent, expérimentent, bricolent et s’amusent comme des petits fous ! Le thème des pois et des points se décline et se renouvelle dans chacun des courts métrages. Les jeunes spectateurs se reconnaîtront certainement dans les aventures que vivent les deux amis, qui leur donneront en outre plein d’idées de bricolage et d’activité !

Pistes Pédagogiques:
  • Pois, points et autres taches
  • Observer, expérimenter
  • Être heureux
  • Dès 2 ans et demi
  • Du 05-03-2015 au 03-04-2015
  • Dossier disponible

[Retour en haut de la page]



Jack et la mécanique du coeur

  • PRIMAIRE/SECONDAIRE
  • de Stéphane Berla et Mathias Malzieu
  • France/Belgique, 2014, 1h34

Nous sommes à Edimbourg à la fin du 19e siècle. Ce jour-là, il fait si froid que lorsque naît le petit Jack, son cœur est glacé! Pour sauver l’enfant, la sage-femme remplace son cœur par une horloge. Mais Jack devra préserver sa santé fragile en évitant les émotions fortes. Il lui est particulièrement interdit de tomber amoureux. Les aiguilles tournent, les années passent, et Jack adolescent rencontre une charmante chanteuse de rue, Miss Acacia. Jack voudrait la revoir, pense la retrouver à l’école, mais elle a disparu… Jack devient le souffre-douleur d’un caïd, lui aussi amoureux de Miss Acacia… Jusqu’à ce qu’enfin, Jack retrouve la trace de la chanteuse à lunettes…
Voici une comédie musicale qui sort des sentiers battus. Si l’action est située au 19e siècle, le style du film est tout à fait dans l’air du temps, avec un graphisme qui évoque par moment l’œuvre de Tim Burton. Avec une galerie de personnages excentriques et attachants, des inventions fabuleuses, de nombreuses trouvailles visuelles et sonores, "Jack et la mécanique du cœur" constitue un spectacle haut de gamme qui pourra donne lieu à de multiples exploitations, aussi bien sur le plan créatif que cognitif.

Pistes Pédagogiques:
  • Du livre à l'écran
  • Les comédies musicales
  • Cirque et fête foraine
  • Un voyage de l’Ecosse à l’Espagne
  • De 9 à 14 ans
  • Du 05-03-2015 au 17-03-2015
  • Dossier disponible en mars

[Retour en haut de la page]



Pas son genre

  • SECONDAIRE
  • de Lucas Belvaux
  • France, 2014, 1h51

Adapté d’un roman éponyme de Philippe Vilain édité en 2011, "Pas son genre" raconte les débuts d’une histoire amoureuse entre un professeur de philosophie et une jeune coiffeuse. Lui, c’est Clément. Issu de la grande bourgeoisie, il vit à Paris, accompagne ses parents à l’opéra, fréquente le cercle fermé des intellectuels et ne croit en rien, et surtout pas à l’amour… Mais Clément est muté pour un an dans un lycée d’Arras. Cet atterrissage dans une ville de province où rien ne se passe est une vraie pénitence pour lui, et sa seule réjouissance est de voir arriver la fin de ses trois journées de cours pour retrouver en hâte ses amis parisiens et l’univers feutré qui est le sien.
Elle, c’est Jennifer, jeune mère célibataire qui vit bien loin des préoccupations philosophiques et mondaines de Clément. Elle adore son métier, sa ville, la vie qu’elle y mène et les soirées karaoké avec les copines. Rien ne prédispose donc ces deux-là à se rencontrer, mais c’est pourtant ce qui arrive, quand Clément franchit la porte du salon pour une coupe. Séduit par la beauté de la jeune femme, son optimisme et son rayonnement solaire, il entame avec elle une liaison qui le plonge dans un monde totalement inconnu, celui des magazines people, discothèques et cinéma pop corn. Mais de son univers à lui, Jennifer ne découvrira pas grand-chose, si ce n’est quelques citations littéraires. Maintenue à l’écart de sa vie, la jeune femme réalise petit à petit qu’il n’assume pas leur relation malgré les sentiments qu’il dit éprouver pour elle…
A travers l’histoire de ce couple atypique, Lucas Belvaux s’interroge sur les barrières culturelles et sociales et leur résistance à l’épreuve de l’amour, avec au final un constat sans appel : l’impossibilité d’une rencontre, les groupes sociaux étant amenés à fonctionner repliés chacun sur leur univers et leur habitus. Pour les adolescents, le film représente une belle occasion de s’intéresser à cette thématique sociologique en confrontant leurs propres représentations et expériences personnelles des relations amoureuses.

Pistes Pédagogiques:
  • Groupes sociaux et habitus de classes
  • Les couples « hors normes » et la difficulté d’assumer le regard des autres
  • La mise en scène de deux mondes
  • A partir de 15 ans
  • Du 05-03-2015 au 17-03-2015
  • Dossier disponible en mars

[Retour en haut de la page]



Marina

  • SECONDAIRE
  • de Stijn Coninx
  • Belgique/Italie, 2013, 1h40, VO sous-titrée

En 1946, la famille Granata débarque dans le Limbourg, pour travailler dans les mines. C’est le choc : grisaille, pluie, froid, difficultés liées à l’intégration… En dépit de toutes ces difficultés, Rocco va pourtant braver les contraintes sociales et familiales pour fuir sa destinée ouvrière et accomplir un rêve : devenir musicien et séduire une jeune Flamande de bonne famille.
Fondée sur les souvenirs d’enfance de Rocco Granata, chanteur italo-belge rendu célèbre dans le monde entier grâce à son tube « Marina », le film de Stijn Coninx prend la forme d’un témoignage émouvant sur une page importante de notre histoire socio-économique. Tenant à la fois du biopic et du mélodrame, il suscite par ailleurs vis-à-vis de son jeune héros une profonde empathie qui devrait rendre les élèves du secondaire particulièrement réceptifs à son parcours difficile et à la relation complexe qu’il entretient avec son père.

Pistes Pédagogiques:
  • L’immigration italienne en Belgique
  • La vie dans la mine
  • Contraintes sociales et choix de vie
  • A partir de 14 ans
  • Du 12-03-2015 au 31-03-2015
  • Dossier disponible

[Retour en haut de la page]



Timbuktu

  • SECONDAIRE
  • de Abderrahmane Sissako
  • Mauritanie, 2014, 1h40, VO sous-titrée

Au nord du Mali, des islamistes radicaux investissent la ville de Tombouctou et imposent la charia. Ils interdisent la musique, le football, le tabac, persécutent les femmes et veulent régenter la vie de tous les habitants. Parmi ceux-ci, Kidane, un éleveur touareg, vit tranquillement dans le désert avec sa famille, mais il est bientôt confronté lui aussi à l’extrémisme islamiste…
Sissako, cinéaste mauritanien, n’hésite pas à s’en prendre à ceux qui veulent imposer par la force une version radicale de la charia à des populations qui sont pourtant déjà musulmanes ; mais il le fait avec humour montrant les lois absurdes que veulent imposer ces groupes, soulignant que beaucoup de ces militants ne parlent même pas l’arabe correctement, révélant qu’ils se cachent souvent eux-mêmes pour fumer ou jouer au football…
Il est difficile de rester insensible à cette rare voix venue d’Afrique, à la sincérité d’Abderrahmane Sissako, : loin des images simplificatrices des médias, il entend en effet montrer « le combat silencieux des hommes et des femmes qui chantent dans leur tête » alors que la musique est interdite, défendre aussi la conviction, contre les extrémistes, que « l’Islam, c’est d’abord la tolérance, le respect de l’autre. »

Pistes Pédagogiques:
  • Le jihadisme et l’islam
  • L’Afrique sahélienne aujourd’hui
  • Extrémisme et fanatisme
  • A partir de 15 ans
  • Du 12-03-2015 au 31-03-2015
  • Dossier disponible en mars

[Retour en haut de la page]



Il était une forêt

  • PRIMAIRE
  • de Luc Jacquet
  • France, 2013, 1h19

Le réalisateur Luc Jacquet ("La marche de l’empereur"), grand spécialiste du documentaire sur la nature, s’est basé sur les travaux du botaniste Francis Hallé, pour retracer la formation de la forêt primaire. Le savant intervient lui-même dans le film dans quelques scènes à couper le souffle, où ce monsieur, plus très jeune, réalise de merveilleux dessins au sommet des plus hauts arbres du monde !
L’originalité de ce documentaire est de conjuguer des images en prise de vue réelle et des images de synthèse, pour figurer la croissance des arbres ! On ne confond jamais les deux types d’images et pourtant, ils se marient harmonieusement pour créer une œuvre inédite. Le film donne à comprendre l’évolution de la forêt et explique notamment les stratégies des arbres pour croître et se reproduire, dans un spectacle assez fascinant.

Pistes Pédagogiques:
  • La formation de la forêt
  • Les arbres : des géants, maîtres du temps
  • Le métier de botaniste
  • Dessiner la nature
  • De 8 à 12 ans
  • Du 19-03-2015 au 03-04-2015
  • Dossier disponible

[Retour en haut de la page]



L'image manquante

  • SECONDAIRE
  • de Rithy Panh
  • France/Cambodge, 2013, 1h32

De 1975 à 1979, les Khmers rouges ont imposé une dictature sanglante au Cambodge faisant sans doute plus d’un million de victimes parmi une population d’à peine huit millions de personnes. Plus de la moitié de ces victimes sont mortes de faim, d’épuisement, de maladies, les autres étant directement exécutées de façon terriblement brutale, souvent après avoir été torturées. L’ensemble de la population a pratiquement réduite en esclavage et contrainte au travail forcé.
Rithy Pahn, qui était alors un jeune adolescent, est un des survivants de ces massacres, et, alors qu’il a vu la plus grande partie de sa famille exterminée, il témoigne depuis lors par le cinéma et la littérature de ce qu’il a vécu. "L’Image manquante" retrace ainsi l’expulsion après la victoire des Khmers rouges de tous les habitants de Phnom Penh, leur mise au travail forcé dans des campagnes reculées, la violence quotidienne, l’épuisement qui gagne ses proches et la mort qui décime bientôt toute la famille, les uns après les autres.
Mais pour évoquer cette dictature sur laquelle n’existent que des films de propagande, le cinéaste a choisi d’utiliser des petites figurines en terre peinte qui lui permettent de mettre en scène de façon simple mais frappante les images qu’il a seulement pu garder dans sa mémoire. Ainsi, sans jamais basculer dans l’horreur, "L’Image manquante" permet d’appréhender de façon très personnelle ce qui fut l’un des pires massacres du 20e siècle.
Il s’agit sans aucun doute d’un des documentaires les plus forts et les plus émouvants de ces dernières années, une œuvre incontournable autant d’un point de vue historique que simplement humain.

Pistes Pédagogiques:
  • Le Cambodge sous la dictature khmère rouge
  • Massacres et génocide au 20e siècle
  • Histoire et mémoire : différence et complémentarité
  • A partir de 14 ans
  • Du 19-03-2015 au 03-04-2015
  • Dossier disponible en mars

[Retour en haut de la page]



Capelito et ses amis

  • MATERNELLE
  • de Rodolfo Pastor
  • Espagne, 2014, 40 min

Qui ne connaît Capelito, ce petit coquin de champignon facétieux au nez magique et aux chapeaux farfelus ? Décliné en huit courts métrages d’une durée moyenne de cinq minutes, le troisième volet de ses péripéties emprunte une nouvelle fois des chemins de traverse pour nous faire découvrir mille et une facettes de la vie au pays des cèpes : tricotage à même le dos des moutons, expérience d’invisibilité, rencontres pittoresques avec un moustique voleur, un chat malade, un renard, un éléphant joueur de clarinette… Tout cela dans un climat de bonhomie, d’humour et de bonne humeur inaltérable.

Pistes Pédagogiques:
  • Le monde des champignons
  • Quand végétaux et animaux prennent une apparence humaine
  • Facéties, astuces et idées saugrenues
  • A partir de 2 ans et demi
  • Du 23-04-2015 au 26-06-2015
  • Dossier disponible en fevrier

[Retour en haut de la page]



Le garçon et le monde

  • PRIMAIRE
  • de Alê Abreu
  • Brésil, 2014, 1h20

À la campagne, un petit garçon mène une vie insouciante auprès de ses parents. Un jour, son père est amené à quitter la famille pour travailler loin de là, dans une plantation de coton. L’enfant, lui, a bien du mal à accepter cette séparation et il décide de partir seul sur les traces de son père… Périple au cœur du monde du travail, de dessin animé est aussi un voyage au fil du temps qui évoque le passage d’une société agricole à une société industrielle.
Mélangeant toutes sortes de couleurs et de techniques (pastels à l’huile, crayons de couleurs, feutres, stylos à bille, peinture, collages de journaux…), Alê Abreu propose des formes souvent minimalistes comme les dessineraient eux-mêmes les enfants, ce qui lui donne une étonnante liberté d’expression. À plusieurs reprises, il exploite d’ailleurs cette spontanéité enfantine en montrant les pages blanches en train de se remplir et de se vider au gré de la progression du petit protagoniste de l’histoire, qui évolue ainsi dans un monde inconnu et complètement changeant.

Pistes Pédagogiques:
  • La famille
  • Le monde du travail
  • Le graphisme du film
  • A partir de 7 ans
  • Du 23-04-2015 au 26-06-2015
  • Dossier disponible en mai

[Retour en haut de la page]



2013 - 2014

Le petit chat curieux maternelle du 19-09-2013 au 08-10-2013
Les trois brigands maternelle / primaire du 03-10-2013 au 15-10-2013
Le petit Gruffalo maternelle du 10-10-2013 au 12-11-2013
Les enfants loups primaire du 10-10-2013 au 25-10-2013
L’écume des jours secondaire du 17-10-2013 au 25-10-2013
Disconnect secondaire du 07-11-2013 au 26-11-2013
Marina secondaire du 07-11-2013 au 28-01-2014
Pinocchio primaire du 07-11-2013 au 26-11-2013
Comme un lion primaire / secondaire du 28-11-2013 au 21-01-2014
Epic, la bataille du royaume secret primaire du 28-11-2013 au 20-12-2013
Le bonhomme de neige maternelle du 28-11-2013 au 20-12-2013
4,5,6 Mélie pain d'épice maternelle du 06-01-2014 au 21-01-2014
La marche secondaire du 06-01-2014 au 28-02-2014
Les garçons et Guillaume, à table! secondaire du 06-01-2014 au 28-02-2014
Lettre à Momo primaire / secondaire du 09-01-2014 au 04-02-2014
Jean de la lune maternelle / primaire du 23-01-2014 au 11-02-2014
La sorcière dans les airs maternelle du 30-01-2014 au 27-06-2014
The Selfish giant secondaire du 06-02-2014 au 25-03-2014
Ernest et Célestine maternelle / primaire du 24-02-2014 au 28-02-2014
Minuscule, la vallée des fourmis perdues primaire du 10-03-2014 au 04-04-2014
Il était une forêt primaire du 13-03-2014 au 04-04-2014
L'attentat secondaire du 13-03-2014 au 01-04-2014
La balade de Babouchka maternelle du 13-03-2014 au 04-04-2014
Wadjda secondaire du 13-03-2014 au 25-03-2014
Le petit Roi et autres contes maternelle du 22-04-2014 au 20-05-2014

Le petit chat curieux

  • MATERNELLE
  • de Goda Tsuneo
  • Japon, 2009, 1h, version française

Koma est un petit chat qui adore bricoler. Crayons, papier, bouts de ficelle, appareil photo… tout devient pré-
texte à expérimenter des créations amusantes et des
jeux sans fin. Ce film se compose de cinq aventures de
ce chat mignon, reliées entre elles par sa grande passion : le cinéma !
Voici une excellente entrée en matière pour une première sortie au cinéma. Les petits de maternelle s’identifierontfacilement aux centres d’intérêt de ce petit chat astucieux et se retrouveront dans
l’univers de l’enfance, avec sa candeur et sa spontanéité. De plus, la création d’un film
dans le film permettra d’aborder de manière simple l’envers du décor et comprendre les
étapes d’une création cinématographique.
Pour les classes qui souhaitent prolonger la vision, notre équipe proposera une visite des
cabines de projection et une animation « jeux optiques ».

Pistes Pédagogiques:
  • - L’amitié
  • - Les préjugés et l’intolérance
  • - Des héros, du livre au cinéma
  • de 3 à 6 ans
  • Du 19-09-2013 au 08-10-2013
  • Dossier disponible

[Retour en haut de la page]



Les trois brigands

  • MATERNELLE/PRIMAIRE
  • de Hayo Freitag
  • Allemagne, 2007, 1h20, version française

Trois méchants brigands sont la terreur de la région. Ils détroussent les voyageurs et détruisent les attelages jusqu’au jour où le contenu de la diligence est… une petite
fille ! Tiffany, saisissant l’occasion d’échapper à l’orphelinat, se fait emmener dans leur repère…
Tout comme « Jean de la lune », ce conte retranscrit l’atmosphère à la fois nocturne et amusante de l’oeuvre originale, avec une musique qui colle particulièrement bien
au sujet. Un chouette doublé qui permettra de plonger et se replonger dans l’oeuvre
inépuisable de Tomi Ungerer.

Pistes Pédagogiques:
  • Les contes
  • Les peurs de l’enfance
  • Tomi Ungerer
  • De 5 à 9 ans
  • Du 03-10-2013 au 15-10-2013
  • Dossier disponible

[Retour en haut de la page]



Le petit Gruffalo

  • MATERNELLE
  • de Uwe Heidschötter et Johannes Weiland
  • Grande-Bretagne/Allemagne, 2012, 43 min., version française

Souvenez-vous la saison dernière : le Gruffalo, ce monstre, tout droit sorti de l’imagination d’une maman écureuil ingénieuse, s’était matérialisé sur nos écrans pour le plus grand bonheur des tout petits… et à la grande frayeur des animaux de la forêt ! Il nous revient aujourd’hui dans le rôle d’un papa soucieux de préserver son fils de la Grande Méchante Souris. C’est qu’il sait, lui, de quoi il parle… Il a gardé de cette Terreur des bois l’image d’une créature gigantesque, aux yeux cruels et aux moustaches pointues comme des épées. Donc, en aucun cas, il n’autorise le Petit Gruffalo à se promener seul dans la forêt. Mais c’est sans compter sur l’esprit curieux de son fils…
Ce film débordant d’humour et de malice est précédé de trois courts métrages qui font écho aux aventures du Petit Gruffalo et complètent idéalement le programme : « Des Pas dans la neige » montre l’épopée d’un petit loir qui, une nuit, décide de suivre les traces d’un animal dont il a découvert les empreintes. « Le Chemin d’un lièvre » raconte quant à lui l’histoire d’un jeune lièvre à qui sa maman explique les dangers du monde qui l’entoure. Enfin dans « L’Oiseau et la feuille), un souffle de vent emporte la dernière feuille d’une branche dénudée. Un oisillon se lance alors à sa poursuite à travers la forêt hivernale mais… le renard n’est pas loin !

Pistes Pédagogiques:
  • - Découvrir son environnement
  • - La forêt et ses animaux
  • - Les relations parents/enfants
  • A partir de 2 ans et demi
  • Du 10-10-2013 au 12-11-2013
  • Dossier disponible en octobre

[Retour en haut de la page]



Les enfants loups

  • PRIMAIRE
  • de Mamoru Hosada
  • Japon, 2012, 1h57, version française

Etudiante dans une université de la banlieue de Tokyo, Hana a l’attention attirée par un
jeune homme taciturne et solitaire. Elle décide d’aller vers lui, ce qui marque là le début
d’une belle histoire d’amour. Mais le jeune homme porte en réalité un terrible secret :
il possède une double nature humaine et animale. Cette nouvelle singulière n’ébranle
pourtant pas la relation heureuse des amoureux et deux enfants vont bientôt naître de
cette union. A la mort accidentelle du papa, Hana se retrouve seule pour éduquer Ame
et Yuki. Craignant les réactions du voisinage au cas où l’un d’eux viendrait à se métamorphoser en public, elle est rapidement acculée à fuir avec eux la ville et le regard
des autres. Installée dans un coin isolé de la campagne nippone, la jeune femme y mène
une existence difficile mue par le souci quotidien de nourrir sa famille et la volonté de
laisser à ses enfants le choix de devenir qui ils sont vraiment.
L’histoire des enfants loups s’inscrit dans un univers fin et touchant qui se caractérise
d’abord par le réalisme des situations qu’il décrit. Loin des mondes édulcorés qui fondent généralement le contexte des films pour enfants, ce dessin animé transcrit ainsi
sans filtre la réalité telle qu’elle se présente à nous, avec son lot d’obstacles et de
difficultés. Toutefois, la crudité qu’une telle approche pourrait laisser supposer est
subtilement absente du filmgrâce à un traitement des scènes qui accorde une grande
place à l’implicite et à la pudeur des sentiments et des situations. D’autre part, sur
le plan des thématiques abordées, la question de la double nature représente, sous
une forme extrême certes, un sujet dans lequel tous les jeunes spectateurs devraient
pouvoir se retrouver. Ceux-ci en effet expérimentent tout au long de leur enfance le
conflit entre les règles de la vie en société transmises par l’éducation et leurs désirs
spontanés, plus instinctifs, qui entrent souvent en contradiction avec tous ces apprentissages, contraintes et interdits.

Pistes Pédagogiques:
  • evenir qui on est vraiment
  • - Nature/culture
  • - Le Japon : approche géographique et culturelle
  • - L’implicite et le réalisme : deux
  • dimensions importantes du film
  • de 8 à 12 ans
  • Du 10-10-2013 au 25-10-2013
  • Dossier disponible en octobre

[Retour en haut de la page]



L’écume des jours

  • SECONDAIRE
  • de Michel Gondry
  • France, 2013, 2h05

« L’écume des jours » est l’histoire surréelle et poétique de Colin, un jeune homme
idéaliste et inventif, qui rencontre Chloé, une jeune femme qui semble être l’incarnation
d’un blues de Duke Ellington. Leur mariage idyllique tourne à l’amertume quand Chloé
tombe malade d’un nénuphar qui grandit dans son poumon. Pour payer les soins, dans un
Paris fantasmatique, Colin doit travailler dans des conditions de plus en plus absurdes,
pendant qu’autour de lui son appartement se réduit et ses amis, dont Chick le fanatique
du philosophe Jean-Sol Partre, se délitent.
Le réalisateur fou –mais ô combien inventif- de « La science des rêves » qui adapte
Boris Vian, ça attise forcément la curiosité ! Pour incarner ces personnages hors du
commun, Michel Gondry s’est tourné vers un casting très attractif : Audrey Tautou,
Romain Duris, Gad Elmaleh, Omar Sy… Mais ce qui fait avant tout la force de son œuvre,
c’est de refuser les effets spéciaux et de « bricoler » avec génie des trucages « à
l’ancienne », comme passer une bobine à l’envers ou utiliser l’animation image par image.
Autres exemples : la souris, élément important du récit, est incarnée par un acteur,
remis dans un décor à petite échelle ; la couleur s’efface au fur et à mesure du récit.
Ces petites inventions servent le parti-pris du réalisateur de prendre les métaphores
au sens littéral et de donner lieu à de curieuses scènes où l’émotion est souvent évacuée
au profit de la poésie. Si, comme toute adaptation, il s’agit d’une interprétation, ce film
offrira cependant l’opportunité d’aborder Boris Vian et une lecture personnelle.

Pistes Pédagogiques:
  • - Boris Vian
  • - Une vision personnelle
  • - Le langage cinématographique
  • A partir de 15 ans
  • Du 17-10-2013 au 25-10-2013

[Retour en haut de la page]



Disconnect

  • SECONDAIRE
  • de Henry Alex Rubin
  • Etats-Unis, 2013, 1h55, VO sous-titrée

Deux jeunes adultes vivent un deuil difficile suite au décès de leur enfant. Emmurés
dans leur tristesse, ceux-ci perdent petit à petit le contact l’un avec l’autre, l’épouse
palliant sa solitude en se confiant à des inconnus sur des sites de rencontre. Deux
adolescents n’hésitent pas quant à eux à créer un faux profil Facebook pour harceler
un camarade de classe timide et renfermé. Enfin, une journaliste convaincue de se
faire un nom en interviewant un jeune homme employé dans un tchat pornographique
le prend en pitié et décide d’outrepasser son rôle pour faire son bonheur malgré lui…
Construites en parallèle, ces trois histoires vont progressivement s’imbriquer pour nous
parler d’une société atomisée où les échanges virtuels ont de plus en plus tendance à
se substituer aux rapports humains, avec tous les risques que cela comporte - abus de
confiance, piratage de données, usurpation d’identité, intrusion dans la vie privée… - et
des conséquences parfois dramatiques : vie professionnelle compromise, ruine financière, détresse affective et morale pouvant mener au suicide…
Déployé autour de sujets comme le désir de réussite ou de vengeance, le rêve d’une
autre vie et le harcèlement des plus fragiles, « Disconnect » est un film choral qui
croise avec beaucoup d’intelligence les fils de ces destinées particulières. Captivant
par la tension qu’il installe, le filmm met ainsi en scène trois crises qui trouvent chacune
une issue positive dans des retrouvailles profondément humaines et authentiques. Touchant, dynamique et tout en nuances sur la thématique des réseaux sociaux et autres
sites de rencontres, « Disconnect » est donc aussi un film plein d’espoir susceptible de
déclencher auprès des jeunes une vraie réflexion constructive. À travers la fiction et
le comportement des divers protagonistes, c’est entre autres l’occasion d’aborder avec
eux une question d’actualité inscrite au cœur d’un débat de société qui les concerne au
premier chef.

Pistes Pédagogiques:
  • Les richesses et les dangers d’Internet
  • Le film choral : ses particularités, son efficacité
  • Morale et relativité des perceptions
  • A partir de 13 ans
  • Du 07-11-2013 au 26-11-2013
  • Dossier disponible en novembre

[Retour en haut de la page]



Marina

  • SECONDAIRE
  • de Stijn Coninx
  • Belgique/Italie, 2013, 1h50, VO sous-titrée

À la sortie de la Seconde guerre mondiale, les pays européens du Nord font largement
appel à la main d’œuvre italienne pour travailler dans les mines et l’industrie. C’est
notamment le cas de la Belgique qui, en 1946, signe avec l’Italie un protocole d’accord
économique prévoyant l’envoi de cinquante mille travailleurs italiens contre un approvisionnement annuel de trois millions de tonnes de charbon. C’est dans ce contexte
d’émigration massive que Salvatore quitte sa Calabre natale, avec l’espoir de revenir
au pays une fois fortune faite. Il laisse sur place son épouse et son fils Rocco, alors
âgé d’une dizaine d’années. Rapidement pourtant, Salvatore les fait venir dans la région
minière du Limbourg où il travaille. Pour l’enfant et sa mère, c’est le choc : la grisaille,
la pluie et le froid remplacent brutalement les couleurs et la lumière tandis que des
baraquements fichés dans la boue rendent les conditions de vie plus pénibles encore.
S’ajoutent à cela les difficultés liées à l’intégration de la famille : la pratique d’une
langue différente, l’adaptation à une nouvelle culture, le racisme… En dépit de toutes
ces difficultés, Rocco va pourtant braver les contraintes sociales et familiales pour
fuir sa destinée ouvrière et accomplir un rêve : devenir musicien et séduire une jeune
Flamande de bonne famille.
Fondée sur les souvenirs d’enfance de Rocco Granata, chanteur italo-belge rendu
célèbre dans le monde entier grâce à son tube « Marina », le film de Stijn Coninx
(« Daens », « Sœur Sourire ») prend la forme d’un témoignage émouvant sur une page
importante de notre histoire socio-économique. Tenant à la fois du biopic et du mé-
lodrame, il suscite par ailleurs vis-à-vis de son jeune héros une profonde empathie
qui devrait rendre les élèves de tout le secondaire particulièrement réceptifs à son
parcours difficile et à la relation complexe qu’il entretient avec son père, une relation
habitée pêle-mêle par l’amour, le respect, l’incompréhension, la rancune et des visions
radicalement différentes de la vie.

Pistes Pédagogiques:
  • L’immigration italienne en Belgique
  • Les charbonnages
  • Le mélange des cultures
  • Contraintes sociales et choix de vie
  • A partir de 13 ans
  • Du 07-11-2013 au 28-01-2014

[Retour en haut de la page]



Pinocchio

  • PRIMAIRE
  • de Enzo d'Alo
  • Italie, 2013, 1h18, version française

Qui ne connaît Pinocchio, ce pantin de bois fabriqué par le menuisier Geppetto qui
s’anime magiquement pour devenir le fils qu’il n’a jamais eu ? Ses multiples aventures
sont une nouvelle fois mises à l’honneur dans ce film italien où l’on retrouve Mangefeu, le
montreur de marionnettes, Gédéon et Grand Coquin, deux rusés complices qui s’acharnent à le détourner du droit chemin pour lui faire découvrir le prétendu Champ des
miracles et l’Ile aux jouets, contrée soi-disant idyllique où l’école n’existe pas…
« Les Aventures de Pinocchio », du journaliste et écrivain italien Carlo Collodi, a fait
l’objet de multiples adaptations. Celle que propose ici Enzo d’Alo, réalisateur de « La
Flèche bleue »ou encore de « La Mouette et le chat », a ceci de particulier qu’elle restaure une version assez proche de l’édition originale, qui s’était largement estompée
dans l’imaginaire au profit de l’adaptation américanisée qu’en a donnée Walt Disney en
1940. L’enfant de bois naïf et timide retrouve entre autres sa personnalité de garnement ainsi qu’une apparence moins humanisée, assez proche de l’Arlequin de la Commedia dell’arte. Quant aux décors, tout en rondeurs et couleurs vives, ils ont été conçus
par le dessinateur bien connu Lorenzo Mattotti, et évoquent la Toscane - où Collodi
avait lui-même inscrit l’action du conte- et offrent une balade picturale qu’épouse parfaitement la musique du compositeur Lucio Dalla.

Pistes Pédagogiques:
  • Pinocchio, d’une version à l’autre
  • Le graphisme : formes et couleurs
  • Les valeurs véhiculées par le conte
  • de 6 à 10ans
  • Du 07-11-2013 au 26-11-2013
  • Dossier disponible en octobre

[Retour en haut de la page]



Comme un lion

  • PRIMAIRE/SECONDAIRE
  • de Samuel Collardey
  • France, 2013, 1h42

Mitri vit avec sa grand-mère dans un village sénégalais. Comme pour bien des gamins,
son rêve est d’émigrer en France pour y devenir footballeur professionnel. Un jour, un
recruteur est annoncé dans la région, une occasion à ne surtout pas rater pour le jeune
adolescent. Effectivement repéré, Mitri supplie alors sa grand-mère de payer la somme
exorbitante que cet homme réclame pour les frais d’hébergement en France. Face à
l’insistance désespérée de son petit-ils dont le rêve est désormais à portée de main, la
vieille dame finit par céder. Pour cela, elle est obligée de vendre le verger qui les faisait
vivre tous les deux et de faire appel à la tontine, un système d’épargne collective qu’il
faudra rembourser… Or une fois en France, Mitri se retrouve totalement abandonné à
son sort. C’est alors grâce à une détermination exceptionnelle, un moral d’acier et une
audace que seul l’instinct de survie procure que l’adolescent parvient à dépasser son
immense déception. Continuant à y croire en dépit des circonstances, il s’impose sur les
terrains d’entraînement où il croise le chemin d’un ancien joueur de Sochau reconverti
en petit entraîneur local.
« Comme un lion » est un film remarquable dont le mérite est entre autres de mettre en
évidence avec beaucoup de force le fossé qui existe entre le rêve d’un avenir doré et la
réalité parfois sordide que ce rêve cache pour de nombreux jeunes footballeurs africains fascinés par les clubs occidentaux. Victimes de recruteurs véreux qui voient dans
cet espoir d’une vie meilleure l’opportunité de dépouiller les familles, beaucoup d’entre
eux se retrouvent en effet dans la même situation que Mitri, confrontés à mille et une
difficultés financières, administratives mais aussi morales. Le film est par conséquent
une belle occasion pour les adolescents de prendre la mesure d’un phénomène bien réel
mais très peu visible dans la mesure où il est masqué par la réussite d’un nombre restreint de joueurs bien connus.

Pistes Pédagogiques:
  • Du rêve africain à la réalité européenne
  • Monde du football et monde du business
  • Effectuer des choix
  • a partir de 11 ans
  • Du 28-11-2013 au 21-01-2014
  • Dossier disponible en octobre

[Retour en haut de la page]



Epic, la bataille du royaume secret

  • PRIMAIRE
  • de Chris Wedge
  • Etats-Unis, 2013, 1h44, version française

A la mort de sa maman, la jeune Mary-Kate retourne chez son père, une sorte de savant
fou, qui soupçonne l’existence d’un autre monde, peuplé d’êtres minuscules qui vivent
dans la forêt et la protègent. La jeune fille n’arrive pas à entrer en contact avec ce
père obsédé par ses recherches et elle est sur le point de repartir d’où elle vient, quand
elle découvre que ces créatures que son père cherche à saisir, les hommes-feuilles,
existent bel et bien ! Ceux-ci sont en effervescence, car le moment est venu pour leur
reine de désigner celui ou celle qui lui succédera. Mais la cérémonie merveilleuse est
interrompue par une attaque des Boggans, les ennemis des hommes-feuilles. Mary-Kate
va se trouver projetée bien malgré elle dans cette guerre qui oppose le Bien et le Mal !
Ce film en images de synthèse allie aventure, humour et message écologique. Celui-ci
n’est pas lourdement appuyé ; au contraire, le film encourage plutôt une réflexion sur
la vie et les êtres vivants. Il permettra aussi d’exploiter le thème du bien et du mal qui
est parfois développé de manière très simpliste. Pour un regard complémentaire sur la
forêt, le documentaire « Il était une forêt », présenté un peu plus loin, constitue un
contrepoint intéressant.

Pistes Pédagogiques:
  • La vie de la forêt
  • L’infiniment petit
  • La science et l’imaginaire
  • Le bien et le mal : est-ce vraiment aussi simple ?
  • de 6 à 10 ans
  • Du 28-11-2013 au 20-12-2013
  • Dossier disponible en novembre

[Retour en haut de la page]



Le bonhomme de neige

  • MATERNELLE
  • de Dianne Jackson
  • Grande-Bretagne, 1982, 42 min., VO sous-titrée

« Le Bonhomme de neige » est un dessin animé rempli d’émotion et de magie et qui a
déjà séduit des générations d’enfants. Il raconte en images et en musique l’histoire
d’une amitié merveilleuse entre un petit garçon et son bonhomme de neige. Dans le froid
de la nuit, l’ami glacé tout à coup scintille et prend vie à la grande joie de l’enfant. C’est
le début d’une aventure peu ordinaire pour les deux nouveaux compagnons.
Cette histoire magique est servie par la grande qualité du dessin pastel, de l’animation
et de la musique. Ce dessin animé d’une durée courte est l’occasion idéale pour faire
découvrir le cinéma aux jeunes enfants de maternelle. L’originalité du graphisme comme
la tendresse qui se dégage de toute l’histoire raviront les enfants comme leurs instituteurs ou institutrices.
On signalera que ce filmvient de faire l’objet d’une restauration et d’une numérisation
qui permettent d’assurer une projection optimale. Il est accompagné du court métrage
« Roulent les pommes » de Reinis Kalnaellis.

Pistes Pédagogiques:
  • Raconter le film avec ses propres mots
  • Reconstruire l’histoire
  • Distinguer rêve et réalité
  • L’hiver
  • A partir de 2 ans et demi
  • Du 28-11-2013 au 20-12-2013
  • Dossier disponible

[Retour en haut de la page]



4,5,6 Mélie pain d'épice

  • MATERNELLE
  • de collectif
  • France, 2007-2009, 51min

Au royaume de Balthazar, c’est le jour de la galette des rois. La princesse Mélie, qui a tiré la fève, choisit comme roi du carnaval fleuri son ami Léon. Jaloux, le vil conteur Boniface va exécuter un plan diabolique : empoisonner l’eau de la source et faire accuser Léon…
Avec de délicats motifs d’enluminure, on ne se lasse pas de ce conte où les princesses ne sont pas en reste !

  • A partir de 3 ans
  • Du 06-01-2014 au 21-01-2014
  • Dossier disponible

[Retour en haut de la page]



La marche

  • SECONDAIRE
  • de Nabil Ben Yadir
  • France, 2013

En 1983, quelques jeunes de la cité des Minguettes, dans la banlieue de Lyon, révoltés
par les bavures policières et les actes racistes, ont l’idée d’une grande manifestation
pacifiste. Soutenu par un curé, ils organisent la « marche pour l’égalité et contre le
racisme » qui partira de Marseille pour rejoindre Paris. Une trentaine de personnes se
mettent en route en octobre… Elles seront près de cent mille à Paris 3 mois plus tard !
C’est Nabil Ben Yadir, réalisateur des Barons, qui met en scène cette reconstitution
d’une des plus enthousiaste manifestation du siècle dernier ! Ces jeunes issus de l’immi-
gration «qui avancent la main ouverte plutôt que le poing levé, même s’ils ont l’estomac
noué par la peur ou la colère » symbolisent pour le réalisateur une exemplaire forme de
résistance. Lutter contre les discriminations, reconnaître chacun comme un citoyen à
part entière, voilà des objectifs qui sont encore et toujours à atteindre.

Pistes Pédagogiques:
  • Racisme et autres formes de discriminations
  • L’action non-violente
  • L’engagement politique et social
  • Quelle reconnaissance pour les jeunes issus de l’immigration ?
  • A partir de 13 ans
  • Du 06-01-2014 au 28-02-2014
  • Dossier disponible en fevrier

[Retour en haut de la page]



Les garçons et Guillaume, à table!

  • SECONDAIRE
  • de Guillaume Gallienne
  • France, 2013, 1h25

Voici une comédie irrésistible où Guillaume Gallienne joue son propre rôle, adolescent.
Il est le sujet d’une confusion sexuelle assez troublante que sa mère entretient en
l’appelant par inadvertance « ma chérie »… En effet, Guillaume se prend manifeste-
ment pour une fille et se comporte comme tel, alors qu’il est évidemment un garçon.
Contrairement à ses deux frères, il déteste le sport mais adore les histoires de Sissi…
Pas facile pour un adolescent d’assumer cette différence : il en fera les frais au pen-
sionnat puis dans un collège anglais huppé où il connaîtra un douloureux chagrin d’amour.
Pourtant, avec les années, les expériences et la recherche de soi, Guillaume va faire un
très curieux coming-out.
Sociétaire de la Comédie Française, Guillaume Gallienne a d’abord raconté son histoire
dans un one-man-show qu’il adapte ici brillamment au cinéma. Il y joue son personnage,
donc, mais aussi celui de sa mère, ce qui constitue une trouvaille et un ressort comique
très efficace ! Le fi lm aborde la question de l’identité et de l’orientation sexuelles d’une
manière si souple que les crispations qu’un tel sujet peut provoquer vont se désamorcer
d’elles-mêmes…

Pistes Pédagogiques:
  • L’autobiographie
  • L’identité sexuelle
  • Théâtre et cinéma
  • Les relations parents-enfants
  • A partir de 14 ans
  • Du 06-01-2014 au 28-02-2014
  • Dossier disponible en decembre

[Retour en haut de la page]



Lettre à Momo

  • PRIMAIRE/SECONDAIRE
  • de Hiroyuki Okiura
  • Japon, 2013, 2h, version française

Lettre à Momo évoque le deuil d’une jeune adolescente qui vient de perdre son père.
Elle est ainsi tourmentée par les premiers mots d’une lettre inachevée de ce dernier,
et elle a bien de la peine à accepter le déménagement à la campagne que sa mère lui
impose après ce décès. Cette rupture accentue d’abord le repli de la jeune fille, jusqu’au
jour où elle rencontre un jeune garçon qui devient son ami. Mais trois Yokais entrent
également dans sa vie : ces créatures à la fois étranges et hilarantes qu’elle seule peut
voir et entendre vont bientôt l’aider à retrouver goût à l’existence et lui redonner
confiance en elle.
Avec beaucoup d’humour, de légèreté et des situations souvent cocasses, « Lettre à
Momo » aborde pourtant des thèmes graves comme la perte d’un proche, le travail de
deuil et les différentes attitudes qui peuvent être adoptées en de pareilles circons-
tances. La dimension loufoque liée à la présence permanente des Yokais tout au long
de l’histoire est ainsi contrebalancée par une description très réaliste d’un sujet évidemment sensible et douloureux. Ce dessin animé, qui plaira sans nul doute aux enfants,
mérite donc pleinement aussi l’intérêt des enseignants, à qui il permettra d’aborder ces
questions avec beaucoup de délicatesse et d’humanité mais également de revenir sur
les caractéristiques géographiques et culturelles du Japon, où se déroule l’action du
fi lm, ainsi que sur les place et rôle des Yokais dans l’imaginaire et la vie sociale, l’adaptation à un nouvel environnement ou encore, l’importance d’exprimer et de partager ses sentiments.

Pistes Pédagogiques:
  • L’autobiographie
  • L’identité sexuelle
  • Théâtre et cinéma
  • Les relations parents-enfants
  • De 10 à 13 ans
  • Du 09-01-2014 au 04-02-2014
  • Dossier disponible en janvier

[Retour en haut de la page]



Jean de la lune

  • MATERNELLE/PRIMAIRE
  • de Stephan schesch
  • France/Irlande/Allemagne, 2012, 1h35

Jean de la lune est un petit bonhomme laiteux et tout de blanc vêtu, descendu de son
astre pour fuir la solitude et l’ennui. Portant sur le monde terrestre un regard profondément naïf, Jean de la lune va faire des découvertes exceptionnelles qui le raviront,
comme celle de la nature par exemple, et des rencontres séduisantes comme celle de
l’inventeur Ekla-des-ombres, grâce à qui il découvre l’humanité et ses particularités :
le langage, l’amitié, les sentiments, les valeurs… Mais avec le Président de la terre,
dictateur qui le prend pour un ennemi dangereux et interprète sa venue comme les
prémisses d’une invasion…
Adapté du grand classique de Tomi Ungerer, «Jean de la lune» séduit d’abord par sa
dimension poétique et un univers graphique particulièrement original. Outre une thématique riche à exploiter en classe à travers les grandes leçons du fi lm (l’importance de la beauté et du rêve dans la vie, l’importance aussi de valeurs comme l’amitié, la liberté et la tolérance), Jean de la lune permet par ailleurs d’explorer quelques notions scientifiques comme les phases de la lune et la succession des jours et des nuits.

Pistes Pédagogiques:
  • Découverte du monde sensoriel
  • Les sentiments et les valeurs
  • La place du rêve dans la vie
  • La lune; le jour et la nuit
  • De 5 à 9 ans
  • Du 23-01-2014 au 11-02-2014
  • Dossier disponible en octobre

[Retour en haut de la page]



La sorcière dans les airs

  • MATERNELLE
  • de Max Lang et Jan Lachauer, Alicja Björk et Nils Skapans
  • GB/ Lettonie/ Suède, 2012, 50 min., version française

« La Sorcière dans les airs » (26 minutes), qui donne son titre au programme raconte
comment une gentille sorcière qui campe au bord d’un lac fait exploser par mégarde le
chaudron dans lequel elle prépare avec entrain toutes sortes de potions magiques. Le
bruit est tellement fort qu’il réussit même à réveiller un dragon tranquillement endormi
dans les environs ! Et lorsqu’elle enfourche joyeusement son balai avec son chat et son
chaudron pour fuir l’orage qui se prépare, elle est loin de se douter que la créature
cracheuse de feu s’est lancée à leurs trousses…
Adapté d’un album de Julia Donaldson et Axel Scheffler, ce dessin animé s’inscrit dans
la lignée de leur livre « Le Gruffalo », par son humour, sa fantaisie et ses prouesses
graphiques. Il est accompagné de deux autres courts métrages : « Juste un petit peu »,
l’histoire d’un cochon en chemin pour le lac qui rencontre des animaux plutôt bizarres
et « Un jour merveilleux », qui dévoile comment une journée comme les autres se trans-
forme soudain en une fantastique aventure pour un chat et sa maîtresse.

Pistes Pédagogiques:
  • Sorcières et dragons
  • La différence
  • Du livre au cinéma
  • A partir de 3-4 ans
  • Du 30-01-2014 au 27-06-2014
  • Dossier disponible en janvier

[Retour en haut de la page]



The Selfish giant

  • SECONDAIRE
  • de Clio Barnard
  • Grande-Bretagne, 2013, 1h33, VO sous-titrée

Libre adaptation d’un conte d’Oscar Wilde, « Le Géant égoïste » met en scène deux adolescents d’aujourd’hui, dans un coin d’Angleterre où règnent la pauvreté et la misère. Arbour souffre d’un trouble mal défini : toujours en mouvement, rétif à toute forme d’autorité, il est exclu de l’école. Son copain Swifty est lui aussi renvoyé pour quelques jours pour être intervenu dans une bagarre où Arbour était mêlé. Livrés à eux-mêmes, les deux garçons découvrent qu’ils peuvent gagner de l’argent en vendant des métaux à un ferrailleur, Kitten. Si Arbour est surtout motivé par le gain, Swifty, lui, voudrait approcher les chevaux de Kitten, une bête de trait et un superbe trotteur.
Ce film fait immanquablement penser aux drames de Ken Loach : même contexte social, mêmes victimes du libéralisme. Mais Clio Barnard développe un style moins démonstratif et très personnel, avec des images d’une grande beauté. Ses personnages sont terriblement attachants et vont vivre des expériences parfois traumatisantes, qui marqueront durablement l’imagination des spectateurs.

Pistes Pédagogiques:
  • - De nouvelles formes de pauvreté ?
  • - La crise et la débrouille
  • - Quelle reconnaissance pour les adolescents en difficulté ?
  • - Du conte à la fiction réaliste
  • A partir de 15 ans
  • Du 06-02-2014 au 25-03-2014
  • Dossier disponible en fevrier



[Retour en haut de la page]



Ernest et Célestine

  • MATERNELLE/PRIMAIRE
  • de Benjamin Renner, Stéphane Aubier et Vincent Patar
  • France/Belgique/Luxembourg, 2012, 1h20

Beaucoup d’enfants connaissent sans doute déjà l’ours Ernest et la petite souris Célestine, qui sont les héros des albums de Gabrielle Vincent. Ce fi lm d’animation, dont le génial Daniel Pennac a écrit le scénario, va leur faire découvrir comment ces deux sympathique personnages se sont rencontrés et sont devenus amis ! Rien ne les préparait à cela : les ours vivent à la surface et détestent les souris, qui elles-mêmes habitent en
sous-sol et ont une frousse bleue des ours ! Un jour, Ernest se réveille affamé ! Il s’en
va à la recherche de nourriture et rencontre Célestine, qui va le convaincre de ne pas
la manger mais de se servir plutôt dans un magasin de friandises ! De son côté, Ernest,
rassasié, va aider Célestine à remplir sa mission de petite souris. Mais il n’est pas bien
vu pour une souris de faire copain-copine avec un ours ! Et l’inverse est vrai aussi… mais
l’amitié entre Célestine et Ernest sera plus forte que tous les préjugés !
Les réalisateurs du fi lm ont parfaitement respecté l’esprit de l’oeuvre de Gabrielle
Vincent et livrent un dessin animé absolument mignon, plein de poésie et d’humour. Un
authentique petit bijou de cinéma !

Pistes Pédagogiques:
  • L’amitié
  • Les préjugés et l’intolérance
  • Des héros, du livre au cinéma



[Retour en haut de la page]



Minuscule, la vallée des fourmis perdues

  • PRIMAIRE
  • de Thomas Szabo et Hélène Giraud
  • France, 2013, 1h29

Dans une paisible clairière, les objets d’un pique-nique laissés à l’abandon après un orage vont être le point de départ d’une guerre entre deux bandes rivales de fourmis, ayant pour enjeu une boîte de sucres. C’est dans cette tourmente qu’une jeune coccinelle va se lier d’amitié avec une fourmi noire et l’aider à sauver sa fourmilière des terribles fourmis rouges !
Voici une production tout à fait originale, dans la lignée de la série télé éponyme, puisqu’elle met en scène des personnages en animation de synthèse dans des décors naturels : ceux du Mercantour et du Parc des Ecrins ! C’est dire la majesté de la nature représentée ! Pourtant, les insectes qu’on y voit évoluer, sont eux des petits personnages rigolos qui ne s’expriment que par mimiques et bruitages étonnants ! Humour et aventure sont les maîtres-mots qui caractérisent ce film en tout point exceptionnel.

Pistes Pédagogiques:
  • - L’infiniment petit
  • - Les fourmis et autres insectes
  • - S’exprimer sans paroles
  • - La nature grandiose
  • A partir de 6 ans
  • Du 10-03-2014 au 04-04-2014
  • Dossier disponible en mars



[Retour en haut de la page]



Il était une forêt

  • PRIMAIRE
  • de Luc Jacquet
  • France, 2013, 1h19

Le réalisateur de « La Marche de l’empereur », grand spécialiste du documentaire sur la nature, s’est basé sur les travaux du botaniste Francis Hallé, pour retracer la formation de la forêt primaire. Le savant intervient lui-même dans le film dans quelques scènes à couper le souffle, où ce monsieur, plus très jeune, réalise de merveilleux dessins au sommet des plus hauts arbres du monde !
L’originalité de ce documentaire est de conjuguer des images en prise de vue réelle et des images de synthèse, pour figurer la croissance des arbres ! On ne confond jamais les deux types d’images et pourtant, ils se marient harmonieusement pour créer une œuvre inédite.
Le film donne à comprendre l’évolution de la forêt et explique notamment les stratégies des arbres pour croître et se reproduire, dans un spectacle fascinant.

Pistes Pédagogiques:
  • - La formation de la forêt
  • - Les arbres : des géants, maîtres du temps
  • - Le métier de botaniste
  • - Dessiner la nature
  • De 8 à 12 ans
  • Du 13-03-2014 au 04-04-2014
  • Dossier disponible en janvier



[Retour en haut de la page]



L'attentat

  • SECONDAIRE
  • de Ziad Doueiri
  • Liban/France/Belgique/Qatar, 2013, 1h45, VO sous-titrée

Le Docteur Amine Jaafari travaille comme chirurgien à l’hôpital de Tel Aviv. D’origine arabe, il est un citoyen israélien intégré et estimé de ses compatriotes. Reconnu pour ses travaux scientifiques, il se sent parfaitement heureux en ménage avec son épouse Siham. Amine ne se méfie pas, et il a bien du mal à comprendre la haine qui oppose les deux peuples israélien et palestinien. Lorsque se produit un jour un nouvel attentat-suicide dont il doit soigner les survivants, il ne peut que déplorer la barbarie absurde d’un tel geste, qui a fait de nombreuses victimes parmi les femmes et les enfants qui participaient alors à un goûter d’anniversaire. Cette nuit-là pourtant, la police vient le chercher pour reconnaître le cadavre de sa propre épouse. La kamikaze, c’est elle… En dépit de l’évidence, le médecin s’entête pourtant à la croire innocente, mais il est progressivement contraint d’admettre une réalité qu’il n’aurait jamais soupçonnée. Il décide alors de se rendre à Naplouse pour comprendre ce qui a pu pousser sa femme à commettre un tel geste…
L’attentat - adapté du roman homonyme de Yasmina Khadra - raconte le parcours d’un homme a priori détaché des passions politiques qui embrasent la région, amené pourtant malgré lui à s’interroger sur les formes les plus violentes de la lutte politique. Le cinéaste libanais Ziad Doueiri porte ainsi un regard nuancé sur ce conflit et évite les nombreux clichés qui encombrent notre perception de cette situation. Sans justifier l’action des uns ou des autres, il invite ainsi les spectateurs à partager le questionnement d’un homme confronté à l’inimaginable.

Pistes Pédagogiques:
  • - Le conflit israélo-palestinien
  • - Préjugés et haine raciale
  • - Terrorisme et attentats-suicides
  • A partir de 15 ans
  • Du 13-03-2014 au 01-04-2014
  • Dossier disponible en mars



[Retour en haut de la page]



La balade de Babouchka

  • MATERNELLE
  • de Studi Pilot
  • Russie, 2006-2009, 52 minutes, version française

Voici quatre courts métrages d’animation inspirés du folklore russe. Il y sera question d’un sultan, père de deux adorables jumelles et propriétaire d’un rossignol un peu déprimé. On rencontrera aussi un gros ours brun qui sort de son hibernation et rencontre quelques autres habitants des bois. Trois biquettes très rigolotes seront confrontées à un intrus qui se cache dans leur maison. Et enfin, une gamine très malicieuse jouera bien des tours à une renarde qui voudrait la croquer.
Ces quatre histoires courtes illustrent les traditions de différentes régions russes. Elles ont chacune leur style propre, mais ont en commun d’être drôles et esthétiquement très réussies. Chacun de ces courts métrages est introduit par une petite animation en pâte à modeler qui présente sa région d’origine.

Pistes Pédagogiques:
  • - Les contes
  • - Les animaux domestiques ou sauvages
  • - La Russie : un pays immense
  • - Quatre styles pour quatre histoires
  • De 3 à 6 ans
  • Du 13-03-2014 au 04-04-2014
  • Dossier disponible en mars

[Retour en haut de la page]



Wadjda

  • SECONDAIRE
  • de Haifaa Al Mansour
  • Arabie Saoudite, 2012, 1h37, VO sous-titrée

C’est à travers les escapades de Wadjda, une jeune adolescente de douze ans, que nous découvrons la vie quotidienne en Arabie Saoudite, plus exactement dans la banlieue de Riyad. Wadjda a des parents qui s’aiment, qui l’aiment et qui l’autorisent à écouter de la musique rock et à porter des baskets. En jeans sous son abaya, elle fait plutôt figure de rebelle à l’école, où elle va pourtant bluffer tout le monde en remportant un concours… de récitation coranique ! C’est que la fillette a secrètement décidé de mettre tout en œuvre pour obtenir l’argent nécessaire à l’achat d’un magnifique vélo qui lui permettrait de faire la course avec son ami Abdallah. En Arabie Saoudite en effet, les vélos sont réservés aux hommes, et même sa mère, plutôt tolérante, subit la pression sociale et refuse de le lui acheter.
À travers le destin de plusieurs personnages féminins, ce sont les différents aspects de la condition féminine qui sont abordés dans le film comme le mariage forcé ou la polygamie. La cinéaste Haifaa Al Mansour, première réalisatrice à travailler en Arabie Saoudite, évoque toutes ces questions avec nuance en montrant les contraintes sociales, multiples et complexes, qui pèsent aussi bien sur les uns et les autres. L’histoire du film, pleine de fraîcheur, toute en légèreté et en finesse, s’inscrit ainsi dans un contexte lourd de traditions qui ne concède aux femmes qu’une place étroite d’épouse ou de mère. Confronté au personnage de Wadjda, une enfant éprise de liberté et de rêves à mille lieues de la conduite adulte qu’on attend déjà d’elle, l’ordre établi n’en paraît ainsi que plus absurde et plus injuste encore. Le film est donc pour les élèves une belle occasion de débattre entre autres de la parité entre les filles et les garçons dans la société saoudienne mais aussi dans la nôtre.

Pistes Pédagogiques:
  • - La condition des femmes en Arabie Saoudite et ailleurs
  • - Une société de contraintes et de contradictions
  • - L’égalité hommes/femmes
  • A partir de 13 ans
  • Du 13-03-2014 au 25-03-2014
  • Dossier disponible en mars



[Retour en haut de la page]



Le petit Roi et autres contes

  • MATERNELLE
  • de Lajos Nagy et Maria Horvath
  • Hongrie, 2013, 41 minutes, version française

Ce programme de dessins animés vient de Hongrie et regroupe cinq histoires de roi, de paysans et d’animaux. Par exemple, on y fait la connaissance d’un jeune homme qui trouve une astuce pour s’introduire dans la chambre de la fille du roi : ainsi, il découvrira le secret qui lui permettra de l’épouser… Un paysan envoie ses trois fils travailler ; ceux-ci prennent chacun des chemins différents… La fille du roi est bien malade et personne n’arrive à la guérir : pour gagner son cœur et lui rendre la santé, un jeune berger tente sa chance…
Les personnages hauts en couleur de ces histoires font appel à la magie pour atteindre leurs objectifs, mais ils font également preuve de beaucoup d’astuce et de bon sens. Quant au graphisme du film, il se signale par ses couleurs chatoyantes et ses formes très sympathiques. Les cinq histoires se caractérisent par le même style graphique, ce qui donne une grande unité au programme.

Pistes Pédagogiques:
  • - Les contes
  • - Rois, reines, princes et princesses
  • - Un graphisme original
  • - Les stéréotypes masculins et féminins
  • A partir de 3 ans
  • Du 22-04-2014 au 20-05-2014



[Retour en haut de la page]



2012 - 2013

7, 8, 9… Boniface maternelle du 01-01-2013 au 31-01-2013
38 témoins secondaire du 17-01-2013 au 29-01-2013
Couleur de peau : Miel primaire / secondaire du 17-01-2013 au 29-01-2013
Les Chevaux de Dieu du 01-02-2013 au 28-02-2013
Les Nouvelles Aventures de Capelito maternelle du 01-03-2013 au 30-04-2013
Little black spiders secondaire du 07-03-2013 au 19-03-2013
Tous au Larzac secondaire du 07-03-2013 au 19-03-2013
La clef des champs primaire du 14-03-2013 au 26-03-2013
Le Fils de l’Autre secondaire du 14-03-2013 au 26-03-2013
Cheburashka et ses amis maternelle du 01-04-2013 au 31-05-2013

7, 8, 9… Boniface

  • MATERNELLE
  • de Pierre-Luc Granjon et Antoine Lanciaux, Johannes Weiland et Uwe Heidschötter, Verena Fels
  • Allemagne/ France, 2009-2011, 42 min, version française

Après « L’Hiver de Léon » et « Le printemps de Mélie », L’Été de Boniface, pièce
maîtresse de ce programme de courts métrages, offre la vedette au conteur mal intentionné
des premiers épisodes… La Princesse Mélie, qui d’habitude vit chez son papa,
vient passer ses vacances chez sa maman, la Reine Héloïse. Mélie n’est pas venue seule: elle a invité tous ses amis à venir camper dans sa belle cité médiévale, aux abords du
château d’Escampette. Mais cet été, Boniface et la Reine Héloïse sont amoureux. Pas
facile à accepter pour la petite Mélie…
Séparation des parents et familles recomposées font partie des thèmes abordés avec
fi nesse et intelligence par « L’Eté de Boniface » mais aussi par « Le Petit garçon et le
monstre », premier fi lm du programme. « Mobile » traduit quant à lui en images et avec
beaucoup d’originalité un sentiment sans doute familier aux jeunes spectateurs : l’envie
d’aller à la rencontre des autres.
Tous ces thèmes ainsi que les traitements scénaristiques et graphiques de grande qualité
dont ils font l’objet toucheront les jeunes spectateurs et feront certainement
écho à leur ressenti personnel.

Pistes Pédagogiques:
  • L’esthétique médiévale et l’art
  • de l’enluminure
  • Les relations familiales ;
  • aller vers les « autres »
  • Les vacances
  • 3 à 6 ans
  • Du 01-01-2013 au 31-01-2013
  • Dossier disponible en janvier



[Retour en haut de la page]



38 témoins

  • SECONDAIRE
  • de Lucas Belvaux
  • France/ Belgique, 2012, 1h44

Au Havre, une femme est assassinée sauvagement pendant la nuit. La police qui enquête sur le meurtre ne recueille cependant pratiquement aucun témoignage dans le voisinage, tout le monde étant semble-t-il profondément endormi à ce moment. Parmi ces témoins, Pierre, qui est pilote des cargos rentrant au port, semble néanmoins rongé par un terrible secret qu’il avouera bientôt à sa compagne absente cette nuit-là : il a vu le meurtre mais n’a rien fait…
Librement inspiré d’un fait divers survenu aux États-Unis dans les années 1960, ce fi lm aux accents policiers met l’accent sur la responsabilité morale des individus face à une situation inacceptable. Il interroge ainsi des phénomènes comme l’apathie collective
ou au contraire la culpabilité individuelle. Sobrement mis en scène, il retiendra aussi
bien l’attention des professeurs de morale (laïque ou confessionnelle) que de sciences
humaines.

Pistes Pédagogiques:
  • L’effet témoin, un « classique »
  • de la psychologie sociale
  • Les différentes versions d’un
  • fait divers Le point de vue du réalisateur
  • Responsabilité individuelle et
  • collective
  • 14 ans
  • Du 17-01-2013 au 29-01-2013
  • Dossier disponible en octobre



[Retour en haut de la page]



Couleur de peau : Miel

  • PRIMAIRE/SECONDAIRE
  • de de Jung et Laurent Boileau
  • Belgique-France, 2012, 1h15

1970. Un enfant abandonné est trouvé dans une rue de Séoul. Après un examen médical,
il est « approuvé pour adoption ». C’est ainsi que Jung arrive à l’âge de cinq ans, dans une famille belge qui compte déjà quatre enfants. Avec eux, il va grandir, apprendre le français et faire les 400 coups ! Mais entre les petits événements cocasses qui jalonnent son parcours pointent parfois des sentiments de doute et de déracinement.
À l’adolescence particulièrement, Jung s’interroge sur sa place dans sa famille d’adoption mais aussi sur ses parents biologiques, dont il ne sait pas qui ils sont ni ce qu’ils sont devenus.
Cette histoire, Jung, devenu adulte et dessinateur, l’a racontée en BD. Elle est aujourd’hui
adaptée au cinéma, dans ce fi lm qui mêle habilement séquences animées et
quelques images en prises de vue réelles, qui ont une portée documentaire. Le fi lm
réussit ainsi à nous faire ressentir de l’intérieur ce que vivent les enfants adoptés. En
même temps, les questionnements de Jung (et parfois ses errements) peuvent parler
à un très large public. Aussi drôle qu’émouvant, ce dessin animé pourra susciter une
exploitation riche et diversifi ée, tant par ses thèmes que par son esthétique.

Pistes Pédagogiques:
  • • L’adoption
  • • Les relations familiales
  • • Trouver sa voie
  • • L’expression artistique



[Retour en haut de la page]



Les Chevaux de Dieu

  • de de Nabil Ayouch
  • Maroc/France/Belgique, 2012, 1h55

Yachine et son frère Hamid vivent dans un gigantesque bidonville aux abords de Casablanca.
C’est le règne de la débrouille pour survivre au milieu d’une violence quotidienne entre clans et mafi as locales. Les années passent jusqu’à ce que Hamid se retrouve en
prison dont il sortira métamorphosé. Il rejoint alors un petit groupe d’islamistes et convainc bientôt son frère de l’accompagner. C’est le début d’un long endoctrinement qui les emmènera sur la voie du terrorisme…
Nabil Ayouch, réalisateur marocain, a voulu comprendre pourquoi son pays a été frappé
en 2003 par le terrorisme et comment des jeunes gens issus sans doute de milieux très
défavorisés ont pu basculer dans le fanatisme le plus extrême. Son regard est sans
complaisance, et il n’hésite pas à montrer les quartiers les plus défavorisés du Maroc,
mais il souligne également la complexité des raisons qui peuvent motiver un tel passage
à l’acte. Pour cela, il s’est notamment appuyé sur un long travail de documentation qui
transparaît dans son approche tout en fi nesse de ses personnages.
Évitant le manichéisme, le fi lm de Nabil Ayouch suscitera certainement discussions et
réfl exions chez les jeunes spectateurs notamment ceux issus de l’immigration marocaine.
Professeurs d’histoire, de géographie et de morale (laïque ou confessionnelle)
en profi teront notamment pour aborder des thèmes d’actualité comme la situation du
Maroc, les bouleversements récents dans les pays arabes ou les différentes formes du
terrorisme (qui, soulignons-le d’emblée, n’est pas uniquement islamiste).

Pistes Pédagogiques:
  • Le terrorisme aujourd’hui
  • Sectarisme, fanatisme et conditionnement
  • mental
  • La situation actuelle dans les
  • pays arabes
  • Les pays « touristiques », entre
  • misère et cartes postales
  • A partir de 15 ans
  • Du 01-02-2013 au 28-02-2013
  • Dossier disponible en fevrier



[Retour en haut de la page]



Les Nouvelles Aventures de Capelito

  • MATERNELLE
  • de Rodolfo Pastor
  • Espagne, 2012, 40 min

Avec « Les Nouvelles Aventures de Capelito », un programme d’animation en pâte à modeler qui prolonge la série proposée lors de la saison précédente, nous retrouvons le petit champignon au nez magique et aux drôles de chapeaux ainsi que ses sympathique acolytes. Également composé de huit courts métrages sans paroles, il met en scène ses nouvelles inventions, toutes plus farfelues les unes que les autres.
On le verra ainsi tour à tour tenter en vain de pêcher des poissons sous la glace, se faire harceler par
une mouche qui l’empêche de réaliser ses plans, inventer une astuce pour remplacer le
beau chapeau qu’il a égaré, fabriquer un drôle de manège pour deux petits champignons,
partir à la découverte d’une contrée sauvage et pleine de surprises, se lancer à la recherche
d’un chien perdu, se déguiser en souris pour participer à une fête à laquelle les
champignons n’ont pas été invités ou encore, conduire une future maman champignon à
l’hôpital.
Composé d’histoires à la fois drôles, saugrenues et pleines de fraîcheur, ce programme
offre l’occasion d’aborder sur le ton de l’humour les mille et une gaffes commises par
les joyeux lurons du fi lm et d’explorer différents univers : le monde des champignons,
des poissons, des insectes… Par ailleurs, la courte durée des épisodes — cinq minutes en
moyenne —, la simplicité des décors et l’ingénuité des personnages font des « Nouvelles
Aventures de Capelito » une réalisation idéale pour emmener une première fois les tout
petits sur le chemin des salles obscures.

Pistes Pédagogiques:
  • Le monde des champignons
  • Les poissons, les insectes et
  • autres animaux
  • Bêtises et subterfuges
  • A partir de 2 ans et demi
  • Du 01-03-2013 au 30-04-2013
  • Dossier disponible en mars



[Retour en haut de la page]



Little black spiders

  • SECONDAIRE
  • de Patrice Toye
  • Belgique, 2011, 1h30, VO sous-titrée

Katja, jeune adolescente, tombe enceinte à la suite d’une relation adultère avec un homme plus âgé qu’elle. Elle est déterminée à garder le bébé et à vivre en famille avec
le père mais les jeunes fi lles enceintes ne font pas toujours ce qu’elles veulent. Ainsi,
Katja rejoint d’autres jeunes fi lles enceintes dans le grenier d’un hôpital où leurs grossesses sont dissimulées à la société. « Pour leur bien », elles vivent en vase clos avec pour seuls contacts l’austère directrice de l’hôpital, son assistante et l’homme à tout faire. La directrice laisse croire aux jeunes fi lles qu’elles ont le choix entre garder leur enfant après l’accouchement ou le faire adopter par un couple riche. Mais en réalité,
seule la seconde option est prévue. Katja et son amie Roxy tentent de se soustraire à
cette réalité, déterminées à rester maîtres de leur vie.
Le fi lm s’inspire de faits réels survenus en Flandre dans les années 70’, une époque
marquée par la prégnance très forte du catholicisme dans la gestion des institutions.
Troisième long métrage (après « Rosie » et « Niemand ») de la réalisatrice belge Patrice
Toye, « Little Black Spiders » pose des questions cruciales comme celles de la
liberté individuelle et plus précisément du respect de la liberté des individus à disposer
de leurs corps dans une société parfois très normative.

Pistes Pédagogiques:
  • Liberté individuelle et
  • contraintes sociales
  • Situation politique, sociale et
  • culturelle de la Belgique dans
  • les années 70
  • L'adolescence



[Retour en haut de la page]



Tous au Larzac

  • SECONDAIRE
  • de de Christian Rouaud
  • France, 2011, 2h

Au travers de témoignages émouvants, Tous au Larzac revient sur le combat mené dès 1971 par les paysans du Larzac contre l’État français et sa décision unilatérale
d’étendre le camp militaire implanté dans la région. Cette lutte, qui devait durer dix années entières, trouvera rapidement le soutien actif de quantités de mouvements
divers (mouvement hippie, étudiants, pacifi stes, non-violents emmenés par Lanza del Vasto, jeunes maoïstes, …) venus s’installer sur place pour prêter main-forte. Grâce
aux actions spectaculaires qu’ils mènent — rallier Paris en tracteur, puis à pied…, faire
paître leurs moutons sur le Champ de Mars, aux pieds de la Tour Eiffel… — et aux affrontements
qui les opposent quotidiennement à l’armée sur le terrain, les paysans du
Larzac parviennent à sensibiliser puis à rallier à leur cause la France tout entière, qui
voit naître un peu partout des centaines de comités de soutien.
Cette décennie de résistance a profondément marqué les personnes qui en ont été les
acteurs. Femmes et hommes se souviennent aujourd’hui d’une tranche de vie exceptionnelle,
marquée par une solidarité à toute épreuve et un engagement indéfectible
de toute la communauté aux seules fi ns d’obtenir l’annulation du projet militaire. Très
vite est né autour de cette lutte un mode d’existence particulier fondé sur la vie communautaire,
l’ouverture à d’autres idées ou modes de pensée, la rencontre et le partage
avec des gens provenant d’horizons divers, la mise au point d’actions spectaculaires et
une action constante élaborée au jour le jour. Toutes ces valeurs, à l’origine peu répandues
dans un monde agricole plutôt conservateur et fermé à l’extérieur, ont forgé au
fi l du temps une conscience collective qui se traduit aujourd’hui encore par un certain
nombre d’actions spectaculaires et engagées. Ainsi José Bové, présent sur le plateau du
Larzac durant les années 1970 et témoin privilégié dans le fi lm aux côtés d’autres personnalités
fortes, représente toujours à l’heure actuelle l’incarnation de la conscience
politique qui s’est éveillée alors au coeur du monde paysan.

Pistes Pédagogiques:
  • Les événements du Larzac dans
  • leur contexte historique.
  • La construction d’une conscience
  • collective.
  • Résistance, détermination, solidarité
  • et non violence : réfl exion
  • sur les valeurs.
  • A partir de 15 ans
  • Du 07-03-2013 au 19-03-2013
  • Dossier disponible en octobre



[Retour en haut de la page]



La clef des champs

  • PRIMAIRE
  • de Claude Nuridsany et Marie Pérrenou
  • France, 2011, 1h21

Pendant ses vacances d’été, un jeune garçon solitaire tombe sous le charme d’une mare abandonnée dans un écrin de verdure. À force de contemplation, il découvre là un petit monde peuplé de créatures étonnantes, fascinantes, parfois effrayantes, qui devient bientôt son refuge contre la dureté du monde adulte.
C’est d’ailleurs avec beaucoup de mal qu’il accepte de partager ce royaume enchanté avec une fi llette dont il a remarqué les traces et qu’il se met à épier, choqué par la manière dont elle transforme les coquelicots
en poupées ou encore les feuilles en frêles embarcations. Pour lui, en effet, la nature doit rester vierge et intacte. Petit à petit, pourtant, les deux enfants s’apprivoisent et deviennent inséparables…
Conte naturel, « La Clé des champs » s’inscrit dans un univers intemporel, sans dialogues
et sans repères spatiaux précis. Évoluant au fi l d’un récit débité en voix-off
par un adulte qui se souvient de son enfance avec nostalgie, le fi lm poursuit, grâce
aux techniques macro photographiques, l’exploration de l’infi niment petit entamée dans
l’éblouissant « Microcosmos, le peuple de l’herbe ». Tritons, rainettes et libellules
prennent cette fois la place des petits animaux de la prairie pour devenir les artistes
délicats d’un ballet poétique sur nénuphars et tiges de roseaux, le tout magnifi é par la
musique de Bruno Coulais et un environnement sonore des plus réussis.

Pistes Pédagogiques:
  • L’écosystème de la mare.
  • Vivre avec la nature.
  • Un conte fantastique.



[Retour en haut de la page]



Le Fils de l’Autre

  • SECONDAIRE
  • de Lorraine Lévy
  • France, 2012, 1h45, VO sous-titrée

En Israël, le jeune Joseph s’apprête à faire son service militaire, mais une prise de
sang révèle bientôt qu’il n’est pas le fi ls biologique de ses parents. Une rapide enquête
montre alors qu’il a été échangé à la naissance avec Yacine, enfant d’une famille palestinienne de Cisjordanie. Ce quiproquo, loin de tout esprit de comédie, sera l’occasion pour tous, parents et enfants, Israéliens et Palestiniens, d’une remise en cause de leurs certitudes les plus intimes.
« Le Fils de l’Autre » aborde à travers une situation exceptionnelle le confl it israélo-
palestinien en évitant aussi bien la caricature que les bons sentiments. Il montre
en particulier la profondeur des haines et des ressentiments malgré une pacifi cation
apparente. Et bien entendu, il ne prétend pas résoudre de façon individuelle un confl it
qui perdure depuis plus d’un demi-siècle.
Ce fi lm peut ainsi être l’occasion pour les professeurs d’histoire et de géographie mais
également de morale (laïque ou confessionnelle) d’aborder la question israélo-palestinienne
et surtout de prendre connaissance des points de vue antagoniques des uns et
des autres, liés en particulier à des histoires différentes et contrastées.

Pistes Pédagogiques:
  • Le confl it israélo-palestinien
  • Des points de vue opposés
  • Se forger une opinion dans un
  • conflit politique
  • Le point de vue de la réalisatrice
  • A partir de 13 ans
  • Du 14-03-2013 au 26-03-2013
  • Dossier disponible en decembre



[Retour en haut de la page]



Cheburashka et ses amis

  • MATERNELLE
  • de Makoto Nakamura
  • Japon, 2011, 1h20, version française

Cheburashka est une charmante peluche qui se plaint cependant de ne pas avoir d’amis.
Heureusement notre personnage rencontre bientôt Gena, un crocodile aussi inoffensif
que sympathique. L’arrivée d’un cirque dans leur petite ville sera l’occasion de nouvelles rencontres et de nouvelles aventures.
L’entraide, la tolérance, l’amitié et la persévérance sont les valeurs phares de ce fi lm
poétique, drôle et plein de charme.
Cheburashka, le personnage principal de ces trois courts métrages d’animation, est né
de l’imagination de l’écrivain russe Edouard Uspenski et est rapidement devenu très
populaire auprès des enfants dans son pays. Héros principal d’une série de fi lms d’animation
de 1969 à 1983, cette peluche aux formes simplifi ées et arrondies a en outre
été choisie comme la mascotte russe aux Jeux Olympiques de 2004 et s’est répandue
dans de nombreux pays étrangers comme le Japon au cours des années 2000 : cela
explique que ce personnage d’origine russe se retrouve aujourd’hui dans un programme
d’origine japonaise.
Le personnage de Cheburashka, seul représentant d’une espèce inconnue — au point
qu’aucun zoo ne veut d’abord l’accueillir ! —, ne pourra par son aspect de tendre peluche
que susciter la sympathie et la curiosité des plus jeunes spectateurs lors d’une première
sortie au cinéma !

Pistes Pédagogiques:
  • Parler du fi lm
  • Les différents personnages
  • Peluches et poupées…
  • A partir de 2 ans et demi
  • Du 01-04-2013 au 31-05-2013
  • Dossier disponible en avril



[Retour en haut de la page]



2011 - 2012

Les contes de la nuit primaire du 01-09-2011 au 25-10-2011
Les géants secondaire du 06-10-2011 au 29-11-2011
Capelito, le champignon magique maternelle du 13-10-2011 au 28-10-2011
Le gamin au vélo secondaire du 13-10-2011 au 25-10-2011
Le criquet maternelle du 20-10-2011 au 13-12-2011
In a better world secondaire du 10-11-2011 au 22-11-2011
La source des femmes secondaire du 10-11-2011 au 30-11-2011
1,2,3 ... Léon ! maternelle du 01-12-2011 au 20-12-2011
Arrietty, le petit monde des chapardeurs primaire du 01-12-2011 au 20-12-2011
Les neiges du Kilimandjaro secondaire / superieur du 01-01-2012 au 31-01-2012
Le tigre et les animaux de la forêt maternelle du 09-01-2012 au 28-02-2012
Vincent et moi primaire du 19-01-2012 au 28-02-2012
Allez raconte ! maternelle / primaire du 02-02-2012 au 14-02-2012
17 filles secondaire / superieur du 08-03-2012 au 20-03-2012
Azur et Asmar primaire du 15-03-2012 au 27-01-2012
L'ours montagne primaire du 15-03-2012 au 24-01-2012
Zaïna, cavalière de l'Atlas primaire / secondaire du 15-03-2012 au 27-03-2012
Le marchand de sable maternelle du 19-04-2012 au 30-04-2012

Les contes de la nuit

  • PRIMAIRE
  • de Michel Ocelot
  • France, 2011, 1h24

L’auteur de Kirikou et de Azur et Asmar revient sur les écrans avec un film qui en contient plusieurs ! En effet, reprenant le dispositif de Princes et Princesses (sorti en 2000), Michel Ocelot met en scène une jeune fille, un jeune homme et un vieux technicien dans un cinéma désaffecté. Là, le trio imagine des histoires, des personnages, des décors, des costumes… qui s’animent magiquement sur l’écran ! Ainsi, nous ferons la connaissance de Ti’Jean l’Antillais, qui va s’aventurer dans le royaume des morts, d’un couple d’amoureux mis à l’épreuve d’un terrible secret, ou encore d’un jeune homme qui ne ment jamais et qui va se trouver au centre d’un cruel pari…

Chacun de ces contes prend place dans un contexte original, comme les montagnes du Tibet, une cité mythique d’Amérique du Sud, un château du Moyen-âge, ou encore un village africain. Ainsi, le cadre culturel est renouvelé dans chaque conte, promettant de belles découvertes. Mais ce sont aussi des décors et des paysages somptueux qui se succèdent, magnifiquement mis en valeur par des ombres chinoises d’une grande finesse. Ils ne peuvent que susciter l’émerveillement des enfants comme des adultes.

Pistes Pédagogiques:
  • Les cultures du monde
  • Les contes
  • Dès 6 ans
  • Du 01-09-2011 au 25-10-2011
  • Dossier disponible

[Retour en haut de la page]



Les géants

  • SECONDAIRE
  • de Bouli Lanners
  • Belgique, 2011, 1h25

Zak et Seth sont frères et adolescents : pendant les vacances d’été, ils se retrouvent seuls dans une maison en Ardennes, désœuvrés et bientôt sans argent. Ils croisent cependant Danny, un autre adolescent, avec lequel ils vont se lancer dans une équipée à la fois dérisoire, comique et absurde…
Les Géants est un film sur l’adolescence, sur cet âge où tout paraît possible mais où l’on se heurte aussi brutalement à la dureté du monde. Nos trois « héros » semblent ainsi prêts à toutes les aventures dans ce coin sauvage des Ardennes, prêts aussi à toutes les expériences même les plus risquées. Mais question aventures, ce sera surtout une errance placée sous le signe de la débrouille et de la galère.
Bouli Lanners excelle à décrire l’adolescence avec son sentiment d’ennui, son désir de franchir les limites et son goût des aventures inconsidérées. Loin de tout discours explicite, son film privilégie cependant la dimension visuelle avec des rencontres improbables, des situations absurdes proches du burlesque ainsi qu’une plongée dans une nature ardennaise magnifiée et bien éloignée des sentiers battus…

"Les Géants" interpellera donc les jeunes spectateurs en leur proposant une image de cet âge contradictoire et ironique, mais aussi déformée et sardonique.
Ce sera également l’occasion de mener des débats au cours de morale ou de religion, mais également de français : l’originalité du récit comme de la mise en scène mérite en effet analyse et réflexion.

Pistes Pédagogiques:
  • Licite et illicite
  • L'adolescence
  • Dès 14 ans
  • Du 06-10-2011 au 29-11-2011
  • Dossier disponible en octobre

[Retour en haut de la page]



Capelito, le champignon magique

  • MATERNELLE
  • de Rodolfo Pastor
  • Espagne, 2010, 42 minutes, version française

Capelito, le Champignon magique est un programme d’animation en pâte à modeler qui réunit huit courts métrages sans paroles autour d’un même personnage.
Dans le petit monde des champignons des bois, Capelito fait sensation grâce à son nez magique qui lui permet de transformer son chapeau à volonté. C’est le thème principal du premier court métrage intitulé les Chapeaux fous mais on le retrouve aussi de façon secondaire au fil des autres historiettes qui composent la série.
Sept autres aventures charmantes mettront Capelito aux prises notamment avec des petits lutins voleurs de pastèques, une maman autruche trop possessive, une chorale de moutons peu doués, des poux très envahissants ou encore un bébé bien encombrant quand on veut se rendre avec un ami à une partie de pêche !

Ce programme composé d’histoires aussi loufoques qu’ingénues et pleines de fraîcheur représente une occasion idéale de faire découvrir le grand écran aux tout petits; chaque court métrage d’une durée moyenne de cinq minutes offre par ailleurs l’occasion de revenir avec eux sur des thèmes variés : la nature, les champignons, les moutons mais aussi les bêtises qu’on peut faire quand on est tout petit, la musique ou encore l’hygiène.

Pistes Pédagogiques:
  • Les champignons
  • Les animaux
  • De 2 ans et demi à 6 ans
  • Du 13-10-2011 au 28-10-2011
  • Dossier disponible en octobre

[Retour en haut de la page]



Le gamin au vélo

  • SECONDAIRE
  • de Jean-Pierre et Luc Dardenne
  • Belgique, 2011, 1h24

Cyril, douze ans, essaie désespérément de retrouver son père qui l’a placé « provisoirement » dans un foyer pour enfants abandonnés. Dans sa recherche, il va croiser la route de Samantha, une jeune coiffeuse de son quartier : celle-ci va accepter de l’héberger pendant les week-ends. Mais pour Cyril, elle ne représente guère plus qu’un moyen pour contacter d’une manière ou d’une autre son père absent…

À travers le portrait de ce gamin aussi obstiné qu’attachant, les Dardenne saisissent un moment clé de l’existence, celui où l’enfant est pour la première fois confronté à des choix d’adulte. Mais le monde des adultes est aussi celui des lâchetés, des tentations et d’une violence multiforme… Le destin de Cyril dans sa quête maladroite d’affection et ses errements interpellera un grand nombre d’adolescents.
Si l’on retrouve dans ce film les grands thèmes des cinéastes liégeois ainsi que leur prédilection pour une peinture des milieux populaires de Seraing, ils ont cette fois laissé libre cours à une véritable tendresse pour leur personnage, tendresse incarnée en particulier par Cécile de France dans le rôle de Samantha. On recommande donc chaudement Le Gamin au vélo aux élèves ainsi qu’à leurs professeurs de morale, de religion, des français ou de sciences humaines : le film pose en effet des questions essentielles sur ce moment de vie qu’est l’adolescence.

Pistes Pédagogiques:
  • L'adolescence
  • Comprendre les motivations d'autrui
  • Faire les "bons" choix ?
  • Dès 13 ans
  • Du 13-10-2011 au 25-10-2011
  • Dossier disponible en octobre

[Retour en haut de la page]



Le criquet

  • MATERNELLE
  • de Zdenek Miler
  • Tchéquoslovaquie, 1978, 40 minutes, version originale

Le criquet est un sympathique petit personnage imaginé par Zdenek Miler, mieux connu pour être l’auteur de la Petite Taupe. Comme celle-ci, le criquet évolue dans une nature enchanteresse, parfois mise à mal par quelque insouciant, comme ce hérisson, qui transporte une poire dans une voiture bien polluante !
Mais, pour faire face aux petits aléas de la vie, le criquet a un allié précieux : son violon ! L’instrument qui ne le quitte jamais se révèle indispensable, pour jouer de la musique, bien sûr, qui adoucit les mœurs, mais aussi pour jouer des tours et faire danser tout un petit monde ! Autour du criquet, les enfants reconnaîtront les coccinelles, la poule et ses poussins, et beaucoup d’autres petits animaux !

Le programme se compose de sept petites histoires adorables qui mettent toutes en scène le criquet et son violon. Enfant et adultes seront également séduits par le charmant graphisme de tous ces dessins animés.

Pistes Pédagogiques:
  • Les insectes
  • La musique
  • Dès 3 ans
  • Du 20-10-2011 au 13-12-2011
  • Dossier disponible en octobre

[Retour en haut de la page]



In a better world

  • SECONDAIRE
  • de Suzanne Bier
  • Danemark, 2011, 1h40, VO sous-titrée

Elias, jeune adolescent, se fait brutaliser dans son école par certains de ses camarades, jusqu’à ce qu’un autre garçon, Christian, nouvellement arrivé, prenne sa défense. C’est le début d’une amitié marquée du sceau de la vengeance et de la violence. Christian en effet est prêt à tout pour ne pas devenir un souffre-douleur, même à prendre des risques inconsidérés. Elias va alors être entraîné dans des jeux dangereux alors que son père, médecin humanitaire, se fait quant à lui l’apôtre de la non-violence.

La réalisatrice danoise Suzanne Bier traite avec beaucoup de tact d’une problématique rarement abordée au cinéma mais pourtant bien réelle dans le monde scolaire : le harcèlement à l’égard des plus « faibles ». Mais elle replace ce thème dans un contexte plus large, celui de la légitimité de la violence morale et physique et plus particulièrement de la vengeance face à l’injustice. Elle multiplie ainsi les points de vue et les approches en évoquant en parallèle différentes situations : celles des enfants, celles de leurs parents avec leurs différends conjugaux, celles de pays européens en principe tolérants mais traversés par de sourds conflits, celles enfin de pays africains profondément marqués par les guerres civiles…
Professeurs de sciences humaines, de morale et de religion trouveront ici matière à débat et à réflexion : le film se signale notamment par une diversité d’approches d’une même thématique — la violence —, qui permettront de susciter le questionnement.

Pistes Pédagogiques:
  • Le harcèlement à l'école
  • La vengeance : quelle légitimité ?
  • Conflits moraux et conflits psychologiques
  • Dès 14 ans
  • Du 10-11-2011 au 22-11-2011
  • Dossier disponible en novembre

[Retour en haut de la page]



La source des femmes

  • SECONDAIRE
  • de Radu Mihaileanu
  • France, 2011, 2h15, VO sous-titrée

Aujourd’hui, quelque part en Afrique du nord, dans un village reculé, les femmes vont chercher l'eau à la source, en haut de la montagne, sous un soleil de plomb, et cela dure depuis la nuit des temps. Mais un jour, quand une femme enceinte est victime d’un accident au cours de cette corvée, Leila, jeune mariée, propose aux femmes de faire la grève de l’amour : plus de câlins ni de sexe tant que les hommes n’apporteront pas l’eau au village…
Cette histoire est traitée volontairement par le cinéaste comme une espèce de conte presque intemporel, mais de façon nuancée, puisqu’un certain nombre d’hommes (dont le mari de la meneuse) prennent le parti des femmes en révolte. C’est avec l’appui d’hommes éclairés, par l’amour et le savoir, que viendra le salut de femmes en lutte, semble ainsi affirmer Radu Mihaileanu.
Et il montre notamment la diversité des situations de ces femmes qu’il ne réduit pas au cliché de la soumission. Au contraire, il célèbre leur énergie, leur humour, leur joie de vivre, en s’appuyant en particulier sur une nouvelle génération d’actrices françaises issues de l’immigration maghrébine comme Hafsia Herzi (vue dans La Graine et le Mulet) et Leila Bekhti (ici aussi éblouissante que dans Tout ce qui brille) sans oublier les femmes du village marocain qui a servi de décor.
Ce film chaleureux ne peut que susciter l’adhésion des jeunes spectateurs et spectatrices, grâce notamment au chant et à la musique qui lui donnent une émotion supplémentaire. Bien entendu, il permettra également de susciter débat et réflexions autour de la condition féminine, hier et aujourd’hui, ici et ailleurs.

Pistes Pédagogiques:
  • Changer les mentalités
  • La condition féminine
  • Dès 13 ans
  • Du 10-11-2011 au 30-11-2011
  • Dossier disponible en mars

[Retour en haut de la page]



1,2,3 ... Léon !

  • MATERNELLE
  • de Collectif
  • France, 2008, 45 minutes

Dans ce programme, on retiendra d'abord "L'hiver de Léon", un moyen métrage de près de trente minutes qui illustre un beau conte médiéval. L'hiver s'est abattu sur le royaume et l'ogre des montagnes enlève la belle princesse Mélie Pain d’Épice. Léon, un jeune ours adopté par un couple d'apiculteurs, fait alors une fugue et tombe entre les mains de Boniface, le faiseur d'histoires. Après bien des péripéties, Léon réussira-t-il à sauver la princesse des griffes de l'ogre ?

Pistes Pédagogiques:
  • Le Moyen Âge
  • Raconter des histoires
  • Dès 3 ans
  • Du 01-12-2011 au 20-12-2011
  • Dossier disponible

[Retour en haut de la page]



Arrietty, le petit monde des chapardeurs

  • PRIMAIRE
  • de Hiromasa Yonebayashi
  • Japon, 2010, 1h34, version française

Connaissez-vous les Chapardeurs ? Ces êtres minuscules, en tout point semblables aux humains si ce n’est par la taille, vivent incognito dans les recoins des maisons, ne sortant de leur cachette que pour chaparder un peu de nourriture. Arrietty est l’une d’entre eux, fille unique d’un couple qui habite une maison ancienne à la campagne et très souvent inoccupée. Un jour, un jeune garçon, Sho, s’installe dans cette maison pour s’y reposer : il est malade et doit bientôt subir une grave opération. Sho a tout le loisir d’observer autour de lui et il découvre l’existence d’Arrietty ! Mais l’une des règles des Charpardeurs est de déménager s’ils sont découverts par des êtres humains…
Tiré d’un classique de la littérature de jeunesse, Arrietty fait ici l’objet d’une adaptation très délicate et vraiment très réussie. La perception du monde des Chapardeurs est admirablement rendue, notamment par les sons, qui prennent une « dimension » extraordinaire. Il se dégage de leur univers, par exemple de leur maison composée de bric et de broc, une poésie tout à fait inattendue.

Pistes Pédagogiques:
  • L'infiniment petit
  • L'environnement, le recyclage
  • Dès 6 ans
  • Du 01-12-2011 au 20-12-2011
  • Dossier disponible en novembre

[Retour en haut de la page]



Les neiges du Kilimandjaro

  • SECONDAIRE/SUPERIEUR
  • de Robert Guédiguian
  • France, 2011, 1h47

Au chantier naval de Marseille, on procède à des licenciements, par tirage au sort. Parmi les malchanceux qui perdent leur emploi, Michel, militant syndical de toujours. Heureusement, pour Michel, il n’y a pas que le travail qui donne du sens à sa vie : il a une femme, Marie-Claire, avec qui il forme un couple très uni, des enfants et des petits enfants et aussi des amis. Marie-Claire et Michel réunissent tout cet entourage bienveillant pour célébrer leurs 30 ans de mariage : une fête à leur image, conviviale, simple, chaleureuse et pleine d’émotions. Quelques jours plus tard, Michel et Marie-Claire sont victimes d’une agression d’une grande violence. Pourquoi s’en prendre à eux qui ont toujours eu le cœur sur la main et qui ne sont même pas riches ? Le sentiment d’injustice qui les submerge va-t-il bouleverser leur sens des valeurs ?

Le film de Robert Guédiguian suscite énormément d’émotions : le spectateur partagera autant les joies que les peines des protagonistes. Mais il se posera aussi beaucoup de questions sur les injustices, sur le respect des valeurs et des idéaux mis à l’épreuve de la réalité. Une œuvre bouleversante à voir absolument.

Pistes Pédagogiques:
  • Justice et injustice
  • Quelles places pour les idéaux humanistes dans notre société ?
  • L'engagement politique et social
  • A partir de 13 ans
  • Du 01-01-2012 au 31-01-2012
  • Dossier disponible



[Retour en haut de la page]



Le tigre et les animaux de la forêt

  • MATERNELLE
  • de Dace Riduze & Janis Cimermanis
  • Lettonie, 2010, 40 minutes

Voici quatre courts métrages d’animation de poupées ou de figurines aussi sympathiques que réjouissantes. Les unes représentent des animaux dont la vie ressemble beaucoup à celles des humains, notamment avec l’histoire de ce porcelet, un peu rustre, assez mal dégrossi, qui tombe amoureux d’une petite congénère particulièrement bien élevée et soignée : malheureusement notre jeune ami a perdu quelques-unes de ses dents, ce qui le met mal à l’aise face à sa nouvelle amie. Mais les bonnes manières ne sont pas synonymes de luxe et de richesse, comme le révèle la seconde histoire où l’on voit les parents de notre petite amoureuse se comporter comme de vrais « cochons » quand ils vont pique-niquer !
Les deux autres courts métrages racontent avec autant d’entrain et d’humour les aventures de « l’équipe de secours », une petite bande de joyeux débrouillards qui viendront en aide aux animaux de la forêt pourchassés par un chasseur riche et suffisant, puis à ceux d’un cirque qui se sont échappés au milieu d’un village stupéfait.

Rire et bonne humeur sont au rendez-vous de toutes ces histoires avec en plus pour certaines un petite touche de tendresse. On y retrouve également le très grand talent d’animateurs de ces réalisateurs lettons qui, au fil de leurs productions (depuis les Animaux fous, fous, fous jusqu’à L’Ours et le Magicien ou Le Bal des lucioles), ont réussi à imposer leur style inimitable et leur humour savoureux et décalé.

Pistes Pédagogiques:
  • Bonnes et mauvaises manières
  • Poupées, figurines et cinéma d'animation
  • Les animaux
  • A partir de 4 ans
  • Du 09-01-2012 au 28-02-2012
  • Dossier disponible



[Retour en haut de la page]



Vincent et moi

  • PRIMAIRE
  • de Michael Rubbo
  • Canada, 1991, 1h35

Au même titre que La Guerre des tuques, Bach et Bottine, La Grenouille et la baleine, Danger pleine lune, Viens danser… sur la lune ou encore La Forteresse suspendue, Vincent et moi fait partie des célèbres Contes pour tous, une série de films québécois pour la jeunesse produits par Rock Demers et sa compagnie « Les Productions La Fête », largement salués pour leurs grandes qualités.
Jo, une jeune québécoise de treize ans, éprouve une vraie passion pour les tableaux de Vincent Van Gogh. Admise dans une grande école d’art de Montréal sur base de son propre talent pour le dessin, elle quitte sa famille pour faire l’apprentissage de l’art et de la vie. Embarquée malgré elle dans une étrange histoire de faussaire, elle décide de mener une enquête pour retrouver l’individu peu scrupuleux qui a trompé sa confiance en faisant passer un croquis qu’elle a elle-même dessiné pour une œuvre primitive du grand Maître.

Ces aventures aussi étonnantes que captivantes vont conduire Jo et son nouvel ami Félix sur les traces du faussaire réfugié à Amsterdam, terre natale du peintre dont elle se sent de plus en plus proche au point de le rencontrer en personne dans les campagnes provençales qu’il affectionnait tant… Pour les enfants de la fin de l’enseignement primaire et de la première année du secondaire, ce film représente donc une occasion unique de découvrir l’œuvre si particulière de Vincent Van Gogh mais aussi le marché de l’art, ses valeurs et ses pratiques frauduleuses.

Pistes Pédagogiques:
  • La peinture
  • Vincent Van Gogh
  • La fraude
  • A partir de 9 ans
  • Du 19-01-2012 au 28-02-2012
  • Dossier disponible

[Retour en haut de la page]



Allez raconte !

  • MATERNELLE/PRIMAIRE
  • de Jean-Christophe Roger
  • France/Belgique/Luxembourg, 2010, 1h17

Laurent raconte si bien les histoires que ses enfants décident de l’inscrire à un concours télévisé… de papas conteurs ! Les sujets tombent : l’imagination, le futur, la richesse de la langue française… Et voilà les papas conteurs qui s’emballent, c’est une avalanche de lutins, de machines à tuer les héros, de princesses, de dinosaures et d’extra-terrestres ! Mais qui sera le meilleur ? Momo, le papa musicien ? Hubert, le papa je-sais-tout ? Jean-Pierre qui dit plein de gros mots ? Eric, le terrible papa manipulateur, menteur, tricheur… sans scrupules ?! Et si celui-ci gagnait…

Pistes Pédagogiques:
  • Inventer et raconter des histoires
  • La télévision
  • Tricher ou être honnête ?
  • A partir de 4 ans et demi
  • Du 02-02-2012 au 14-02-2012
  • Dossier disponible



[Retour en haut de la page]



17 filles

  • SECONDAIRE/SUPERIEUR
  • de Delphine & Muriel Coulin
  • France, 2011, 1h27

Inspiré d’un fait divers réel survenu aux Etats-Unis en 2008, 17 filles transpose à Lorient, en Bretagne, une histoire assez incroyable. Dans la même école, 17 adolescentes vont être enceintes en même temps… Il ne s’agit pas d’accidents ou d’une coïncidence, mais bien d’un projet délibéré. Mais comment ces jeunes filles en sont-elles venues à élaborer un tel plan et pourquoi ? C’est à ces questions que les réalisatrices ont tenté de répondre et elles formulent des hypothèses tout à fait convaincantes, en réussissant par la même occasion un troublant portrait d’adolescentes. Leur vie, insatisfaisante, marquée par l’ennui et le devoir d’obéissance, va-t-elle changer du tout au tout avec l’expérience de la maternité ? Et les parents et les profs, affolés par cette « épidémie » d’un nouveau genre, qu’ont-ils à dire ? que peuvent-ils faire ?

En adoptant le point de vue des jeunes filles, les réalisatrices du film évitent les leçons de morale, mais elles développent aussi un discours nuancé où l’on peut distinguer leur propre regard sur cette étrange affaire : la réalisation d’un fantasme ne permet pas toujours d’assouvir un désir.

Pistes Pédagogiques:
  • L'adolescence, un "entre deux" inconfortable ?
  • Maternité et condition féminine
  • Changer de vie ?
  • Quelles responsabilités à l'adolescence ?
  • A partir de 14 ans
  • Du 08-03-2012 au 20-03-2012
  • Dossier disponible



[Retour en haut de la page]



Azur et Asmar

  • PRIMAIRE
  • de Michel Ocelot
  • France, 2006, 1h30

Il y a bien longtemps, deux enfants étaient bercés par la même femme. Azur, blond aux yeux bleus, fils du châtelain, et Asmar, brun aux yeux noirs, fils de la nourrice. Elevés comme deux frères, les enfants sont séparés brutalement.
Mais Azur, marqué par la légende de la Fée des Djins que lui racontait sa nourrice, n'aura de cesse de la retrouver, au-delà des mers. Les deux frères de lait devenus grands partent chacun à la recherche de la Fée. Rivalisant d'audace, ils iront à la découverte de terres magiques, recelant autant de dangers que de merveilles...

Pistes Pédagogiques:
  • Le monde arabe, histoire, géographie et culture
  • Être étranger, immigré, différent
  • Comprendre les références culturelles
  • A partir de 6 ans
  • Du 15-03-2012 au 27-01-2012
  • Dossier disponible



[Retour en haut de la page]



L'ours montagne

  • PRIMAIRE
  • de Esteben Toft Jacobsen
  • Danemark, 2011, 1h15, version française

Jonathan, onze ans, part en vacances avec sa petite sœur Sophie chez son grand-père à la campagne. Mais la maison du grand-père est située à l’orée d'une grande forêt primitive qui semble peuplée d’étranges animaux… Le vieil homme recommande d’ailleurs aux enfants de ne pas franchir la porte du jardin ni de s’aventurer dans cette forêt menaçante…
Mais les circonstances conduiront bien sûr les enfants à braver cette interdiction. C’est le début d’une aventure teintée de fantastique : les deux enfants d’abord séparés vont rencontrer des créatures merveilleuses, certaines attachantes, d’autres plus menaçantes… Et parmi elles, il y a un ours gigantesque et terrifiant qui sera pourtant apprivoisé par une petite fille…

Ce film d’animation danois se signale par l’originalité de ses thèmes ainsi que par son ambiance très particulière : la forêt primitive, des êtres fabuleux et fantastiques, des légendes qui se révèlent réelles…Au-delà du récit d’aventures, cette histoire retiendra notamment l’attention des enseignants par son aspect de conte traditionnel.

Pistes Pédagogiques:
  • L'acceptation d'autrui
  • Fiction, rêve et fantastique
  • L'homme et la nature
  • A partir de 6 ans
  • Du 15-03-2012 au 24-01-2012
  • Dossier disponible en mars



[Retour en haut de la page]



Zaïna, cavalière de l'Atlas

  • PRIMAIRE/SECONDAIRE
  • de Bourlem Guerdjou
  • France/Maroc, 2005, 1h40, version française

Pour échapper au puissant Omar, Zaïna décide de suivre son père qui mène les pur-sang de sa tribu à la grande course de l'Agdal. Durant ce long et périlleux voyage au cœur des montagnes de l'Atlas, père et fille vont apprendre à se connaître, à s'aimer.

Pistes Pédagogiques:
  • Le Maghreb
  • Filles/garçons : les différences
  • La famille
  • A partir de 8 ans
  • Du 15-03-2012 au 27-03-2012
  • Dossier disponible

[Retour en haut de la page]



Le marchand de sable

  • MATERNELLE
  • de Jesper Moller & Sinem Sakaoglu
  • Allemagne, 2010, 1h24, version française

Chaque nuit, comme tous les enfants du monde, Théo rejoint le Pays des Rêves grâce au sable magique dispersé par le Marchand de Sable. Mais une nuit, le vilain Tourni-Cauchemar vole le sable magique et prend le contrôle du Pays des rêves. Le Marchand de Sable et son fidèle mouton Philibert demandent à Théo de les aider à récupérer le précieux sable, et déjouer ainsi les plans du terrifiant Tourni-Cauchemar. Commence alors une grande aventure, dans un univers où tout est possible…

Le Marchand de sable est un film d’animation de marionnettes, image par image, qui repose sur des techniques traditionnelles, même si certains effets visuels comme l’animation des phénomènes météorologiques ont été créés par ordinateur. Mais ce mélange de techniques est entièrement au service l’élément artistique principal, l’animation image par image, et sert d’abord à raconter l’histoire de la manière la plus vivante possible. Mais le côté artisanal de l’animation donne un aspect chaleureux au film : même les jeunes spectateurs remarqueront les textures des marionnettes et les surfaces quelquefois volontairement brutes des décors, comme le papier froissé… Personnages et décors sont ainsi remarquables de poésie et esthétiquement superbes. Et les thèmes abordés comme la peur et le dépassement de soi sont des sujets qui parlent aux petits.
Ce très joli dessin animé plaira ainsi aux jeunes enfants de maternelle qui seront notamment sensibles aux touches d’humour qui le parsèment.

Pistes Pédagogiques:
  • Les contes
  • Rêves et cauchemars
  • L'imagination
  • A partir de 4 ans
  • Du 19-04-2012 au 30-04-2012
  • Dossier disponible en fevrier



[Retour en haut de la page]



2010 - 2011

L'ours et le magicien maternelle du 01-09-2010 au 12-10-2010
La rafle secondaire Du 16 au 28 septembre, du 21 au 26 octobre, du 18 au 23 novembre et du 28 avril au 10 mai
Kérity, la maison des contes primaire du 07-10-2010 au 19-10-2010
Laban et Labolina maternelle du 14-10-2010 au 23-11-2010
L’enfant sauvage primaire / secondaire du 21-10-2010 au 26-10-2010
Persepolis secondaire du 21-10-2010 au 26-10-2010
Lumumba secondaire du 12-11-2010 au 23-11-2010
Les mains en l’air primaire / secondaire du 18-11-2010 au 14-12-2010
Liberté secondaire Du 18 au 30 novembre et du 31 mars au 5 avril
Une vie de chat primaire En décembre et en janvier
L’enfant au grelot maternelle du 02-12-2010 au 24-12-2010
Charlie et la chocolaterie primaire du 16-12-2010 au 21-12-2010
4, 5, 6… Mélie pain d’épice maternelle du 06-01-2011 au 18-01-2011
A l’Ouest de Pluton secondaire du 14-01-2011 au 25-01-2011
Fantastic Mr Fox primaire du 27-01-2011 au 08-02-2011
Les chemins de la mémoire secondaire du 03-02-2011 au 15-02-2011
La domination masculine secondaire du 10-03-2011 au 22-03-2011
Mia et le migou primaire du 17-03-2011 au 22-03-2011
Rouge comme le ciel primaire du 17-03-2011 au 24-04-2011
Le bal des lucioles maternelle du 24-03-2011 au 26-04-2011
Drôle de grenier maternelle / primaire du 05-05-2011 au 17-05-2011
Fleur du désert secondaire du 05-05-2011 au 25-05-2011
Ciné-concert : Mécanics maternelle Séance unique le 27 mai 2011

L'ours et le magicien

  • MATERNELLE
  • de de Dace Riduze, Maris Brinkmanis et Evalds Lacis
  • Lettonie, 2009, 51min, version française

Dans « Le maître des glaces », un étrange magicien s’invite aux festivités du Roi en son château. Sa spécialité consiste à geler tout ce qui l’entoure. Mais le Roi reste froid à son pouvoir. Pour se venger d’avoir été renvoyé sans considérations, le magicien congèle tout le royaume et enlève la princesse…

Ce joli conte est précédé de deux courts métrages. Dans « L’eau magique », une cruche permet de redonner la vie à des plantes mortes, jusqu’à ce que l’eau tombe sur un squelette de dinosaure. Dans « L’ours arrive », un ours glouton tente, avec l’aide d’enfants, d’échapper à une battue des villageois.

Tissus, feutrines, plasticine, matériaux de récup, les studios lettons AB qui régalent les enfants depuis plus de 40 ans (« Munk, Lemmy et cie », « L’équipe de secours », « Les trois mousquetaires »…) usent de tout pour donner vie à leurs personnages pelucheux et inspireront certainement les enseignants à créer des décors et marionnettes avec leurs élèves. Les récits croquignolets et bourrés d’humour sont idéals pour une première sortie au cinéma.

Pistes Pédagogiques:
  • Banquise, désert et milieux tempérés
  • Conte de princesse et château
  • Ours, dinosaure et autres animaux
  • Créer des marionnettes

[Retour en haut de la page]



La rafle

  • SECONDAIRE
  • France, 2010, 1h55

Début 1942, la situation des Juifs en France s’est déjà fortement dégradée avec notamment les lois édictées par le gouvernement de Vichy sur le « statut des Juifs » leur interdisant en particulier d’exercer certaines professions. Mais, à l’été, leur sort va brutalement basculer : les Allemands imposent en zone occupée le port de l’étoile jaune, alors qu’ils négocient secrètement avec la France occupée la déportation de 40 000 personnes. Au soir du 15 juillet et au matin du 16, la police française rafle près de 13 000 Juifs à Paris dont environ 7 000 seront entassés pendant cinq jour au Vel’ d’Hiv’ (le vélodrome d’hiver) tandis que les autres seront emmenés au camp de Drancy (au nord de Paris). Une étape précaire de transit vers les camps…

Cette page sombre a été longtemps occultée notamment à cause de la collaboration active de la police française qui a opéré l’essentiel des arrestations. Ce n’est qu’au fil des années que la recherche historique a pu reconstituer le fil des événements et mesurer de façon précise les différentes responsabilités et en particulier celle du gouvernement de Vichy. La réalisatrice s’est ainsi basée sur ces nombreux travaux pour représenter l’ensemble de ces événements tragiques. Mais elle a surtout privilégié l’émotion en s’attachant à quelques personnes victimes de cet engrenage infernal et en filmant notamment à « hauteur d’enfant ».

Pistes Pédagogiques:
  • La Seconde Guerre Mondiale
  • Déportations et camps
  • Les enfants dans la guerre
  • La reconstitution au cinéma
  • A partir de 13 ans
  • Du 16 au 28 septembre, du 21 au 26 octobre, du 18 au 23 novembre et du 28 avril au 10 mai
  • Dossier disponible en octobre
  • Site du film

[Retour en haut de la page]



Kérity, la maison des contes

  • PRIMAIRE
  • de Dominique Monféry
  • France, 2009, 1h20

Natanaël a bientôt 7 ans, mais il ne sait toujours pas lire. Lorsque sa tante Eléonore lui lègue sa bibliothèque contenant des centaines de livres, il est forcément très déçu! Pourtant, chacun de ces contes va livrer un merveilleux secret: à la nuit tombée les petits héros, la délicieuse Alice, la méchante fée Carabosse, le terrible capitaine Crochet, sortent des livres... Ils doivent prévenir Natanaël qu'ils courent un grand danger et risquent de disparaître à jamais. Pour sauver ses minuscules amis et leurs histoires, Natanaël, rétréci par la Fée Carabosse, se lance dans l'aventure ! Arrivera-t-il à temps à lire la formule magique qui les sauvera tous ?

Si c’est Dominique Monféry (« Franklin et le trésor du lac ») qui est à la réalisation, toute la direction artistique a été assurée par Rebecca Dautremer. Si son nom ne vous dit peut-être rien, vous vous êtes certainement déjà arrêté en librairie devant l’un de ses magnifiques livres d’illustrations. Son graphisme fin et délicat et ses tons chatoyants sont ici mis au service de ce conte où -qui ne l’a pas rêvé ?- les personnages imaginaires prennent vie. En soulignant l’importance de la lecture, ce superbe dessin animé motivera les enfants à bouquiner et (re)découvrir les contes classiques.

Pistes Pédagogiques:
  • les contes classiques
  • apprendre à grandir
  • petit/grand, les dimensions
  • couleurs chaudes/couleurs froides
  • Du 07-10-2010 au 19-10-2010
  • Dossier disponible en octobre
  • Site du film

[Retour en haut de la page]



Laban et Labolina

  • MATERNELLE
  • de Lasse Persson, Per Ahlin, Alicja Jaworski et Karin Nilsson
  • Suède, 2007, 43min, version française

Les enfants ont pu faire connaissance la saison dernière avec Laban le petit fantôme. Pour leur plus grand bonheur, le héros blanc et rondouillard des maternelles revient avec sa petite sœur Labolina hanter le Plaza Art. Dans ces six nouvelles aventures, Laban se croit maintenant suffisamment grand pour assumer des responsabilités : garder sa petite sœur, camper sans ses parents… Seulement, l’enfant-fantôme est toujours confronté au même problème: il a peur du noir, d’autant plus quand il se retrouve tout seul, sans son papa ni sa maman.

Créé par une enseignante et un auteur de BD, Laban compte à son actif une centaine d’histoires, traduites en plusieurs langues. La simplicité du trait et de l’animation insuffle aux récits une fraîcheur et une authenticité qui permettent aux enfants d’explorer des thématiques qui leur sont particulièrement familières, comme la peur du noir ou l’appréhension de se retrouver seul. Ce fantôme trouillard est un bon guide pour une première sortie dans une salle… obscure !

Pistes Pédagogiques:
  • la peur du noir
  • les fantômes
  • la vie de famille
  • A partir de 2 ans et demi
  • Du 14-10-2010 au 23-11-2010
  • Dossier disponible en septembre

[Retour en haut de la page]



L’enfant sauvage

  • PRIMAIRE/SECONDAIRE
  • de François Truffaut
  • France, 1969, 1h30

Au début du 19e siècle dans l'Aveyron, des paysans capturent un enfant qui vit à l'état sauvage dans la forêt. D'abord objet de curiosité, il est ensuite recueilli par le docteur Jean Itard qui, l'ayant examiné, décide de faire son éducation : il est en effet persuadé que l'enfant, malgré son long isolement, est doté d'intelligence et de sensibilité. Il l'emmène dans sa maison de campagne où, avec sa gouvernante, Mme Guérin, il entreprend un long et difficile apprentissage.

« L'Enfant sauvage » est un des chefs-d'oeuvre de François Truffaut qui joue d'ailleurs le rôle du docteur Itard et qui y exprime des émotions très personnelles : le film raconte en effet l'apprentissage mutuel entre un adulte et un enfant, relation où chacun apprivoise l'autre avant que ne s'établisse entre eux une véritable confiance. Le cas extrême cet enfant se révèle ainsi celui de toutes les enfances. Chaudement recommandé aux étudiants en école normale, nous conseillons également ce classique aux enfants pour la curiosité de son sujet et sa mise en scène remarquable.

Pistes Pédagogiques:
  • enfance et éducation
  • la nature et la culture
  • construire une échelle du temps
  • la mise en scène au cinéma
  • De 10 à 13 ans
  • Du 21-10-2010 au 26-10-2010
  • Dossier disponible

[Retour en haut de la page]



Persepolis

  • SECONDAIRE
  • de Marjane Satrapi et Vincent Paronnaud
  • France, 2007, 1h35

Très fidèle à sa BD autobiographique, Satrapi raconte son enfance en Iran sous l’instauration de la République islamique, avec la répression sauvage et la guerre contre l’Irak, ainsi que son adolescence en exil à Vienne. Véritable plaidoyer pour la liberté et la défense des valeurs démocratiques, « Persepolis » vaut également le détour pour son graphisme original et l’utilisation inventive du noir et blanc.

  • A partir de 13 ans
  • Du 21-10-2010 au 26-10-2010
  • Dossier disponible

[Retour en haut de la page]



Lumumba

  • SECONDAIRE
  • de Raoul Peck
  • France / Belgique / Haïti, 2001, 1h58

Patrice Lumumba, premier ministre éphémère du Congo indépendant reste une figure mythique et fascinante de l’histoire de ce pays et, plus largement, de l’Afrique. Alors qu’il avait mené la lutte pour l’Indépendance, dirigé toutes les négociations avec le pouvoir colonisateur puis emporté largement les premières élections de son pays, il se heurtera en quelques mois à l’hostilité aussi bien des anciens colons que des autorités belges et de la CIA. Il sera également confronté à de multiples troubles tels que la sécession de la riche province du Katanga. Destitué puis arrêté, il sera finalement exécuté dans des conditions particulièrement troubles.

En cette année d’anniversaire de l’indépendance du Congo et en plein feu de l’actualité judiciaire, ce film de Raoul Peck, particulièrement bien documenté, illustre de manière adéquate les événements actuels. Il brosse un portrait chaleureux et vivant de cette figure importante de l’histoire du Congo, mais aussi de notre pays, avec les ambiguïtés qui ont accompagné le processus de décolonisation. L’intérêt porte également sur le point de vue des anciens colonisés sur ces événements.

Pistes Pédagogiques:
  • L’Indépendance du Congo
  • Colonisation et décolonisation
  • La violence politique
  • Cinéma : entre réalité et fiction
  • A partir de 15 ans
  • Du 12-11-2010 au 23-11-2010
  • Dossier disponible

[Retour en haut de la page]



Les mains en l’air

  • PRIMAIRE/SECONDAIRE
  • de De Romain Goupil
  • France, 2010, 1h30

22 mars 2067, Milana se souvient de ce qui lui est arrivé, il y a soixante ans environ… En 2008, elle a alors 10 ans et est élève en classe de CM2 à Paris. Ses copains, sa bande, ce sont Blaise, Alice, Claudio, Ali et Youssef, avec elle fait les 400 coups. Mais un jour Youssef, qui n’a pas de papiers, est reconduit à la frontière, manu militari. Puis, c’est au tour de Milana d’être menacée d’expulsion. Pour ses amis, pas question de voir Milana s’éloigner d’eux. Ils prêtent serment de toujours rester ensemble et organisent un complot, à leur mesure mais qui aura des répercussions retentissantes…

Derrière cette histoire joyeuse d’une bande de copains de 8 - 12 ans, Romain Goupil aborde un sujet actuel et grave, le sort réservé aux sans-papiers, mais d’une manière parfaitement accessible aux enfants. En effet, la caméra est placée à hauteur de leur regard ; les conversations d’adultes se résument à des bribes que la bande essaie d’intercepter et de comprendre. A l’heure où des termes comme « identité nationale » font leur retour, ce récit plein de fraîcheur et d’humour, sans jamais céder à la facilité ni au simplisme, vaut vraiment le détour.

Pistes Pédagogiques:
  • la situation des sans-papiers
  • amitié et solidarité
  • regards d’adultes/regards d’enfants
  • De 9 à 13 ans
  • Du 18-11-2010 au 14-12-2010
  • Dossier disponible en octobre
  • Site du film

[Retour en haut de la page]



Liberté

  • SECONDAIRE
  • de Tony Gatlif
  • France, 2010, 1h51

A travers le destin d’une famille débarquée dans un village français en 1943, « Liberté » raconte l'histoire des Tsiganes pendant l'Occupation, communauté nomade dont une grande partie devait être exterminée à Auschwitz.

Comme chaque année, les gens du voyage sont venus dans la région pour faire les vendanges. Or le gouvernement de Vichy vient de décréter l’interdiction pour les «Bohémiens» de circuler librement. Contre leurs habitudes ancestrales, ceux-ci se voient donc contraints de se sédentariser sous peine d’être internés dans des camps de concentration. Théodore, vétérinaire et maire du village, va alors tout faire pour éviter à ses hôtes le sort dramatique qui les attend mais, malgré tout, lesmembres de la famille ne cesseront d’être inquiétés, poursuivis et déportés.

Débordant de vitalité, d’espoir et de musique, Tony Gatlif nous donne à voir de l’intérieur une communauté dont la persécution pendant la guerre a été longtemps passée sous silence. Loin du film de genre, « Liberté » délaisse la confrontation habituelle entre bourreaux et victimes pour une approche à la fois plus juste et plus complexe. On y découvre ainsi les Tsiganes à travers les liens qu’ils développent avec la population locale, comme l’institutrice, qui tente de négocier la scolarisation des enfants, ou encore le maire, interprété par Marc Lavoine. Humanisme, résistance, tolérance et solidarité sont des valeurs magnifiées par le film de Tony Gatlif, qui fait ressortir avec d’autant plus de force la barbarie de l’extermination.

Pistes Pédagogiques:
  • les gens du voyage
  • la France occupée
  • le génocide des Roms
  • résistance et solidarité
  • A partir de 15 ans
  • Du 18 au 30 novembre et du 31 mars au 5 avril
  • Dossier disponible en fevrier

[Retour en haut de la page]



Une vie de chat

  • PRIMAIRE
  • de Alain Gagnol et Jean-Loup Felicioli
  • France, 2010, 1h10

Un chat mène une double vie secrète : il passe ses journées avec Zoé, la fille d’une commissaire de police, mais, la nuit, il accompagne un voleur sur les toits. Alors que la mère de Zoé enquête sur les cambriolages nocturnes, la jeune fille découvre un complot dirigé par un autre truand, bien plus dangereux, qui va essayer de kidnapper la fillette… Tout se complique avec un chat, des bandits, un monte-en-l’air, des policiers et une femme de ménage pas bien nette…

En avant-première nationale, les jeunes spectateurs du Plaza Art auront la chance de découvrir le dernier-né de Folimage. Sans faiblir à sa réputation, le studio français propose une nouvelle fois une réalisation originale et se surpasse dans le graphisme et la palette de couleurs. Dans des atmosphères bleu nuit, les enfants se régaleront de cette enquête policière où il est préférable de se méfier des apparences… et peut-être des chats !

Pistes Pédagogiques:
  • gendarmes et voleurs
  • le chat : un animal domestique ?
  • la vie la nuit
  • observer le graphisme d’un dessin animé
  • De 6 à 10 ans
  • En décembre et en janvier
  • Dossier disponible en janvier

[Retour en haut de la page]



L’enfant au grelot

  • MATERNELLE
  • de Jacques-Rémy Girerd
  • France, 1998, 45min

Après une tempête de neige, un bébé est retrouvé par un facteur au milieu de la forêt. Il tient dans sa main un curieux grelot. L’enfant, baptisé Charlie, grandit dans le petit orphelinat de Madame Rose. Il se confie souvent à son jouet fétiche et essaie de percer le mystère de ses origines. Quelques jours avant Noël, Charlie accompagne le facteur pour apporter les lettres des enfants au Père Noël…

Avec des décors proches de l’aquarelle, ce dessin animé est un chatoiement de couleurs délicates et une succession de scènes merveilleuses, habités par les personnages attachants.

  • De 3 à 6 ans
  • Du 02-12-2010 au 24-12-2010
  • Dossier disponible

[Retour en haut de la page]



Charlie et la chocolaterie

  • PRIMAIRE
  • de Tim Burton
  • USA, 2005, 1h45, version française

  • De 7 à 12 ans
  • Du 16-12-2010 au 21-12-2010
  • Dossier disponible

[Retour en haut de la page]



4, 5, 6… Mélie pain d’épice

  • MATERNELLE
  • de Collectif
  • France, 2007-2009, 51min

Dans la lignée de « 1, 2, 3… Léon », « Le printemps de Mélie » reprend les mêmes personnages de l’ours courageux et la princesse volontaire, dans leur cité médiévale. Mais pas besoin d’avoir vu l’épisode précédent, c’est une nouvelle aventure qui démarre un jour de galette des rois pour se terminer lors du carnaval. Alors que Léon a tiré la fève et peut ainsi épouser la princesse Mélie, le vil conteur Boniface, jaloux, va mettre en œuvre un plan diabolique. Il empoisonne l’eau de la source avec la maladie « des ventres qui gonflent » et fait accuser Léon…

Avec de délicieux petits motifs d’enluminure, ce conte est une réussite tant sur le plan formel que sur l’histoire qui devrait captiver les petits. Et, pour une fois, la princesse n’a pas à attendre qu’on vienne les sauver puisqu’elle est l’héroïne de l’histoire. Ce dessin animé est accompagné de trois courts métrages de qualité où des expériences diverses du monde sont abordées, comme, par exemple la toute première sortie seul à la piscine.

Pistes Pédagogiques:
  • fête des rois et carnaval
  • un conte médiéval
  • expérimenter le monde
  • différentes façons de faire des films d’animation
  • De 3 à 6 ans
  • Du 06-01-2011 au 18-01-2011
  • Dossier disponible en septembre

[Retour en haut de la page]



A l’Ouest de Pluton

  • SECONDAIRE
  • de Henri Bernadet et myriam Verreault
  • Québec, 2008, 1h35

Juxtaposant des éclats de vie entre lycée et quartier de banlieue, « A l’Ouest de Pluton » explore le quotidien d’adolescents âgés d’une quinzaine d’années, qu’on découvre à travers leurs passions, loisirs ou points de vue sur le monde : le skate-board, la musique rock, les droits de l’homme, l’écriture et la poésie, l’environnement, l’astronomie, les premiers émois amoureux… L’intrigue, quant à elle, se met en place après la fin des cours avec les préparatifs de la fête qu’Emilie organise chez elle le soir même. Au départ réservée à ses copines, la soirée s’ouvre finalement aux garçons et, l’alcool aidant, celle-ci dégénère pour se transformer en virée nocturne dans les environs…

Tourné sur fonds propres avec de jeunes lycéens non professionnels, le film doit son originalité aux réalisateurs de conserver toute leur liberté de création artistique, qui se traduit entre autres par un certain nombre de choix audacieux : alternance de deux approches visuelles différentes selon que l’on s’attache aux adolescents ou à l’espace où leur vie évolue; grande place laissée à l’expression spontanée de filles et de garçons auxquels les jeunes spectateurs peuvent s’identifier facilement; instantanés de vie où chacun peut reconnaître une part de sa propre existence, plans insolites permettant d’ouvrir un questionnement sur la condition humaine tel que peuvent en avoir les adolescents, courtes séquences issues des archives de la NASA… Tout concourt dans le film à rendre l’aspect imprévisible et lointain de l’adolescence qui, comme l’incertaine « planète » Pluton, se caractérise par une identité encore mal définie.

Pistes Pédagogiques:
  • L’adolescence
  • Les relations au monde
  • L’espace et le temps
  • A partir de 14 ans
  • Du 14-01-2011 au 25-01-2011
  • Dossier disponible en septembre

[Retour en haut de la page]



Fantastic Mr Fox

  • PRIMAIRE
  • de Wes Anderson
  • USA / GB, 2010, 1h27, version française

A deux doigts d’être tué alors qu’il volait des poules, Mr Fox jure à sa renarde de femme de se ranger. Quelques années plus tard, le couple mène une vie paisible dans un terrier avec leur fils Ash. Nostalgique et lassé du manque de lumière du terrier, Mr Fox déménage alors dans un arbre, très beau et très confortable, d’où il a une vue imprenable sur… les trois fermes les plus prospères de la région ! Pourra-t-il résister à son instinct de chasseur ?

Avec plein de clins d’œil, Wes Anderson restitue à merveille l’univers de Roald Dahl : fantaisie, imagination, humour, relation parents/enfants, valorisation des faibles et des marginaux… Comme dans « Coraline », l’animation des poupées animées, d’une grande élégance, est impeccable, avec le choix ici de privilégier des matériaux simples -comme de l’ouate pour réaliser la fumée- tout en donnant des résultats bluffants. Mais les élèves qui découvriront avec bonheur ce film retiendront certainement avant tout les facéties du renard et l’intrigue palpitante. Un tout grand film, à ne pas louper !

Pistes Pédagogiques:
  • les animaux de la campagne
  • le respect de la différence
  • une fable environnementale
  • du roman au cinéma
  • De 7 à 12 ans
  • Du 27-01-2011 au 08-02-2011
  • Dossier disponible en octobre

[Retour en haut de la page]



Les chemins de la mémoire

  • SECONDAIRE
  • de José-Luis Penafuerte
  • Belgique / Espagne, 2009, 1h36, VO sous-titrée

Espagne, 1975 : mort du dictateur Franco, au terme de 40 ans d’un régime répressif qui a fait des centaines de milliers de victimes - orphelins, prisonniers, exilés, déportés, torturés. A l’heure actuelle, l’Espagne commence à lever le voile sur cette période. « Les chemins de la mémoire » s’aventurent sur des routes dispersées, niées ou simplement ignorées. On y voit des fouilles de fosses communes où les morts attendent d’être identifiés. On y entend des témoignages de gens qui ont dû vivre des années dans la peur, à côté de leurs délateurs, de même que d’anciens prisonniers politiques, de personnes arrachées de leurs parents marxistes par crainte de « contagion idéologique »… Mais aussi des étudiants en cours d’histoire qui se demandent s’il n’est pas préférable d’oublier le passé afin de passer à autre chose.

Né de parents exilés en Belgique et retournés dans leur pays d’origine, le jeune réalisateur nous livre un documentaire émouvant sur l’histoire de l’Espagne, de la Seconde Guerre mondiale à nos jours. Plus largement, il pointe du doigt les dangers du fascisme en général et insiste sur l’obligation du devoir de mémoire, face au temps qui efface les témoins et les signes, à l’image de la destruction de la prison de Carabanchel, bastion idéologique de la résistance ant-franquiste, ainsi que face aux nouvelles montées nationalistes.

Pistes Pédagogiques:
  • la guerre civile espagnole et le franquisme
  • le fascisme en Europe
  • répression et exil
  • le devoir de mémoire

[Retour en haut de la page]



La domination masculine

  • SECONDAIRE
  • de Patric Jean
  • France, 2009, 1h43

Peut-on croire qu'au XXIème siècle, des hommes exigent le retour aux valeurs ancestrales du patriarcat : les femmes à la cuisine et les hommes au pouvoir ? Peut-on imaginer que des jeunes femmes instruites recherchent un "compagnon dominant" ? Que penser d'hommes qui subissent une opération d'allongement du pénis, "comme on achète une grosse voiture " ? Du magasin de jouets aux femmes battues, la caméra explore mille facettes de notre société où, pourtant, l’égalité de genres est écrite dans la loi.

Notre compatriote Patric Jean (« Les enfants du Borinage », « La raison du plus faible ») démontre à coup d’arguments-chocs que nos attitudes collent rarement à nos discours. L'illusion de l'égalité cache un abîme d'injustices quotidiennes que nous ne voulons plus voir. Et où chacun joue un rôle. A travers des séquences drôles, ahurissantes et parfois dramatiques, ce documentaire coup de poing nous oblige à nous positionner sur un terrain où chacun pense détenir une vérité.

Pistes Pédagogiques:
  • l’(in)égalité des sexes
  • domination et pouvoir
  • notre place dans la société

[Retour en haut de la page]



Mia et le migou

  • PRIMAIRE
  • de Jacques-Rémy Girerd
  • France, 2008, 1h31

Au cœur de la forêt tropicale, d’étranges événements viennent perturber la construction d’un hôtel de luxe. Dans un petit village, Mia a un pressentiment pour son papa, ouvrier sur le chantier, et décide d’entamer un long périple à sa rencontre…

Grâce à une histoire riche en rebondissements et des couleurs éclatantes, à la manière des peintres fauves, les enfants se laisseront vite toucher par la finalité essentielle de ce dessin animé : la protection de l’environnement. Sans oublier les rigolos migous, monstres protecteurs de la forêt auxquels Dany Boon a prêté son délicieux accent.

  • De 6 à 10 ans
  • Du 17-03-2011 au 22-03-2011
  • Dossier disponible

[Retour en haut de la page]



Rouge comme le ciel

  • PRIMAIRE
  • de Cristiano Bortone
  • Italie, 2004, 1h36, version française

1971, Mirco a 10 ans et vit en Toscane avec ses parents. Il mène une vie heureuse et insouciante, jusqu’au jour où un accident domestique va lui ôter la vue. Exclu de l’instruction publique, il doit poursuivre sa scolarité loin de chez lui, dans un institut spécialisé. Au début, l’enfant s’accommode mal de cette nouvelle existence marquée par la réclusion, l’austérité et la monotonie. Petit à petit pourtant, la vie reprend le dessus grâce à l’amitié que lui portent ses nouveaux camarades, aux folles escapades dans les rues de Gênes en compagnie d’une fillette voisine et, surtout, grâce à l’activité qu’il pratique en secret : l’enregistrement sur un magnétophone dérobé d’ambiances directement captées dans la nature ou traduites par des bruitages, autant de sons qu’il place en arrière-plan d’histoires inventées pour ses camarades.

Inspiré par la vie de Mirco Mencacci, l’un des meilleurs ingénieurs du son du cinéma italien, ce film retrace le combat obstiné d’un enfant pour défendre sa passion et gagner sa liberté au sein une institution étriquée. Soutenu par les forces politiques et sociales, le mouvement de contestation, auquel participe inconsciemment Mirco, sera d’ailleurs à l’origine de la loi 118 qui, en 1971, affirme en Italie le principe de l’intégration dans les classes ordinaires des enfants atteints d’un handicap. Assurément, un grand coup de cœur pour ce film riche en émotions et magie du cinéma, une ode au rêve, à la créativité, à la poésie et à l’expression personnelle.

Pistes Pédagogiques:
  • A l’écoute des sens
  • Discriminations et Droit de l’Enfant
  • Intégration des personnes handicapées
  • Le son au cinéma
  • De 9 à 12 ans
  • Du 17-03-2011 au 24-04-2011
  • Dossier disponible en fevrier

[Retour en haut de la page]



Le bal des lucioles

  • MATERNELLE
  • de Dace Riduze, Maris Brinkmanis et Evald Lacis
  • Lettonie, 2008, 42min, version française

C’est le grand bal de l’été chez les lucioles. Chacune cherche à attirer un partenaire grâce à sa jolie loupiote. Mais l’une d’entre elles connaît quelques problèmes d’allumage…

Si vous croyez tout connaître des insectes et animaux, ces quatre courts métrages amusants (« Les petits écoliers », la nouvelle espèce », « Le bal des lucioles » et « Le magicien »), vous prouveront le contraire ! Comme nous, les petites bébêtes vont à l’école, se déguisent et aiment faire la fête. Dans ces petites occupations quotidiennes rigolotes, les plus jeunes spectateurs se retrouveront facilement et se régaleront de ces récits à croquer. Ce programme, réalisé par la même équipe que « L’ours et le magicien », allie humour, charme et tendresse et plaira à tous les enfants de maternelle.

Pistes Pédagogiques:
  • Les insectes
  • L’école
  • Différence et tolérance
  • De 3 à 6 ans
  • Du 24-03-2011 au 26-04-2011
  • Dossier disponible en mars

[Retour en haut de la page]



Drôle de grenier

  • MATERNELLE/PRIMAIRE
  • de Jiri Barta
  • Tchéquie, 2009, 1h14, version française

Au fond d'une malle oubliée, Madeleine est une parfaite petite ménagère pleine d’entrain et de bonne humeur, jusqu’au jour où elle disparaît, kidnappée par La Tête. Ce buste de bronze au regard vivant mais aux traits inexpressifs est en réalité le chef de l'empire du Mal, qui veut maintenir l’adorable poupée sous son pouvoir. Or c’est sans compter sur la détermination de Schubert, du Prince charmant et de l'ours en peluche, de courageux jouets bien décidés à braver tous les dangers pour retrouver leur amie et la ramener au bercail.

Cela aurait pu être le scénario d’un nouveau « Toy story », avec ces jouets qui mènent leur vie propre, mais Jiri Barta a choisi une méthode d’animation plus traditionnelle et empreinte de nostalgie et de poésie. Son univers original se compose de prises de vue tantôt réelles, tantôt animées, où de véritables objets - bric-à-brac magnifiquement rafistolé - s’animent dès que l’on franchit le seuil du grenier. Au-delà de l’intrigue qui fera frissonner les impressionnables (l’affreuse Tête !), les trouvailles visuelles et les détournements d’objets, comme ces cartes postales qui deviennent vrais paysages défilant derrière le train qui roule, intrigueront les enfants.

Pistes Pédagogiques:
  • L’imagination au pouvoir
  • Pouvoir, terreur et courage
  • Créer avec des matériaux de récupération
  • De 5-6 ans à 8 ans
  • Du 05-05-2011 au 17-05-2011

[Retour en haut de la page]



Fleur du désert

  • SECONDAIRE
  • de Sherry Horman
  • GB/Allemagne, 2010, 2h, VO sous-titrée

Londres. Waris, sans papiers, sans abri et ne parlant pas un mot d’anglais se lie d’amitié avec Marylin, une jeune femme excentrique qui l’héberge et lui dégotte un job dans un fast-food. C’est là qu’un grand photographe de mode, fasciné par sa beauté, la propulse au sommet du mannequinat mondial. Mais Waris n’oublie pas son passé : jeune nomade somalienne, elle a fui sa famille et traversé le désert pour éviter un mariage forcé, puis a été exploitée, quasi comme esclave, dans une ambassade…

Le destin exceptionnel de Waris Dirie, top-modèle international et ambassadrice de l’ONU au sujet de l’excision, constitue un grand spectacle et plaira à un large public d’adolescents. Derrière la célébrité et les paillettes, ce film trouve un juste équilibre entre le monde du papier glacé qui fait rêver et la réflexion sur de graves problèmes qui touchent encore bon nombre de jeunes filles actuellement tels que les mutilations génitales, les mariages forcés, les mariages en blanc et le droit des femmes de manière générale. Plus largement, il permet également de nous interroger sur le culte de l’apparence et nos relations avec d’avec d’autres cultures.

Pistes Pédagogiques:
  • excision, mariage forcé et droit des femmes
  • aborder différentes cultures
  • un conte de fées moderne
  • choisir sa destinée
  • A partir de 14 ans
  • Du 05-05-2011 au 25-05-2011
  • Dossier disponible en janvier

[Retour en haut de la page]



Ciné-concert : Mécanics

  • MATERNELLE
  • de En collaboration avec les Jeunesses Musicales de Mons
  • 45min

Proposée par les Jeunesses Musicales, cette séance unique allie projection de courts métrages muets et musique jouée en direct dans la salle. Spécialement conçu pour les tout petits, ce spectacle les régalera doublement : la découverte des sons et des dessins animés délicieux.

Eric Philippon et Pierre Payan, les deux hommes-orchestres, ont choisi de travailler sur le thème du jouet. En replongeant dans les trésors de Starewitch, pionnier du film de marionnettes, des frères Fleisher, créateurs de Betty Boop et Popeye, ils en ont sortis des petites merveilles où animaux en peluche, acrobates et petits soldats prennent vie. Leur travail ne se limite pas qu’au thème puisque la quarantaine d’instruments qui vont servir ces films ont été pour la plupart fabriqués avec des jouets mécaniques : boîte à cui-cui, petit clavier, crécelle, klaxon, vieux téléphone… Les enfants se retrouveront donc facilement dans cet univers familier de peluche et de jouets sonores et seront ainsi d’autant plus réceptifs à cette création originale.

Pistes Pédagogiques:
  • Découvrir et jouer avec les sons
  • Exprimer ses émotions
  • Fabriquer un instrument
  • Se souvenir des histoires
  • A partir de 2 ans et demi
  • Séance unique le 27 mai 2011

[Retour en haut de la page]



2009 - 2010

Le petit chat curieux maternel du 1/09 au 29/09 et du 18/03 au 2/04
Looking for Eric secondaire du 24/09 au 13/10 et du 18/03 au 30/03
Mia et le Migou primaire du 1/10 au 20/10
Le petit fugitif (v.o.) primaire du 1/10 au 20/10
Le petit fugitif (v.f.) primaire du 29/10 au 17/11
Slumdog millionaire secondaire du 15/10 au 27/10
Laban le petit fantôme maternel du 15/10 au 30/10
Welcome secondaire du 12/11 au 23/11
Le bonhomme de neige maternel du 26/11 au 5/01
Kérity, la maison des contes primaire décembre
Ciné-concert : Monte là-dessus primaire le 7/12
Coraline primaire du 26/11 au 19/12
Les nouvelles aventures de la petite taupe maternel du 7/01 au 19/01
La première étoile fin primaire / secondaire du 14/01 au 26/01
Fish tank secondaire à partir du 14/01
Les trois brigands fin maternel / primaire du 21/01 au 1/02
L’île de Black Mor primaire du 28/01 au 9/02
Ponyo sur la falaise fin maternel / primaire du 4/03 au 16/03
La vague secondaire du 4/03 au 16/03
Brendan et le secret de Kells primaire du 4/03 au 16/03
Soeur sourire secondaire du 18/03 au 30/03
Le piano dans la forêt primaire du 1/04 au 20/04
Erreur de la banque en votre faveur secondaire du 22/04 au 4/05
Ciné-concert : Cartoon’s circus maternel le 29/04

 

Le petit chat curieux

Le petit chat curieux
  • MATERNEL
  • de Goda Tsuneo
  • Japon, 2009, 1 h 00, sans parole

Koma est un petit chat qui adore bricoler. Crayons, papier, bouts de ficelle, appareil photo… tout devient prétexte à expérimenter des créations amusantes et des jeux sans fin. Ce film se compose de cinq aventures de ce chat trop craquant, reliées entre elles par sa grande passion : le cinéma ! En effet, dans la première histoire, Koma, imagine et dessine son propre scénario, il confectionne ensuite les personnages et les décors et, enfin, il filme image par image les scènes, pour aboutir à la projection sur grand écran de son film d’animation. Dans le deuxième épisode, Koma filme cette fois en plein air en montrant l’émerveillement que procure la nature: l’éclosion des fleurs, le vol d’un papillon, des taupes qui apparaissent et disparaissent de leur trou… Dans le dernier, sa caméra va lui servir de témoin : alors que Koma emmène ses poupées en pique-nique à l’orée du bois surgit une sorte deYéti. Face à l’incrédulité moqueuse de son père, Koma retourne filmer au même endroit afin de rapporter une preuve. Mais le monstre, craintif, reste obstinément caché..

Les enfants de maternelle craqueront pour ce petit chat astucieux et ses inventions rigolotes. Ils s’identifieront facilement aux centres d’intérêt de Koma et se retrouvreront dans l’univers de l’enfance particulièrement bien décrit, avec sa candeur et sa spontanéité. De plus, la création d’un film dans le film permettra d’aborder de manière simple et efficace l’envers du décor, de comprendre les étapes de fabrication d’un film d’animation.

  • A partir de 3 ans
  • Du 1 au 29 septembre
  • et du 18 mars au 2 avril
  • Dossier disponible en septembre
Pistes pédagogiques
Imagination et créativité
Les étapes de fabrication d’un film
L’amitié
Les petits bonheurs du quotidien

Looking for Eric

Looking for Eric
  • SECONDAIRE
  • De Ken Loach
  • GB/ Blg/F, 2009, 1h59, v.o. anglaise sous-titrée

Eric Bishop déprime. Et il y a de quoi : il voit, impuissant, ses beaux-fils mal tourner, deux adolescents qu’il a élevés et avec lesquels il vit seul. Le plus jeune passe son temps à regarder des clips douteux sur internet, l’aîné commence à fréquenter une bande de gangsters. Malgré ses collègues de La Poste prêts à tout pour lui remonter le moral, Eric lâche prise. Un soir, il s’adresse au poster du mur de sa chambre qui représente son idole, le footballeur Eric Cantona. Quelle surprise quand le King Cantona apparaît en chair et en os, prêt à devenir son coach personnel ! Rêve, hallucination, réalité ? Peu importe, notre postier est prêt à retrousser ses manches et prendre ses problèmes à bras-le-corps...

Après avoir tourné des drames sociaux très émouvants, Ken Loach s’attaque cette fois à la comédie. En conservant bien sûr un enjeu social, très ancré dans une fine observation de notre société contemporaine, le réalisateur septuagénaire parvient une fois de plus à renouveler son cinéma. Avec notamment le très original et drôle dénouement et les aphorismes légendaires de Cantona, les étudiants de l’enseignement secondaire sortiront certainement de la séance à la fois le sourire aux lèvres et conscients de l’importance de la solidarité.

  • A partir de 13 ans
  • Du 24 septembre au 13 octobre
  • et du 18 au 30 mars
  • Dossier disponible en octobre
Pistes pédagogiques
Égoïsme et solidarité dans notre société
Vengeance hollywoodienne ou revanche sociale ?
Le football, sport spectacle ou école de la vie ?
Un cinéma réaliste entre fiction et vérité

[Retour en haut de la page]

Mia et le Migou

Mia et le Migou
  • PRIMAIRE
  • De Jacques-Rémy Girerd
  • France, 2008, 1 h 31

Au cœur de la forêt tropicale, d’étranges événements viennent perturber la construction d’un hôtel de luxe. La nuit, les grues sont tordues et des éboulements mystérieux ont lieu. Dans un petit village, Mia a un pressentiment pour son papa, ouvrier sur le chantier. La fillette décide de partir seule à sa recherche, entamant un long périple à pied à travers villes, montagnes et forêts. A l’autre bout de la planète, le promoteur de l’hôtel est informé des perturbations et décide lui aussi d’aller visiter le chantier avec son fils…

Comme dans ces deux perles précédentes « L’enfant au grelot » et « La prophétie des grenouilles », Girerd nous offre un scénario intelligent couplé à des couleurs éclatantes. Du rouge, du vert, du jaune, du bleu… les enfants seront d’abord frappés par les tons chatoyants qui rappellent tantôt l’artisanat sud-américain, où se déroule l’action du film, tantôt les peintres fauves. Grâce à l’histoire riche en personnages et en rebondissements, ils se laisseront ensuite facilement embarquer et toucher par la finalité essentielle du film : la protection de l’environnement. Par les rigolos migous, gentils monstres (à l’accent délicieusement chti, par la voix de Dany Boon) protecteurs de la forêt, il sera facile en effet d’aborder avec les enfants du primaire la question essentielle du réchauffement climatique et les responsabilités de chacun dans la survie de notre planète.

  • De 6 à 10 ans
  • Du 1 au 20 octobre
  • Dossier disponible en octobre
Pistes pédagogiques
Le réchauffement climatique
La protection de l’environnement
Le continent sud-américain
L’utilisation de la couleur
Les modèles familiaux

Le Petit Fugitif

Le Petit Fugitif
  • PRIMAIRE
  • De Morris Engel, Ruth Orkin et Ray Ashley
  • USA, 1953, 1h20

À Brooklyn, dans les années 50, Lennie, un jeune adolescent, est chargé de garder deux jours durant son petit frère Joey parce que sa mère doit se rendre au chevet de leur grand-mère malade. Mais Lennie avait prévu d’aller avec ses copains au parc d’attractions de Coney Island ; il imagine par conséquent un subterfuge pour se débarrasser de son petit frère. Joey se retrouve donc seul et s’embarque dans une aventure qui va le conduire jusqu’à Coney Island…

Voilà un film que nous avons choisi de défendre spécialement car il raconte une histoire toute simple, tirée de la vie quotidienne, mais qui parvient à nous captiver de bout en bout : on y suit avec intérêt les pérégrinations de cet enfant perdu dans un monde trop grand pour lui, et tous les jeunes spectateurs, même un peu plus âgés que le jeune héros, reconnaîtront des expériences similaires à celles qu’ils auront déjà pu vivre eux-mêmes. Si les élèves ne sont pas habitués au noir et blanc et que le tempo est moins effréné que celui des films hollywoodiens actuels, les jolis cadrages pris à hauteur de regard d’enfant permettront néanmoins aux jeunes spectateurs de s’identifier aux aventures de Joey. Malgré les 50 ans qui nous séparent de ce film, les réactions et les plaisirs des enfants restent en effet toujours les mêmes. « Le petit fugitif » permettra par ailleurs aux jeunes spectateurs de prendre une première distance par rapport à leurs propres expériences et leurs propres peurs (par exemple d’être perdus ou abandonnés).

  • A partir de 8 ans
  • En v.o. ss-titrée du 1 au 20 octobre
  • En version française du 29 octobre au 17 novembre
Pistes pédagogiques
Perdu ! Que faire ?
Une histoire qui peut arriver à n’importe qui ?
Un « vieux » film ? Hier/aujourd’hui ?
Le réalisme au cinéma : une première réflexion

[Retour en haut de la page]

Slumdog Millionaire

Slumdog Millionaire
  • SECONDAIRE
  • de Danny Boyle
  • Gb, 2008, 2h00, version française

Jamal,18 ans, est sur le point de décrocher une somme colossale à la version indienne de l’émission télévisée « Qui veut gagner des millions ? » Sur le point de décrocher la super cagnotte, la police l’arrête, soupçonnant une tricherie. Comment un orphelin issu des bidons-villes de Mumbai (ex-Bombay) pourrait-il en effet avoir autant de connaissances ? Jamal entame alors le récit de sa vie…

Dans son style très personnel (caméra en mouvement, musique techno, lumière éclatante, montage rapide), le réalisateur de « Trainspotting » et « Petits meurtres entre amis » s’est penché sur les contrastes flagrants entre richesse ostentatoire et pauvreté extrême. En utilisant de façon récurrente le processus du flash-back, cette réussite formelle met le doigt sur la puissance financière montante qu’est l’Inde et plus largement sur le capitalisme moderne. Adaptation très réussie et haute en couleur du roman de Vikas Swarup (« Les fabuleuses aventures d’un Indien malchanceux qui devient millionnaire »), ce film – qui a quasi tout raflé lors de la dernière cérémonie des Oscars – plaira à un large public d’adolescents et pourra susciter réflexions et analyse dans le cadre du cours de français, de morale/religion, de géographie et d’économie.

  • A partir de 13 ans
  • Du 15 au 27 octobre
  • Dossier disponible dès à présent
Pistes pédagogiques
Richesse et pauvreté
Vérité et fiction
L’Inde aujourd’hui
Adaptation littéraire et mise en scène

Laban, le petit fantôme

Laban, le petit fantôme
  • MATERNEL
  • De Lasse Persson, Per Ahlin et Alicja Jaworski
  • Suède, 2006, 44 mn, version française

Laban vit au château Froussard avec Papa fantôme, Maman fantôme et sa petite sœur Labolina. Bien sûr, comme dans tous les châteaux habite aussi une famille royale dont le petit Prince Sottise, le meilleur ami de Laban. Bref, tout ce qu’il y a de plus normal pour un château hanté sauf que… Laban a peur du noir !

Créé par une enseignante et un auteur de B.D., Laban est un personnage ultra-populaire en Suède et qui compte à son actif une centaine d’histoires, traduites en plusieurs langues. Cette adaptation se découpe en six récits reliés entre eux, ce qui favorise l’attention et la compréhension des plus jeunes spectateurs. Malgré son statut de revenant, Laban est un personnage sympathique et rondouillard qui n’effraie pas les gens, au contraire, c’est lui qui est un peu trouillard sur les bords. Les petits se reconnaîtront facilement dans ce gentil fantôme aux traits simples, bon guide pour une première sortie dans une salle… obscure !

  • A partir de 2 ans et demi
  • Du 15 au 30 octobre
  • Dossier disponible en septembre
Pistes pédagogiques
Les contes et légendes
La peur du noir
Dessiner un monde imaginaire

Welcome

Welcome
  • SECONDAIRE
  • un film de Philippe Lioret
  • France, 2008, 1h50

À Calais, de nombreux immigrants plus ou moins clandestins tentent de passer en Grande-Bretagne en se cachant notamment dans les camions transportés par les ferries. Mais la répression policière est partout présente et la justice aussi sommaire qu’expéditive. C’est dans ce contexte que Simon, maître-nageur à la piscine, commence à s’intéresser à un jeune Kurde qui veut prendre des leçons intensives de natation : Simon (alias Vincent Lindon) comprend rapidement que le jeune homme a conçu le projet de traverser la Manche à la nage. Son but est de rejoindre sa petite amie en Angleterre mais il ne se rend pas compte des immenses difficultés…

« Welcome » est un film politique au sens le plus fort et le plus noble du terme puisqu’il pose la question de l’immigration clandestine, constamment occultée dans les pays européens. Alors que la plupart des gouvernements mêlent la répression à une stratégie du pourrissement, obligeant des hommes et des femmes à une errance sans fin aux marges de la société, beaucoup de citoyens s’offusquent d’une telle situation, et, au nom de la simple humanité, viennent en aide à des clandestins en détresse. Mais ils deviennent à leur tour les cibles désignées de la répression policière. C’est à ces atteintes répétées aux Droits de l’Homme que s’en prend ce film généreux et lucide. Ce nouveau film de Lioret (« Je vais bien, ne t’en fais pas ») ne manquera pas de toucher les adolescents par ces questions humaines mais aussi un fond très romantique.

  • A partir de 13 ans
  • Du 12 au 23 novembre
  • Dossier disponible en novembre
  • Séance-débat avec Amnesty International
Pistes pédagogiques
Immigration clandestine : réalité et fantasme
Droits de l’Homme et immigration
Immigration : les causes, l’histoire, les conséquences
Un film polémique

Le Bonhomme de neige

Eldorado
  • MATERNEL
  • de Dianne Jackson
  • Grande-Bretagne, 1982, 35 mn
  • (+ un court métrage de 5 minutes)

Il était une fois un petit garçon qui construisait un bonhomme de neige. Dans le froid de la nuit, le bonhomme tout à coup scintille et prend vie, au grand bonheur de l’enfant…

Ce conte formidable a déjà ému des milliers d’enfants, certains sans doute devenus instituteurs/trices et qui aimeront à leur tour le faire découvrir à leurs élèves. Qu’est-ce qui fait la force de ce dessin animé sans doute le plus gravé dans les mémoires enfantines ? Est-ce son dessin souple au crayon ordinaire et au pastel ? Est-ce la chanson interprétée par une voix chorale si émouvante ? Est-ce son histoire toute simple et si touchante qui nous emporte ? Ou encore sa force imaginaire puisée dans nos rêves les plus magiques où l’on peut voler et où nos objets les plus chers ont une âme ? Certainement un peu de tout cela… pas assez de mots cependant pour expliquer un émerveillement comparable à celui de regarder la neige tomber pour la première fois.

  • A partir de 2 ans et demi
  • Du 26 novembre au 5 janvier
  • Dossier pédagogique disponible
Pistes pédagogiques
Raconter le film avec ses propres mots
Reconstruire l’histoire
L’hiver et la neige
Distinguer rêve et réalité

[Retour en haut de la page]

Kérity, la maison des contes

Les bureaux de Dieu
  • PRIMAIRE
  • De Dominique Monféry
  • France, 2009, 1h12

Natanaël a bientôt 7 ans, mais il ne sait toujours pas lire. Lorsque sa tante Eléonore lui lègue sa bibliothèque contenant des centaines de livres, il est forcément très déçu! Pourtant, chacun de ces contes va livrer un merveilleux secret: à la nuit tombée les petits héros, la délicieuse Alice, la méchante fée Carabosse, le terrible capitaine Crochet, sortent des livres... Ils doivent prévenir Natanaël qu'ils courent un grand danger et risquent de disparaître à jamais. Pour sauver ses minuscules amis et leurs histoires, Natanaël, rétréci par la Fée Carabosse, se lance dans l'aventure ! Arrivera-t-il à temps à lire la formule magique qui les sauvera tous ?

Si c’est Dominique Monféry (« Franklin et le trésor du lac ») qui est à la réalisation, toute la direction artistique a été assurée par Rebecca Dautremer. Si son nom ne vous dit peut-être rien, vous vous êtes certainement déjà arrêté en librairie devant l’un de ses magnifiques livres d’illustrations, entre autres de princesses. Son graphisme fin et délicat et ses tons chatoyants sont ici mis au service de ce conte où -qui ne l’a pas rêvé ?- les personnages imaginaires prennent vie. En soulignant l’importance de la lecture, il donne l’envie d’aller (re)découvrir les classiques pour enfants.

  • A partir de 6 ans
  • Décembre
  • Pas de dossier sur ce film
  • mais de la documentation
Pistes pédagogiques
Les contes classiques
Créer un univers imaginaire
Apprendre à grandir
Petit/grand, les dimensions
Couleurs chaudes/ couleurs froides

Ciné-concert : Monte là-dessus !

  • PRIMAIRE
  • En collaboration avec le Conservatoire Royal de Mons
  • Durée : 1h10

Depuis plusieurs années, le Conservatoire Royal de Mons et, plus précisément la classe du talentueux Yves Gourmeur, propose une fois par an de créer une musique accompagnant un film muet et de l’interpréter directement dans la salle. La saison dernière, nous avons proposé aux écoles d’assister ainsi à la projection d’un Buster Keaton ; ce fut très gai d’entendre les rires des enfants se mêler aux instruments.

Cette année, comme le film « Monte là-dessus » se prête particulièrement bien aux classes du primaire, nous avons souhaité remettre le couvert. Il s’agit d’un incontournable du cinéma, mené de main de maître par Harold Lloyd, le célèbre acteur des « années folles » et qui est considéré comme l’inventeur du « Thrill comedy », un mélange d’actions, de gags, de romantisme et, surtout, de dangereux exploit. Les cascades et trucages utilisés bluffent encore d’ailleurs le spectateur d’aujourd’hui. Il raconte l’histoire d’un homme qui débarque à Los Angeles pour y faire fortune mais, comme il n’y arrive pas, il propose à son employeur pour se mettre en valeur de faire escalader un gratte-ciel par un ami. Comme l’ami se désiste, l’homme est obligé de l’escalader lui-même…

Si les gags et péripéties marqueront les enfants, le clou du spectacle sera le concert exceptionnel donné par les élèves du Conservatoire, avec lesquels les élèves pourront ensuite discuter.

  • A partir de 6-7 ans
  • Représentation unique
  • lundi 7 décembre à 10h
Pistes pédagogiques
La musique et les instruments
Ce qui nous fait rire
L’histoire du cinéma
Les Etats-Unis

Coraline

Max & Co
  • PRIMAIRE
  • De Henry Selick
  • USA, 2009, 1h40, version française

Coraline vient d’emménager avec ses parents dans une nouvelle maison. En fait de nouvelle maison, il s’agit plutôt d’une vieille bâtisse défraîchie, dont le voisinage présente fort peu d’animations. Dans cet environnement très calme, ses parents se mettent illico au travail… et n’ont pas une seconde à consacrer à Coraline qui s’ennuie terriblement. Mais celle-ci va bientôt trouver un intérêt majeur à cette demeure : un passage secret qui mène… au même endroit mais en mieux ! Dans son « autre » maison, les murs sont repeints de frais, la décoration est top… et les « autres » parents de Coraline sont joyeux, disponibles, attentifs et fantasques ! Il y a juste un petit détail qui cloche : ils ont des boutons à la place des yeux !

Adapté du roman fantastique de Neil Gaiman, Coraline est l’œuvre d’un maître de l’animation au style très original, Henry Selick (« L’étrange Noël de M. Jack »), comparse de Tim Burton. Ainsi, les protagonistes finement dessinés évoluent dans une atmosphère sombre d’où surgissent des personnages pour le moins excentriques ! Cet univers dont raffolent les jeunes présente plusieurs niveaux de lecture qu’il est intéressant d’explorer dans un cadre pédagogique. Il rappelle également que l’herbe n’est jamais plus verte ailleurs !

  • A partir de 9-10 ans
  • Du 26 novembre au 19 décembre
  • Dossier disponible en février
Pistes pédagogiques
Une vie idéale ?
Le genre fantastique
Le passage à l’adolescence
Rêve et réalité

[Retour en haut de la page]

Les nouvelles aventures de la petite taupe

Les nouvelles aventures de la petite taupe
  • MATERNEL
  • De Zdenek Miller
  • République tchèque, de 1968 à 1975, 51 mn

Créée par le peintre et illustrateur Zdenek Miller, la petite taupe est l’un des personnages les plus populaires dans l’histoire des dessins animés tchèques. Cette adorable petite bête rondouillarde au long nez rouge et aux grands yeux malicieux revient pour nous faire partager ses nouvelles aventures : la découverte d’un poste de radio et ses terribles conséquences, son escapade au zoo, son combat pour protéger le jardin des attaques d’un bulldozer féroce, les péripéties liées à l’enlèvement d’un hérisson, sa rencontre avec un téléphone, les usages ingénieux qu’elle trouve à une boîte d’allumettes, et enfin sa passion pour la photographie.

Ces jolis dessins animés au charme désuet mettent très simplement en scène un petit personnage naïf et sympathique aux prises avec l’inconnu (des objets « mystérieux », des animaux exotiques…), de la même façon que peuvent l’être les tout jeunes enfants qui s’éveillent au monde. « Les nouvelles aventures de la petite taupe » sera donc l’occasion idéale de faire découvrir aux plus jeunes le chemin des salles obscures.

  • A partir de 2 ans et demi
  • Du 7 jau 19 janvier
  • Dossier disponible en janvier
Pistes pédagogiques
Un personnage, sept histoires
Les taupes
La découverte du monde et des autres

La Première Étoile

La Première Étoile
  • FIN PRIMAIRE/SECONDAIRE
  • de Philippe Calderon
  • France, 2008, 1 h 17

Jean-Gabriel est français, noir de peau, marié et père de trois enfants ; il vit de petits boulots, passant la plupart de son temps au bar du coin où il joue au tiercé. Sans doute victime de discrimination à l’embauche, il semble s’être résigné un peu trop vite à son sort de perdant. Un jour, pour faire plaisir à sa fille, il promet pourtant à toute sa famille de les emmener en vacances au ski. Mais cette fois, sa femme lui demande de tenir sa promesse, sans quoi elle le quittera ! Et voici Jean-Gabriel obligé de faire preuve d’imagination pour parvenir à ses fins…

Ne vous fiez pas à l’affiche de ce film qui semble promettre une comédie lourdingue ! Si l’on rit beaucoup à la vision, il propose un portrait contrasté et coloré de la France actuelle (ou de la Belgique) sans caricature excessive ni clichés sommaires. Si le ton est celui de la comédie, ce film pose des questions importantes comme les stéréotypes liés à l’appartenance ethnique ou sociale. Il permet également d’approcher avec de jeunes adolescents des problématiques de l’âge adulte comme celle des difficultés financières vécues par les parents ou du choix d’une carrière, problématiques rarement abordées au cinéma.

  • A partir de 11-12 ans
  • Du 14 au 26 janvier
  • Dossier disponible en octobre
Pistes pédagogiques
Stéréotypes sociaux, stéréotypes ethniques
Gagner sa vie ? Rêves et réalités
Jeunes et adultes, les conflits de l’adolescence

[Retour en haut de la page]

Fish Tank

Fish Tank
  • SECONDAIRE
  • D’Andrea Arnold
  • GB, 2009, 2h04, v.o. anglaise ss-titrée

« Fish Tank », c’est le très beau portrait d’une adolescente en colère. Mia a 15 ans et de l’énergie à revendre, qu’elle canalise tant bien que mal en dansant le hip hop. Elle s’entraîne dans un appartement inoccupé de la tour qu’elle habite, pour s’isoler de sa mère pas plus mûre qu’elle, de sa petite sœur envahissante et des copines qui trahissent. Un jour, chez elle, elle croise Connor, le nouvel amant de sa mère. Connor est sympa, gentil, attentif et plutôt séduisant. C’est peut-être la première fois que Mia rencontre quelqu’un qui l’écoute, qui l’encourage, qui est tout prêt à croire en elle…

Primé au festival de Cannes (prix de la mise en scène), « Fish Tank » est une œuvre bouleversante, qui excelle à décrire une adolescente rebelle et violente, secrètement éprise de liberté et de loyauté. Quelque part entre Ken Loach pour l’environnement social et les frères Dardenne pour la manière, Andrea Arnold a pourtant un style bien à elle qu’elle met au service de personnages très forts.

  • A partir de 15 ans
  • A partir du 14 janvier
Pistes pédagogiques
Les valeurs à l’épreuve de la réalité
Trouver sa voie
Le passage à l’âge adulte

Les Trois Brigands

Les Trois Brigands
  • FIN MATERNEL/PRIMAIRE
  • de Hayo Freitag
  • Allemagne, 2007, 1 h 20, version française

Trois méchants brigands aux grands chapeaux pointus sont la terreur de la région. Armés de leur hache, leur soufflet et leur tromblon, ils détroussent les voyageurs et détruisent les attelages jusqu’au jour où le contenu de la diligence est… une petite fille ! Tiffany, saisissant l’occasion d’échapper à l’horrible orphelinat, se fait emmener dans leur repère…

Adapté du livre éponyme du célèbre auteur pour la jeunesse Tomi Ungerer, ce conte retranscrit avec beaucoup d’humour et de légèreté l’atmosphère nocturne de l’œuvre originale. Le monde des brigands, qui se révèlent ici finalement beaucoup plus naïfs et stupides que vraiment méchants, fascinera à coup sûr les enfants. De plus, le graphisme frais et soigné et la musique captivante leur permettront d’être sensibilisés à un univers riche et hautement créatif. Par le personnage de la petite fille, c’est l’occasion également de réfléchir ensemble aux grandes valeurs morales de notre société. Devant le succès remporté la saison dernière et le charme irrésistible de ce dessin animé, nous n’avons pas hésité à le remettre à l’affiche pour tous ceux qui sont passés à côté ou ceux qui aimeront certainement le revoir une seconde fois.

  • De 5 à 8 ans
  • Du 21 janvier au 1 février
  • Dossier disponible dès à présent
Pistes pédagogiques
Le monde des brigands
Se débrouiller dans la vie
Les valeurs du film

L’île de Black Mór

L’île de Black Mór
  • PRIMAIRE
  • De Jean-François Laguionie
  • France, 2003, 1 h 25

Le Kid est un garçon de quinze ans, enfermé dans un orphelinat sur la côte des Cornouailles. Sa seule évasion, ce sont les aventures du célèbre pirate Black Mór, qui a amassé, paraît-il, de fabuleuses richesses. Un jour, lassé de sa vie de bagnard, le Kid s’enfuit. Il rencontre une paire de voyous avec qui il vole un voilier ! Voilà la fine équipe partie en mer, à la découverte du monde. Des rencontres, des aventures, un trésor... Le bateau, nommé La Fortune, va emmener le Kid sur des côtes inattendues…

« L’Ile de Black Mór » est d’abord une magnifique réalisation sur le plan graphique. Le style de Jean-François Laguionie vient servir une histoire peu banale dont les rebondissements interviennent là où on ne les attend pas ! Énigmes, codes secrets, amitié, trahison, les ingrédients classiques des histoires de pirates prennent ici une dimension toute différente.

  • A partir de 7 ans
  • Du 28 janvier au 9 février
  • Dossier disponible dès à présent
Pistes pédagogiques
La mer et les bateaux
Les pirates: libres et cruels !
Le graphisme du dessin animé

Ponyo sur la falaise

Ponyo sur la falaise
  • FIN MATERNEL/ PRIMAIRE
  • Un dessin animé de Hayao Miyazaki
  • Japon, 2009, 1h40, version française

Ponyo est une drôle de petite créature, mi-poisson, mi-fillette. Et pour cause, son papa est un sorcier qui vit dans l’océan Un jour, Ponyo s’aventure dans la mer et, emportée par le courant, elle se trouve en fort mauvaise posture ! Poussée vers le rivage, elle est secourue par un petit garçon, Sozuké, qui va finir par lui rendre sa liberté en la remettant dans l’eau. Mais après cette aventure, Ponyo, charmée par le garçonnet, n’aura plus qu’un seul désir : retrouver Sozuké !

Librement inspiré de « La petite sirène » d’Andersen, ce dessin animé est un conte plein de charme, mais largement actualisé. En effet, c’est une histoire bien ancrée dans notre époque que le réalisateur japonais nous raconte, avec des personnages très contemporains. La justesse du regard de Miyazaki sur les êtres humains et sur les enfants en particulier est très touchante. Cette observation très fine des sentiments et des comportements est extrêmement bien rendue par une animation simple mais très précise. Même si elle met en scène des personnages fantastiques, cette histoire est pleine d’humanité. Elle délivre un message de tolérance, de solidarité et de respect de la vie et de la nature.

  • A partir de 5-6 ans
  • Du 4 au 16 mars
  • Dossier disponible en janvier
Pistes pédagogiques
La vie marine
Les contes
Le Japon
Les âges de la vie

[Retour en haut de la page]

La Vague

La Vague
  • SECONDAIRE
  • « Die Welle » de Dennis Gansel
  • Allemagne, 2008, 1 h 41, v.o. allemande ss-titrée

Dans le cadre d'un atelier scolaire consacré au totalitarisme, le professeur Wenger décide de mettre en place un jeu de rôles. Son objectif : faire prendre conscience aux élèves des mécanismes qui conduisent à la création d'une société fasciste. Sa méthode : faire de la classe un groupe fort et solidaire entièrement soumis à son autorité. Le professeur amène ainsi progressivement les participants à perdre leur individualité par l'adoption d'un uniforme et le choix d’un nom, d’un logo et d’un salut : la Vague. Par ailleurs, il instaure en classe des règles de vie très strictes et exhorte à la délation de tous ceux qui ne les respecteraient pas. Les plus faibles, jusque-là isolés, se sentent alors protégés par le groupe, gagnent en confiance et commencent à se révéler. L’identité collective se substitue insidieusement aux identités individuelles avec pour effet une implication inconditionnelle d’un nombre croissant de jeunes galvanisés par l’esprit de groupe. Au bout de quelques jours seulement, les mécanismes du totalitarisme sont en place : obéissance aveugle et vénération du chef, contrôle, exclusion, violence...

Le film de Dennis Gansel s'inspire d’une expérience réellement menée en 1967 dans un lycée californien. Ce projet, conduit alors par un professeur d’histoire, s’inscrivait dans un contexte où, vingt ans après l’holocauste, l’obéissance et la soumission à l’autorité faisaient l’objet des premières recherches scientifiques (entre autres, avec l’expérience de Milgram en 1963, celle de Stanford en 1971). En transposant cette expérience édifiante dans l’Allemagne d’aujourd’hui, le réalisateur rappelle salutairement les dangers du conformisme ainsi que la fragilité de sociétés démocratiques apparemment inébranlables.

  • A partir de 15 ans
  • Du 4 au 16 mars
  • Dossier disponible en octobre
Pistes pédagogiques
La soumission à l’autorité
Le conformisme
Les régimes totalitaires
L’expérience de Milgram

Accompagnement pédagogique

Brendan et le secret de Kells

Brendan et le secret de Kells
  • PRIMAIRE
  • De Tomm Moore
  • Irlande/Blg/F, 2009, 1h15, version française

Irlande, vers l’an 800. Brendan, un jeune moine trime avec les autres frères à la construction du rempart contre la menace viking, au détriment des autres travaux de l’abbaye de Kells. Lorsque débarque Aidan, un célèbre enlumineur et gardien d’un livre fabuleux inachevé, Brendan n’a plus que le dessin en tête. Pour poursuivre l’écriture, il décide de partir dans la forêt interdite qui recèle des créatures mythiques…

Voici une merveille à ne pas rater, un chef-d’œuvre du genre qui ravira sans conteste enfants et adultes ! Inspiré du célèbre manuscrit de Kells conservé à Dublin, l’animation superbe mêle habilement motifs celtiques et d’enluminures à des effets d’ordinateur très contemporains. Action, frissons, grande aventure, découverte de la nature sont autant d’ingrédients réunis pour captiver petits et grands dans une histoire intelligente dont la finalité sous-tend que la culture supplée à la barbarie. La quête de l’espiègle Brendan est ainsi un véritable plaidoyer pour l’ouverture à l’autre, la découverte du monde et une sensibilisation à l’Art et la Beauté.

  • A partir de 8 ans
  • Du 4 au 16 mars
  • Dossier disponible en octobre
Pistes pédagogiques
Le Moyen Age et la vie en abbaye
Enluminures et art celtique
Nature et culture
L’Irlande et ses légendes

Soeur Sourire

1,2,3 … Léon !
  • SECONDAIRE
  • De Stijn Coninx
  • Belgique, 2009, 2 h 04, en français

Jeannine Deckers, alias Sœur Sourire, est devenue un mythe international avec ses deux millions d’albums vendus en 1963 et cette chanson Dominique, qui a plané au-dessus des Beatles ou d’Elvis Presley dans les hit-parades du monde entier. Mais qui était réellement Sœur Sourire ? Le réalisateur belge Stijn Coninx (« Daens ») a dressé un portrait émouvant de cette jeune fille qui, dans le climat contraignant des années 50, va se rebeller au nom d’une soif d’idéal que ses proches en particulier ne peuvent comprendre.

Le cinéaste montre cependant comment cette jeune femme éprise de liberté va se retrouver piégée par les choix malencontreux qu’elle-même a posés. Ainsi, le film, qui pourrait paraître daté, pose des questions qui sont toujours d’actualité, qu’il s’agisse des choix de vie qui s’ouvrent à l’adolescence, de l’idéalisme de la jeunesse ou encore du phénomène des stars médiatiques, qui surgissent et disparaissent tout aussi rapidement. On remarquera que ce film est centré sur le parcours individuel de son personnage et ne comporte ne comporte ni apologie ni mise en cause du fait religieux. Il pourra donc être abordé aussi bien dans le cadre des cours de religion que de morale laïque mais aussi de sciences sociales ou d’actualités.

  • A partir de 14 ans
  • Du 18 au 30 mars
  • Dossier disponible en janvier
Pistes pédagogiques
Rêve et idéal de l’adolescence
Engagement et/ou aliénation
Être célèbre… quinze minutes ?
Médias, réalité et illusion

Le piano dans la forêt

Le piano dans la forêt
  • PRIMAIRE
  • De Masayuki Kojima
  • Japon, 2007, 1h40, version française

Shuhei est le fils d’un grand musicien et il se destine lui-même à une carrière musicale. Aussi, il travaille quotidiennement son piano en vue de remporter un concours national. Obligé de déménager quelque temps, Shuhei intègre une nouvelle école où il rencontre deux personnes qui vont compter pour lui : un ténébreux professeur de musique et un jeune garçon un peu rebelle, Kai. Ce nouvel ami possède un don étrange et merveilleux : il est le seul à pouvoir jouer d’un mystérieux piano abandonné dans la forêt. Même Shuhei n’arrive à en tirer aucun son… Celui-ci est un peu jaloux de Kai, mais il est surtout fasciné par son talent naturel !

En opposant deux jeunes musiciens aux styles très différents — l’un travaille patiemment et s’applique, l’autre est rétif à tout enseignement mais est doué naturellement — ce dessin animé interpellera les jeunes spectateurs. En effet, s’il peut les sensibiliser à la musique et au plaisir de jouer, il posera aussi des questions telles que : faut-il faire de sa passion son métier ? peut-on être amis et rivaux ? faut-il avoir un don pour réussir ?

  • A partir de 8 ans
  • Du 1 au 20 avril
  • Dossier disponible en mars
Pistes pédagogiques
La musique
L’art, entre travail et plaisir
La culture japonaise
Choisir son métier

[Retour en haut de la page]

Erreur de la banque en votre faveur

Nocturna
  • SECONDAIRE
  • De Michel Munz et Gérard Bitton
  • France, 2009, 1 h 38

Julien Foucault, maître d’hôtel très distingué de la très vénérable banque Berthin-Schwartz, apprend son licenciement après 17 ans de bons et loyaux service. Stoïque, il semble se résigner à son sort lorsque le hasard lui donne accès à des informations confidentielles qui vont lui permettre de réussir un joli coup en bourse et dont il va faire profiter son meilleur ami Étienne. Mais l’argent facile va agir comme un révélateur sarcastique des défauts des uns et des autres.

Cette comédie pétillante est pour les réalisateurs de « La vérité si je mens » l’occasion de mettre le doigt sur une thématique qui leur est chère : l’argent. Avec une bonne dose d’humour, ils s’attachent à décrire un monde mal connu, celui de la banque et de la finance, dont l’élitisme hautain est souvent le masque d’un égoïsme sans limites. Même si cette satire ne peut prétendre donner un véritable cours d’économie, elle joue néanmoins comme un révélateur de la manière dont l’argent à la fois accentue les inégalités entre les individus et leur en masque les mécanismes. En cela, le film retiendra aussi bien l’attention des professeurs de sciences économiques et sociales que de morale (laïque ou confessionnelle).

  • A partir de 13 ans
  • Du 22 avril au 4 mai
  • Dossier disponible en mars
Pistes pédagogiques
Faire travailler l’argent ?
L’argent facile, rêve et réalité
La bourse
Grande bourgeoisie et élites financières, une description sociologique

Ciné-concert : Cartoon’s circus

Ciné-concert : Cartoon’s circus
  • MATERNEL
  • En collaboration avec les Jeunesses Musicales de Mons
  • Durée : env. 45 min.

Mise sur pied par les Jeunesses musicales, cette séance unique allie projection de cinéma et musique jouée en direct dans la salle. Pensé pécialement pour les plus jeunes, ce spectacle les régalera doublement : la découverte des sons en direct et des dessins animés délicieux. C’est en effet parmi les trésors des cartoons des années 20 et 30, issus des collections américaines les plus prestigieuses et mettant en scène des personnages célèbres que les concepteurs sont allés puiser. Cette compilation, avec ces classiques qui n’ont pas pris une ride, offre un grand moment d’histoire et de plaisir à tous. Ces fameux dessins animés proposent une vision décalée, émerveillée et hilarante du monde. Ils déroulent sur un rythme souvent débridé des situations caustiques et des histoires libres de toute vraisemblance. On se laisse emporter par le plaisir jubilatoire et l’on s’amuse de ces personnages si attachants et quelquefois si terriblement semblables à nous !

La musique joyeuse, tendre et décapante qui accompagnera en live ces films en live sera interprétée par Roberto Tricarri et Didier Toffolini. Ces deux spécialistes en la matière proposeront de porter à la conscience des enfants, d’une manière sensitive, émotionnelle, active, l’importance des interactions entre l’image et le son – pris ici dans son sens le plus large, celui de la piste sonore intégrant les bruitages, la voix, l’instrumental… et aussi le silence.

  • A partir de 3 ans
  • Séance unique jeudi 29 avril à 10h
Pistes pédagogiques
Découvrir et jouer avec les sons
Exprimer ses émotions
Se souvenir des histoires

2008 - 2009

Le silence de Lorna secondaire du 1/9 au 4/11
Valse avec Bachir secondaire du 12/9 au 24/10
Petit à petit maternel du 18/9 au 4/11
Rumba primaire du 18/9 au 10/11 et du 27/11 au 19/12
Entre les murs secondaire du 2/10 au 16/12 et du 26 au 31/3
Modus Operandi secondaire du 2/10 au 21/10 et du 30/4 au 12/5
Les Trois Brigands fin maternel / primaire du 16/10 au 24/11
Eldorado secondaire du 6/11 au 18/11
Les bureaux de Dieu secondaire du 13/11 au 19/12 et du 12/3 au 17/3
Desmond et la créature du marais maternel du 4/12 au 27/1
Max & Co primaire du 27/11 au 19/12
La flèche bleue maternel/début primaire du 5/1 au 13/1
Mèche blanche, les aventures du petit castor primaire du 8/1 au 27/1 et du 1/3 au 10/3
Vitus, l’enfant prodige primaire du 8/1 au 20/1
La traversée du temps secondaire du 15/1 au 27/1
Focus Jaco van Dormael
Le Huitième Jour secondaire du 22/1 au 3/2
Toto le héros secondaire du 12/3 au 24/3
Juno secondaire du 29/1 au 10/2
La petite taupe maternel Séance unique le 11 février à 10h
1,2,3 … Léon ! maternel du 1/3 au 31/3
Ben X secondaire du 5/3 au 13/3
Nocturna primaire du 19/3 au 3/4
Matilda primaire du 19/3 au 31/3
Hôtel Rwanda secondaire du 23/4 au 28/4
Le mécano de la General primaire Séance unique le 27 avril à 10h30

 

Le Silence de Lorna

le silence de Lorna
  • SECONDAIRE
  • de Jean-Pierre et Luc Dardenne
  • Belgique, 2008, 1 h 45

Les frères Dardenne nous plongent sans prévenir dans un drame déjà largement entamé : Lorna, jeune réfugiée albanaise, a contracté un mariage blanc avec Claudy, un toxicomane appâté par l’argent. Cependant, un troisième homme, Fabio, tire les ficelles de cette histoire et projette déjà d’utiliser Lorna pour contracter un autre mariage blanc dès qu’elle aura acquis la nationalité belge.

Couronné du prix du scénario à Cannes, « Le silence de Lorna » peint le portrait touchant d’une jeune femme décidée à se faire une place au soleil et qui se retrouve bientôt confrontée à la brutalité de la société contemporaine. Mais les relations entre les êtres sont tout aussi décisives et c’est la confrontation avec Claudy, puis avec Fabio, qui va profondément transformer Lorna. Plantant cette fois leur caméra à Liège (et non plus à Seraing), les Dardenne ont opté pour une mise en scène plus distante, donnant davantage d’espace aux personnages. Ils privilégient ici encore le rapport physique aux objets, aux êtres pour nous faire saisir leur intimité. La thématique de ce film est très riche, abordant aussi bien des sujets sociaux très actuels qu’une problématique morale universelle.

  • A partir de 15 ans
  • Du 1er septembre au 4 novembre
  • Dossier disponible en septembre
Pistes pédagogiques
Une société sans règles ni repères ?
Immigration clandestine, quelles réalités ?
L’exclusion et la tolérance
Un personnage confronté au mal

Valse avec Bachir

Valse avec Bachir
  • SECONDAIRE
  • D’Ari Folman
  • Israël/F/All, 2008, 1 h 27, v.o. sous-titrée

Autobiographie, documentaire, fiction et film d’animation, « Valse avec Bachir » réunit étonnamment tout cela. Le réalisateur israélien Ari Folman s’aperçoit en discutant avec un ami qu’il ne se souvient pas de la guerre au Liban en 1982 ni en particulier des massacres dans les camps de réfugiés palestiniens de Sabra et Chatila à Beyrouth. En interrogeant des compagnons témoins de cette époque, les souvenirs vont peu à peu émerger et révéler des réalités dérangeantes. Volontairement subjectif, le film décrit la guerre menée par Israël dans toutes ses absurdités et tous ses errements : il montre, sans aucun héroïsme, de jeunes soldats complètement désorientés qui rentreront traumatisés mais aussi culpabilisés par ce qu’ils auront vu et auront fait. Sans propagande, Ari Folman pose ainsi des questions essentielles et dérangeantes sur la politique israélienne.

Par sa mise en scène originale rappelant celle de « Persepolis », le film dépasse largement le cadre de ce conflit et mène une réflexion générale sur la guerre, la violence, sur la mémoire et la responsabilité de chacun d’entre nous par rapport aux drames qui nous entourent. Familiers du dessin animé, les jeunes spectateurs découvriront ici comment ce genre apparemment dédié à la fiction permet ici d’atteindre une vérité essentielle.

Pistes pédagogiques
Israël et la Palestine
Guerre et violence
La responsabilité morale
Mémoire
Réalisme et dessin animé

Débat avec Pascal Fenaux, journaliste et expert de la question israélo-palestinienne le 14 octobre à 9h30
Visite guidée de l’exposition « Dessins pour la paix » au Mundaneum

[Retour en haut de la page]

Petit à petit

Petit à petit
  • MATERNEL
  • de Pierre-Luc Granjon, Uzi et Lotta Geffenblad et Gun Jacobson
  • F/ Suède, 2007, 40 min., version française

Ce programme de quatre courts métrages d’animation réalisé en papiers découpés explore avec tendresse et poésie l’univers des tout petits. Au-delà de leurs qualités graphiques propres, ils forment un superbe et riche ensemble autour du monde de l’enfance, avec ses découvertes, ses craintes et ses passe-temps.

« L’Enfant sans bouche » dépeint la relation entre un enfant muet et un lapin aux très longues oreilles pour nous parler de l’importance et du plaisir de communiquer. Dans « Les Pierres d’Aston », les auteurs suédois bien connus Uzi et Lotta Geffenblad (« Franz le chef d’orchestre »), montrent combien un petit est attaché aux cailloux qu’il trouve en chemin, des objets bien vite devenus encombrants dans la maisonnette où il vit avec ses parents…

Des mêmes réalisateurs, « Les Abricots » raconte la journée qu’un petit garçon et son oncle passent ensemble à la plage, offrant là une belle occasion de découvrir la mer sous un tout autre jour que l’habituelle nappe bleue apaisante et inoffensive.

Enfin dans « Lola s’est perdue », un couple vient d’emménager dans une nouvelle maison avec leur petite fille. En revenant du supermarché, Lola s’aperçoit que les maisons sont toutes les mêmes et elle a bien du mal à retrouver la sienne…

Pistes pédagogiques
Verbaliser ses émotions.
Découvrir les couleurs et les saisons
Dépasser ses craintes pour grandir

Rumba

Rumba
  • PRIMAIRE
  • de Dominique Abel, Fiona Gordon et Bruno Romy
  • Belgique/France, 1 h 17, 2008

Fiona et Dom sont enseignants dans la même école primaire. Quand vient le week-end, ils s’adonnent à leur grande passion : danser la rumba ! Leur maison est d’ailleurs remplie de trophées remportés à des concours de danse régionaux. Soudain, un accident de voiture va faire basculer leur vie…

Si l’histoire est tragique, « Rumba » (encore un film belge sélectionné à Cannes !) est traité sur un ton loufoque, légère et merveilleusement optimiste malgré les catastrophes que traversent nos deux compères. L’avalanche de gags et l’économie de paroles rappelle la grande période du cinéma burlesque (Buster Keaton, Laurel et Hardy…) ainsi que les films de Tati, le style de cette comédie colorée est cependant tout à fait original et suscite autant le rire que l’admiration… Mais tout cela n’est pas très sérieux, nous direz-vous ! Nous recommandons pourtant chaudement ce film aux enseignants du primaire car il fera découvrir aux jeunes spectateurs un cinéma au ton inhabituel et à l’humour décalé. Une belle occasion de réfléchir sur ce qui nous faire rire… et pas rire.

  • A partir de 8 ans
  • Du 18 septembre au 10 novembre
  • et du 27 novembre au 19 décembre
  • Dossier disponible début octobre
  • www.rumba-film.mk2.com
Pistes pédagogiques
Et ça vous fait rire ?
Le burlesque dans la vie et au cinéma
Définir le style du film
Les adultes et nous, quelles différences ?

[Retour en haut de la page]

Entre les murs

Entre les murs
  • SECONDAIRE
  • de Laurent Cantet
  • France, 2008, 2 h 08

Palme d’Or du dernier festival de Cannes, « Entre les murs » décrit la vie quotidienne dans un collège français pendant une année scolaire environ. Ce n’est pourtant pas un documentaire mais une vraie fiction, même si elle est mise en scène avec des élèves et un enseignant, François Bégaudeau, interprétant un rôle qui est très proche de celui qu’il vit réellement tous les jours : le scénario du film s’appuie en effet sur le récit que François Bégaudeau, professeur de français dans collège français, a récemment tiré de son expérience personnelle. Ce mince écart entre réalité et fiction permet au cinéaste de véritablement dépasser la surface des choses, celle des incidents de la vie quotidienne, pour saisir le point de vue des uns et autres. Le film permet ainsi de comprendre comment naissent difficultés, incompréhensions, conflits parfois jusqu’à l’incident qui remet en cause la vie quotidienne de la classe.

Ce film est également le fruit d’un travail d’atelier mené tout au long d’une année scolaire avec des élèves d’un collège qui ont permis par leur expérience propre d’enrichir le scénario. Le tournage a finalement eu lieu pendant les vacances, les jeunes comédiens endossant alors des rôles de composition, même si ceux-ci sont particulièrement crédibles. « Entre les murs » prend toute sa place dans les cours de sciences humaines et sociales, de morale (laïque ou confessionnelle), et aussi de français par la réflexion qu’il propose sur le travail de mise en scène.

  • A partir de 15 ans
  • Du 2 octobre au 16 décembre
  • et du 26 au 31 mars
  • Dossier disponible début octobre
Pistes pédagogiques
L’école aujourd’hui
Enseignants / élèves, quelles relations possibles
Un film de fiction ?
La multiculturalité/l’altérité

Modus Operandi

Modus Operandi
  • SECONDAIRE
  • De Hugues Lanneau
  • Belgique, 2008, 1h38

De 1942 à 1944, 24916 Juifs, hommes, femmes et enfants, ont été déportés de Belgique vers Auschwitz. Seuls 1206 d’entre eux en sont revenus. Tout le monde sait cela aujourd’hui, même si c’est de façon vague ou approximative. Ce que l’on sait moins, c’est que ces déportations n’ont été exécutées que par une poignée de responsables allemands qui ont profité pour leur besogne meurtrière de la complicité active ou passive de nombreux Belges, fonctionnaires, policiers ou responsables politiques restés en place. « Modus Operandi » retrace comment tout cela a été possible.

Ce documentaire est le résultat d’un travail créatif considérable, avec un objectif délibérément pédagogique et une fiabilité rigoureuse sur le plan scientifique, grâce notamment au travail d’historiens et journalistes réputés. Il ne s’agit pas d’un réquisitoire à charge — ni dans un sens ni dans un autre —, même s’il n’est pas question d’éluder les responsabilités, et le film entend bien rendre compte de la complexité de cette période troublée. Il cherche d’ailleurs moins à expliquer le pourquoi qu’à rendre compte précisément du comment.

Pistes pédagogiques
Le nazisme, la collaboration et l’holocauste
Les Droits de l’Homme
L’intolérance
Histoire et mémoire

Rencontre avec deux rescapés des camps le 2 et le 16 octobre à 9h30

Les Trois Brigands

Les Trois Brigands
  • FIN MATERNEL/ PRIMAIRE
  • de Hayo Freitag
  • Allemagne, 2007, 1 h 20, version française

Trois méchants brigands aux grands chapeaux pointus sont la terreur de la région. Armés de leur hache, leur soufflet et leur tromblon, ils détroussent les voyageurs et détruisent les attelages jusqu’au jour où le contenu de la diligence est… une petite fille ! Tiffany, saisissant l’occasion d’échapper à l’horrible orphelinat, se fait emmener dans leur repère…

Adapté du livre éponyme du célèbre auteur pour la jeunesse Tomi Ungerer, ce conte retranscrit avec beaucoup d’humour et de légèreté l’atmosphère nocturne de l’œuvre originale. Le monde des brigands, qui se révèlent ici finalement beaucoup plus naïfs et stupides que vraiment méchants, fascinera à coup sûr les enfants. De plus, le graphisme frais et soigné et la musique captivante leur permettront d’être sensibilisés à un univers riche et hautement créatif. Par le personnage de la petite fille, c’est l’occasion également de réfléchir ensemble aux grandes valeurs morales de notre société.

  • De 5 à 8 ans
  • Du 16 octobre au 24 novembre
  • Dossier disponible début novembre
Pistes pédagogiques
Le monde des brigands
Se débrouiller dans la vie
Apprécier un film

Animations lecture vivante avec la Bibliothèque de Mons et de Cuesmes

Eldorado

Eldorado
  • SECONDAIRE
  • de Bouli Lanners
  • Belgique, 1 h 30, 2008

La nuit en rase campagne, quelque part en Wallonie. Au volant d’une vieille chevrolet, Yvan accompagne les paroles du morceau de rock californien diffusé par l’autoradio. Revendeur d’épaves automobiles récupérées aux Etats-Unis, il est alors loin de se douter de ce qu’il va découvrir en rentrant chez lui : une chambre sans dessus-dessous avec sous le lit, un individu qui refuse de s’extraire de sa cachette : c’est Elie, un jeune adulte toxicomane qui cherche de la monnaie pour prendre le bus.

Voici donc le point de départ de ce road movie étonnant qui actualise sur un mode à la fois ironique et absurde la question inhérente aux tout premiers films du genre : peut-on croire aujourd’hui encore au rêve américain? Cette interrogation, le film de Bouli Lanners la développe avec beaucoup d’humour et une dynamique de situations accidentelles qui amène le duo en route pour la frontière à rencontrer un certain nombre de personnages tous plus marginaux les uns que les autres. « Eldorado » brosse ainsi de la société actuelle un tableau plutôt interpellant, qui devrait conduire les adolescents à interroger leurs valeurs personnelles ainsi que leur propre rapport aux autres. D’autre part, c’est aussi l’occasion d’aborder avec eux l’esthétique du road movie, un genre qui rencontre particulièrement bien des thèmes comme la recherche de soi, le questionnement et les errances propres à cet âge de la vie : espace vide ou désaffecté, paysages qui défilent au gré de longs travellings, beauté plastique des images, forte présence et suggestivité de l’accompagnement musical, en somme toutes ces caractéristiques élégiaques qui à la fois procurent un profond sentiment de liberté et font de la route une métaphore de la vie, avec ses accidents, ses bifurcations, ses épreuves et ses impasses.

  • A partir de 15 ans
  • Du 6 au 18 novembre
  • Dossier disponible en novembre
Pistes pédagogiques
Le road movie : esthétique et idéologie.
Dans quelle société je veux vivre ?
Suis-je seul au monde ?
Humour, ironie et absurde.

[Retour en haut de la page]

Les bureaux de Dieu

Les bureaux de Dieu
  • SECONDAIRE
  • de Claire Simon
  • F/Belgique, 2008, 2h02

Les « bureaux de Dieu » se situent à l’étage d’une belle maison parisienne. Dans ce qui pourrait être un appartement chic sont installés les salons d’accueil d’un planning familial. Là, des femmes et des jeunes filles, de tous âges, de toutes origines, viennent raconter leur histoire, leurs espoirs, leurs inquiétudes. L’une voudrait prendre la pilule parce que maintenant, avec son copain, c’est devenu sérieux. L’autre est embarrassée par une grossesse non désirée. Une jeune fille cache ses pilules au-dehors parce que sa mère fouille son sac. Certaines sont mortes de trac ou en plein désarroi. D’autres traversent les épreuves sans se départir de leur sourire.

Fiction documentée, « Les Bureaux de Dieu » procède d’une démarche vraiment originale : des entretiens qui ont réellement eu lieu dans un centre de planning sont rejoués ici devant la caméra, par des acteurs et des actrices de renom, qui interprètent les travailleurs sociaux, et par des comédiennes amateurs, qui incarnent celles qui consultent. Avec ce film de Claire Simon, les enseignants et leurs élèves sont invités à découvrir le travail des plannings familiaux (où l’on trouve écoute, soutien et réponse à ses questions), mais plus encore toutes les situations auxquelles les femmes sont confrontées. Fait rare au cinéma, il met en valeur la parole des femmes et dans le même temps, leur courage et leur liberté.

  • A partir de 14 ans
  • Du 13 novembre au 19 décembre
  • et du 12 au 17 mars
  • Dossier disponible en mars
Pistes pédagogiques
Le planning familial
La parole des femmes et des filles
Les questions liées à la vie sexuelle

Desmond et la créature du marais

Desmond et la créature du marais
  • MATERNEL
  • de Magnus Carlsson
  • Suède, 2006, 1 h08, version française

Desmond est un sympathique petit cochon qui vit avec ses amis dans un coin de clairière bien agréable. Son occupation favorite est de cuisiner des cakes aux pommes. Mais l'abominable créature du marais leur rend à tous la vie impossible ; enfin... si elle existe, car personne ne l’a jamais vue ! Mais qui d'autre aurait pu voler les pommes de Desmond, la collection de rouge à ongles d'Héléna la dame élan, la guitare électrique de Willie le putois et les gants de boxe de Sébastien Lapin ? Non, vraiment, trop c'est trop ! Ensemble, ils décident de construire un piège… Cette enquête policière, spécialement conçue pour les plus jeunes, d’animation saura charmer les enfants sans les effrayer malgré la mystérieuse présence de la créature des marais. Il les fera participer à de joyeuses aventures tout en brossant une belle galerie de portraits d’animaux aussi charmants que loufoques.

  • De 3 à 6 ans
  • Du 4 décembre au 27 janvier
  • Dossier disponible en décembre
Des aspects à exploiter
Parler du film, mieux le comprendre
Vaincre ses peurs
Une histoire à rebondissements
À quoi ai-je envie de ressembler ?

Max & Co

Max & Co
  • PRIMAIRE
  • de Samuel et Frédéric Guillaume
  • Suisse/F/Belgique, 2007, 1h16

A la recherche de son père, Max le renard arrive en ville. Pour pouvoir manger et payer son logement, il décroche un job de musicien d’ascenseur dans une usine de tapettes à mouches. Comme les ventes de l’entreprise sont en chute, Rodolfo, le patron flemmard, commande à un savant fou de créer des insectes mutants, indestructibles. Max et sa nouvelle amie Félicie sauront-ils déjouer ce plan machiavélique ?

Cette fable écologique et sociale, sur la résistance des habitants d’une petite ville soumise aux dictats du profit et de la rentabilité, est bien dans l’air du temps et ne manquera pas d’enthousiasmer élèves et enseignants. Sympathique et très européenne, l’animation très réussie a valu à ce film de nombreux prix dans de prestigieux festivals.

  • A partir de 7 ans
  • Du 27 novembre au 19 décembre
  • Dossier disponible dès à présent
Pistes pédagogiques
La fin justifie les moyens ?
L’esthétique du film
L’homme et l’environnement

[Retour en haut de la page]

La flèche bleue

La flèche bleue
  • MATERNEL/ DEBUT PRIMAIRE
  • d’Enzo d’Alo
  • Italie, 1997, 1h30, version française

Chez nous, on mange la galette des Rois. En Italie, c’est Befana, une gentille sorcière qui distribue des cadeaux aux enfants sages. Mais, cette année, Befana qui est un peu raplapla confie son balai et sa mission à son assistant, le docteur Scafaroni. Or, celui-ci a décidé de faire payer les cadeaux ; les enfants pauvres n’auront donc rien ! Outrés, les jouets décident de partir à la rencontre des enfants qui sauront leur donner de l’amour. Pendant ce temps, le jeune Francesco, qui s’est fait chasser du magasin de jouets par Scafaroni, rêve du magnifique train qu’il a vu en vitrine : la Flèche bleue…

Cette fable humaniste, inspirée du roman de Gianni Rodari, peint avec finesse, humour et poésie des portraits. De plus, les remarquables dessins à l’aquarelle, la qualité de l’animation et la musique de Paolo Conte en font un spectacle de rare qualité. Une bonne dose de chaleur au cœur de l’hiver.

  • De 4 à 7 ans
  • Du 5 au 13 janvier
  • Dossier disponible dès à présent
Pistes pédagogiques
Comprendre une histoire
Exprimer ses émotions
Un conte d’hiver

Mèche blanche, les aventures du petit castor

Mèche blanche, les aventures du petit castor
  • PRIMAIRE
  • de Philippe Calderon
  • France, 2008, 1 h 17

Tourné avec de véritables animaux dans des décors naturels authentiques, « Mèche Blanche,… » raconte l’histoire d’un petit castor du Grand Nord canadien qui vit avec sa mère et sa sœur dans une hutte au milieu de la rivière. Un jour, la rupture du barrage construit par sa mère l'entraîne au loin et l'éloigne de sa famille et de ses amis, l'ours et le lynx. Il trouve refuge auprès d'un vieux castor qui le protège. Ensemble, ils tentent de retrouver la famille du jeune animal.

Le mélange d’images documentaires et d’histoire d’animaux comme on en trouve dans les contes est surprenant. Au-delà de la prouesse technique consistant à diriger des animaux sauvages, le film fera découvrir aux enfants du début du primaire un aspect de la vie sauvage tout en leur permettant d’approcher de façon sensible la question des équilibres naturels.

Pistes pédagogiques
Les animaux des zones humides
Les relations entres les êtres vivants et leur milieu
Conte et/ou documentaire
Préserver la nature

Visite animée sur les castors et les animaux aquatiques de nos régions au Musée d’Histoire naturelle de Mons.

[Retour en haut de la page]

Vitus, l’enfant prodige

Vitus, l’enfant prodige
  • PRIMAIRE
  • de Fredi M. Murer
  • Suisse, 2006, 2 h 00, version française

Comme son nom le suggère, Vitus est un petit garçon débordant de vitalité. C’est aussi un jeune virtuose passionné de piano et un enfant trop intelligent pour son âge. Ses parents tirent beaucoup de fierté et de satisfaction de tout ce génie mais pour Vitus, propulsé dans le monde adulte où il est amené à se construire en marge des enfants de son âge, cette situation exceptionnelle est beaucoup moins drôle. Aussi trouve-t-il refuge dès qu’il le peut chez son grand-père, un homme tout à la fois spontané, chaleureux et excentrique. Un jour, un accident ôte à Vitus toutes ses facultés extraordinaires et fait de lui un gamin apparemment comme les autres…

A travers l’histoire de cet enfant prodige, le réalisateur explore l’univers de l’enfant surdoué dont sa scolarisation. Mais au-delà de cette problématique, qui concerne a priori surtout les pédagogues, le film développe tout en finesse l’univers intérieur de Vitus : ses désirs profonds, ses rêves, la façon souvent agressive qu’il a d’exprimer les difficultés que lui posent sa différence, les répercussions parfois douloureuses des décisions prises à son sujet par les adultes ainsi que les solutions personnelles qu’il trouve pour échapper aux multiples pressions de son entourage. De fait, ce film trouvera de nombreuses répercussions dans la vie de tous les enfants en fin de primaire.

  • A partir de 9 ans
  • Du 8 au 20 janvier
  • Dossier disponible en décembre
Pistes pédagogiques
Être différent : un avantage ou un inconvénient ?
Être un enfant : la part du jeu et du rêve
La construction d’un récit

La traversée du temps

La traversée du temps
  • SECONDAIRE
  • de Mamoru Hosoda
  • Japon, 2006, 1 h 38, version française

Makoto est une jeune lycéenne japonaise, assez solitaire, qui n’a que deux amis de son âge avec qui elle joue régulièrement au base-ball. Par le plus grand des hasards, elle va se retrouver dotée d’un étrange pouvoir, celui de remonter le temps. D’abord enthousiasmée, elle va bientôt se rendre compte que ce pouvoir comporte certains risques.

Ce manga pur jus par son graphisme caractéristique est destiné aux jeunes adolescent(e)s du début du secondaire. Si la production abondante de bandes dessinées et dessins animés japonais séduit de nombreux jeunes, ils n’ont parfois pas très bonne réputation auprès des adultes. « La traversée du temps » est toutefois du meilleur crû et attirera la curiosité des enseignants. La structure du récit, basée sur des ellipses, est en effet très complexe et particulièrement intéressante à analyser. En outre, le film aborde des thématiques importantes pour l’adolescence comme la sensation du temps qui passe, la nécessité de faire des choix et d’affronter un avenir souvent incertain et problématique. Enfin il propose une image inhabituelle de la société japonaise, à la fois proche et lointaine, mais trop souvent résumée à des stéréotypes. Le film pourra donc retenir l’attention des professeurs de français mais aussi de sciences sociales, d’étude du milieu, de philosophie (laïque ou confessionnelle) et d’artistique.

  • A partir de 12 ans
  • Du 15 au 27 janvier
  • Dossier disponible en novembre
Des aspects à exploiter
La structure du récit
L’adolescence face à l’avenir
L’espace et le temps

Atelier créatif sur le thème du manga

FOCUS JACO VAN DORMAEL

A l’occasion de la sortie de son nouveau film, nous proposons aux nouvelles générations de découvrir deux œuvres marquantes de notre compatriote.

Le Huitième Jour

Le Huitième Jour
  • SECONDAIRE
  • Belgique, 1996, 1h46

Harry, un cadre bien trop absorbé par son travail, rencontre un soir en pleine campagne Georges, un mongolien. Le film raconte l’histoire de cette rencontre improbable qui va permettre finalement aux deux hommes de s’apprécier. Au-delà d’une réflexion sur la place des handicapés dans notre société, cette fable humaniste permet à chacun de remettre en question le regard qu’il porte sur l’autre.

  • A partir de 13 ans
  • Du 22 janvier au 3 février
  • Dossier disponible dès à présent

Toto le héros

Toto le héros
  • SECONDAIRE
  • Belgique, 1991, 1h31

Thomas est persuadé depuis l’âge de huit ans qu’il a été échangé à la maternité avec Alfred. Soixante ans plus tard, il retrouve son rival pour lui reprendre la vie qui lui a été volée… Ce film n’est pas l’histoire d’un enfant mais celle comique et tragique de toute une existence, déformée par les souvenirs. Remarquable par sa structure et sa mise en scène, il offre la possibilité de s’interroger sur la construction, la compréhension et l’interprétation d’un récit.

  • A partir de 13 ans
  • Du 12 au 24 mars
  • Dossier disponible dès à présent

[Retour en haut de la page]

Juno

Juno
  • SECONDAIRE
  • de Jason Reitman
  • USA, 2007, 1 h 36, v.o. sous-titrée

Juno, une adolescente de seize ans aussi brusque que lucide et déterminée, vit une histoire d’amour avec Bleek, un camarade de classe. Lorsqu’elle découvre qu’elle est enceinte, la jeune fille est confrontée à un choix difficile : garder l’enfant ou avorter. Pourtant un autre choix —inattendu — se dessine rapidement pour elle.

Derrière un thème apparemment dramatique, on trouve un film léger aux mille pointes humoristiques, dont le côté visiblement décalé naît du regard distancié que la jeune héroïne porte sur la société et le monde qui l’entoure. Dans le style de « Little Miss Sunshine », l’intérêt du film réside par ailleurs dans l’originalité des conduites adoptées par les personnages : il y a beaucoup de détermination et de maturité chez cette gamine; ses parents, ouverts et aimants, parviennent à dépasser le conflit obligé pour lui apporter un soutien important… Tous ces portraits à contre-courant des clichés offrent ainsi aux adolescents une belle occasion de réfléchir de façon nuancée au bien-fondé des comportements que nous adoptons dans certaines circonstances exceptionnelles de la vie mais aussi au quotidien, vis-à-vis de nos proches et des personnes que nous côtoyons chaque jour.

  • A partir de 15 ans
  • Du 29 janvier au 10 février
  • Dossier disponible en septembre
Pistes pédagogiques
Adolescence et choix de vie
Amour, couple et famille
Le travail de mise en scène
Une esthétique particulière

Possibilité de matinées linguistiques avec le Mundaneum

La petite taupe

La petite taupe
  • MATERNEL
  • De Zdenek Miller
  • 1975-1976, 1h

Invités par les Jeunesses musicales de Mons, Ollivier Leroy et Pierre-Yves Prothais proposent un « ciné-concert », c’est-à-dire une découverte en direct de la musique et des bruitages à travers l’image animée. Les petits se régaleront doublement : la découverte des sons en direct et l’univers de la petite taupe.

Créée en 1957 par le peintre et illustrateur Zdenek Miller, la petite taupe a déjà vécu de nombreuses aventures et connu un grand succès dans plus de 80 pays à travers le monde. C’est en se promenant dans les bois et en trébuchant sur une taupinière que son créateur eut l’idée de ce petit animal potelé et maladroit. D’un caractère joyeux et sociable, la petite taupe fait preuve d’une grande curiosité pour le monde qui l’entoure…

Par de subtiles associations entre compositions et bruitages, les deux artistes enrichiront les courts métrages d’ambiances musicales contemporaines (percussions afro-orientales, harmonium indien, voix lyrique, enfantine ou tribale). En plus des instruments, des objets sonores tels que la guimbarde, des lames de métal dans l’eau, des coquillages, accentueront le plaisir d’entendre et de jouer avec les sons.

  • De 2 à 5 ans
  • Séance unique le 11 février à 10h
  • Dossier disponible dès à présent
Pistes pédagogiques
Découvrir et jouer avec les sons
Exprimer ses émotions
Raconter une histoire

Séance spéciale ciné-concert, en collaboration avec les Jeunesses musicales de Mons

1,2,3 … Léon !

1,2,3 … Léon !
  • MATERNEL
  • Collectif
  • F/Canada, Pays-Bas, 45 min., version française

De ce programme de 4 films, les enfants retiendront certainement « L’hiver de Léon », un moyen métrage de près de trente minutes qui illustre un beau conte médiéval. L’hiver s’est abattu sur le royaume et l’ogre des montagnes enlève la belle princesse Mélie Pain d’Epice. Léon, un jeune ours adopté par un couple d’apiculteurs, fait alors une fugue et tombe entre les mains de Boniface, le faiseur d’histoires. Après bien des péripéties, Léon réussira-t-il à sauver la princesse des griffes de l'ogre ?

Très belle réussite graphique grâce notamment à ses adorables personnages en plasticine, ce joli film d’animation s’apparente aux contes que l’on chuchote le soir, avant de faire dodo. Ogre, princesse et château sont les ingrédients indispensables à une belle aventure pleine de poésie.

  • De 3 à 6 ans
  • Du 1er au 31 mars
  • Dossier disponible en mars
Pistes pédagogiques
Raconter l’histoire
Le Moyen Âge
Les ogres existent-ils ?

Atelier créatif sur le thème du Moyen Age pour les 3e maternelles

Ben X

Ben X
  • SECONDAIRE
  • de Nic Balthazar
  • Belgique, 2007, 1 h 33, v.o. ndls sous-titrée

Ben, un adolescent légèrement autiste, se réfugie dans le monde du jeu vidéo pour échapper à la pression du monde réel. Marginalisé, incapable de se défendre face au harcèlement dont il est victime en classe, il est au contraire respecté dans le monde entier pour les performances de son avatar dans Archlord, où il va rencontrer une jeune fille virtuelle prénommée Scarlite. C’est elle qui, sans le vouloir et sans le savoir, va lui apporter la force de supporter son calvaire, puis de réagir en imaginant un plan imparable pour bousculer les consciences…

C’est un fait divers local - à Gand, un jeune autiste harcelé à l’école se suicide en se jetant dans le vide - qui donne au réalisateur l’idée de s’intéresser au thème de la différence. Amené à partager les émotions et le point de vue de Ben sur sa propre histoire grâce à divers procédés cinématographiques originaux, le spectateur est invité à ressentir l’incompréhension et l’injustice que subit Ben. De ces sentiments naît ainsi un questionnement salutaire : qu’est-ce qui fait qu’à un moment donné dans un groupe, une personne fragilisée par une différence quelconque se retrouve marginalisée? Pourquoi cette mise à l’écart déclenche-t-elle souvent un engrenage qui voit se succéder des étapes de plus en plus violentes et douloureuses à vivre pour l’individu ciblé? Quelles motivations peuvent bien animer les agresseurs, généralement suivis passivement par l’ensemble du groupe? C’est, entre autres, à toute cette réflexion que le film conviera les jeunes spectateurs.

  • A partir de 13 ans
  • Du 5 au 17 mars
  • Dossier disponible en septembre
Pistes pédagogiques
Différence et marginalité
Construction identitaire à l’adolescence
La violence à l’école et le harcèlement
Subjectivité et mise en scène

Possibilités de matinées linguistiques au Mundaneum

[Retour en haut de la page]

Nocturna

Nocturna
  • PRIMAIRE
  • de Victor Maldonado et Adriàn Garcia
  • Espagne, 2007, 1 h 20, version française

Le petit Tim, assis sur le toit de l'orphelinat, a vu Adhara sa minuscule étoile toute fragile tomber du ciel. Mais en se penchant pour voir où elle était tombée, il glisse… et pénètre dans l’univers mystérieux de la nuit, peuplé de chats, de créatures étranges et d’êtres magiques…

Qu’est-ce qui rend la nuit si mystérieuse? Qui se cache derrière toutes ces choses inexplicables qui arrivent la nuit tombée? Qu’est-ce qui fait que l’on s’endort et que l’on rêve? Où a disparu notre deuxième chaussette pendant la nuit ? Pourquoi les petits font pipi au lit?

C’est à toutes ces questions essentielles que va répondre joliment et astucieusement « Nocturna ». Ce dessin animé plonge les jeunes spectateurs dans un univers original, régi par sa propre logique, à la fois extraordinaire, extravagante et imparable. S’il s’attaque ainsi à tous les incidents nocturnes, c’est pour mieux les démystifier et apprendre aux enfants à vaincre leurs frayeurs éventuelles. On remarquera également l’esthétique très particulière et très raffinée, à laquelle même les jeunes enfants pourront être sensibles.

  • De 6 à 10 ans
  • Du 19 mars au 3 avril
  • Dossier disponible en novembre
Pistes pédagogiques
La peur du noir
L’astronomie et le monde de la nuit
Rêve ou réalité ?
Des mots pour caractériser les images

2009 : année internationale de l’astronomie.
Animation découverte du système solaire dans le planétarium gonflable de l’UMH

Matilda

Matilda
  • PRIMAIRE
  • De Danny DeVito
  • USA, 1996, 1h33, version française

Comment survivre dans une famille d'Américains moyens dont l'horizon intellectuel ne dépasse pas le cadre de leur télévision ? Tel est le problème de Matilda, une petite fille génie précoce qui n'aime rien tant que lire et fréquenter les rayonnages des grandes bibliothèques. Comble de malheur, son père l'inscrit dans une école où une directrice sadique fait régner une discipline de fer digne d'une prison. Heureusement, Matilda est animée d'une invincible joie de vivre et se découvre bientôt des pouvoirs surnaturels qui vont lui permettre de se venger de ses tortionnaires.

Devant le succès rencontré par les adaptations de Roald Dahl (« Charlie et la chocolaterie », « Danny le champion du monde », « James et la pêche géante »), on ne résiste pas à proposer à une nouvelle génération d’enfants de découvrir via « Matilda » ce prolifique auteur pour la jeunesse. Dans le genre de « Mademoiselle C », Danny DeVito, devant et derrière la caméra, a mis toute son énergie dans ce conte où ceux qui travaillent sont toujours récompensés. Le monde de l’école et les rapports pas souvent évidents avec les adultes concerneront au premier plan les enfants.

  • A partir de 7 ans
  • Du 19 au 31 mars
  • Dossier disponible dès à présent
Pistes pédagogiques
Les relations enfant/parent/école
L’adaptation d’un livre
Les valeurs dans notre société

Animation lecture vivante en préparation à la vision

Hôtel Rwanda

Hôtel Rwanda
  • SECONDAIRE
  • De Terry George
  • Grande-Bretagne, 2005, 2h, version française

Kigali, 1994. Paul et son épouse présentent l’image du couple idéal. Lui est Hutu et elle, Tutsi. Ensemble, ils élèvent leurs enfants et gèrent un grand hôtel appartenant à un puissant consortium belge, fréquenté par des personnalités influentes comme, par exemple, les hauts gradés des forces de l’ONU déployées dans la capitale rwandaise. Lorsque le pays bascule dans la guerre civile, Paul va profiter du statut relativement protégé de son hôtel pour héberger clandestinement des centaines de Tutsis qui tentent d’échapper au massacre. A ce moment, il ne doute pas un instant de l’intervention imminente des soldats de l’ONU pour mettre un terme au conflit. Or, les Occidentaux se bornent scandaleusement à organiser l’évacuation de leurs ressortissants…

Il y à peine 15 ans que près d’un million de Tutsis furent exterminés sauvagement sous le regard indifférent de la Communauté internationale. Afin que ce massacre ne soit pas effacé des mémoires, nous proposons à une nouvelle génération d’étudiants de découvrir ce film- choc qui s’appuie sur le témoignage de Paul Rusesabagina. Au-delà de l’histoire d’un pays, Hôtel Rwanda peut également servir de tremplin à une réflexion politique et morale plus large sur l’attitude des Occidentaux face aux conflits civils qui déchirent bien des pays pauvres.

  • A partir de 14 ans
  • Du 23 au 28 avril
  • Dossier disponible dès à présent
Pistes pédagogiques
Le Rwanda, les Tutsis et les Hutus
La question du génocide
La décolonisation
Mise en scène et tension dramatique

En commémoration des 15 ans du génocide au Rwanda

Le mécano de la General

Le mécano de la General
  • PRIMAIRE
  • De Buster Keaton
  • USA, 1926, 1h25

Collaborant depuis quelques années pour les séances « Classiques sur grand écran » au Plaza Art, le Conservatoire de Mons, son Directeur André Foulon, et les classes d'Yves Gourmeur, proposent d’étendre leur travail au jeune public. La démarche alliant compositions et improvisations par les solistes du Conservatoire, va illustrer ce chef-d’oeuvre de Buster Keaton : « Le mécano de la General ». La musique, jouée en direct, sera préparée en fonction du film, mais aussi par rapport aux enfants qui pourront, après la séance, discuter avec les musiciens et découvrir les instruments de musique utilisés.

Ce classique du cinéma raconte l’histoire du cheminot Johnnie Gray qui partage sa vie entre sa fiancée Annabelle Lee et sa locomotive, la "General". En pleine Guerre de Sécession, il souhaite s'engager dans l'armée sudiste, mais celle-ci estime qu'il sera plus utile en restant mécanicien. Annabelle est cependant faussement persuadée qu'il n'est qu'un lâche... Il aura pourtant bientôt l'occasion de prouver sa valeur quand des espions nordistes volent sa locomotive et qu'il se lance seul à leur poursuite…Pour ne pas nuire à l'authenticité de la reconstitution, Keaton tourna notamment en extérieurs afin de montrer de grands espaces en contraste avec la petitesse de son héros dont les cascades apparaissent aujourd'hui encore comme particulièrement audacieuses. Grâce au travail des musiciens dans la salle, les enfants pourront découvrir ce chef-d’œuvre dans les conditions de projection l’époque.

  • A partir de 8 ans
  • Séance unique le 27 avril à 10h30
  • Dossier pédagogique disponible dès à présent
Pistes pédagogiques
La musique et les instruments
Ce qui nous fait rire
L’histoire du cinéma
Un film burlesque

Séance spéciale ciné-concert en collaboration avec le Conservatoire de Mons

2007 - 2008

Cliquez sur le nom du film pour plus d'informations.

La Reine soleil primaire du 1/9 au - 17/1 au 29/1
Les trois mousquetaires maternel/primaire du 13/9 au 6/11
4 mois, 3 semaines et 2 jours secondaire du 20/9 au 13/11
Fast Food Nation secondaire du 20/9 au 2/10
Les Contes de la mère poule maternel du 11/10 au 23/10
Little Miss Sunshine secondaire du 11/10 au 23/10
La vie des autres secondaire du 11/10 au 23/10
La prophétie des grenouilles maternel/primaire du 8/11 au 23/11
Azur et Asmar primaire du 8/11 au 20/11
Persepolis secondaire du 8/11 au 20/11
De l’autre côté secondaire du 15/11 au 21/12
La souris du Père Noël maternel du 30/11 au 21/12
Lucas, fourmi malgré lui primaire du 29/11 au 21/12
Le secret de Terabithia primaire/secondaire du 29/11 au 21/12
Fabuleuses fabulettes maternel du 7/1 au 22/1
Michou d’Auber primaire/secondaire du 10/1 au 22/1
Nue Propriété secondaire du 17/1 au 29/1
Max & Co primaire mars 2008
Crin blanc & Le ballon rouge primaire du 13/3 au 21/3
La tête de maman secondaire du 28/2 au 11/3
Patate maternel du 7/4 au 22/4
Si le vent soulève les sables secondaire du 10/4 au 22/4

 

La Reine soleil

la reine soleil
  • PRIMAIRE
  • de Philippe Leclerc
  • France, 2007, 1h17

Akhesa, ravissante jeune fille de 14 ans, est la fille du pharaon. Elle s’ennuie et se sent seule dans son palais. Heureusement, elle manigance des escapades clandestines dans la ville avec son chat. C’est lors d’une de ces sorties qu’elle rencontre le jeune Thout. D’abord sur la défensive, les deux jeunes gens finissent par se lier d’amitié. Ensemble, ils vont découvrir qu’un complot se trame contre le pharaon et entreprendre un voyage vers l’île d’Eléphantine où s’est exilée la mère d’Akhesa : la reine Néfertiti.

Adapté d’un roman de Christian Jacq, le grand spécialiste de l’Egypte antique, la Reine soleil se base sur un fond historique authentique pour développer une aventure qui a tout pour plaire aux enfants : rebondissements, complot, secret et mystère. Quant à la réalisation, elle est limpide mais elle ne manque ni de caractère, ni d’humour.

  • De 6 à 11 ans
  • Du 1er septembre au
  • et du 17 au 29 janvier
  • Dossier disponible en janvier
Des aspects à exploiter
• L’Egypte des pharaons
• Un destin hors du commun
• Le voyage initiatique

Les trois mousquetaires

Les trois mousquetaires
  • MATERNEL/ PRIMAIRE
  • de Janis Cimermanis
  • Lettonie, 2007, 1h10, version française

Dans la France du XVIIe siècle, le jeune d’Artagnan quitte sa Gascogne natale pour monter vers la capitale et tenter sa chance comme mousquetaire. Une fois à Paris, il rencontre et se lie d’amitié avec trois d’entre eux : Athos, Porthos et Aramis. Les valeureux compères vont alors tenter de contrecarrer les noirs desseins du cardinal de Richelieu et protéger l’amour secret de la reine pour le duc de Buckingham.

Voici une belle occasion pour les petits de découvrir ce classique de la littérature. Ce que cette transposition perd un peu en romanesque, elle le regagne dans le génie simplificateur et très rigolo, qui met le récit à la portée des enfants. On reconnaît la patte fraîche et tendre ainsi que la minutie des décors propres aux studios lettons (« Munk, Lemmy et cie », « Prop et Berta », etc). Un pour tous...

  • De 5 à 8 ans
  • Du 13 septembre au 6 novembre
  • Dossier disponible en janvier
Des aspects à exploiter
• des marionnettes animées
• le temps des capes et des épées
• comprendre l’histoire

[Retour en haut de la page]

4 mois, 3 semaines et 2 jours

4 mois, 3 semaines et 2 jours
  • SECONDAIRE
  • de Cristian Mungiu
  • Roumanie, 2007, 1h53, v.o. sous-titrée

Roumanie, 1987. Otilia et Gabita partagent une chambre dans une résidence universitaire. Aujourd’hui, elles ont rendez-vous avec un certain monsieur Bebe, dans une chambre d’hôtel. Gabita est enceinte et veut avorter. Monsieur Bebe peut l’aider. Mais une telle opération, clandestine, présente de nombreux dangers. Gabita prend un risque médical important et les personnes qui l’aident risquent des années de prison. C’est dire si c’est une journée tendue qui se présente aux trois protagonistes.

Récompensé par la Palme d’or au festival de Cannes, ce film roumain est remarquable à tous points de vue. Condensée en une seule journée, l’histoire atteint une tension extrême, qui ne peut laisser personne indifférent. La restitution du contexte social et politique, en petites touches justes et détails parlants, est excellente. Enfin, la mise en scène, d’une précision chirurgicale, est exemplaire.

  • A partir de 16 ans
  • Du 20 septembre au 13 novembre
  • Dossier disponible en janvier
Des aspects à exploiter
• La Roumanie avant la chute du Mur de Berlin
• La condition des femmes
• La liberté : à quel prix ?
• L’amitié à toute épreuve

Fast Food Nation

fast-food
  • SECONDAIRE
  • de Richard Linklater
  • GB/ USA, 2006, 1 h 44, v. o. sous-titrée

Don Henderson est cadre au siège de la chaîne des Mickey's Fast Food Restaurants, et de la viande contaminée a été découverte dans les stocks de steaks surgelés du fameux « Big One », le hamburger vedette de la marque. Don doit découvrir comment cela s'est produit. Quittant les confortables bureaux de la société en Californie du Sud, il va découvrir les abattoirs et leurs employés immigrés, les élevages surpeuplés et les centres commerciaux de l'Amérique moyenne…

Le film de Richard Linklater aborde ainsi les effets économiques et sociaux de la restauration rapide, en décrivant notamment les conditions de travail, les conséquences environnementales mais également la dégradation de tout un mode de vie où le profit seul domine.

À travers l’exemple de la restauration rapide, le film pose ainsi des questions importantes sur notre société et son organisation. Il permet également de comprendre les relations complexes qui se nouent souvent de façon invisible entre un mode de consommation et un mode de production de masse, entre des centres de décisions et les lieux de travail éloignés, entre le Sud et le Nord… Vraie fiction mais avec un arrière-plan documentaire évident, Fast Food Nation renouvelle de façon percutante le cinéma contestataire américain en plein renouveau depuis quelques années.

Des aspects à exploiter
• Modèle de consommation / mode de production
• Les rapports Nord/Sud
• Élevage et écologie
• Que mange-t-on après le film ?

[Retour en haut de la page]

Les Contes de la mère poule

Les contes de la mère poule
  • MATERNEL
  • de Farkhondeh Torabi, Morteza Ahadi Sarkani et Vajiolah Fard-e-Moghadam
  • Iran, 2001, 46 min, sans paroles

Voici trois petits films d’animation spécialement destinés aux jeunes enfants de maternelle. Inspirés des traditions persanes, leur simplicité et leur beauté les rendent accessibles aux spectateurs du monde entier.

Le Poisson arc-en-ciel se croit le plus beau du monde. Mais une mésaventure inattendue l’obligera à se rapprocher des autres poissons.

Shangoul et Mangoul est une histoire traditionnelle de méchant loup : celui-ci veut tromper les chevreaux pour les manger pendant l’absence de leur mère.

Lili Hosak raconte les mésaventures d’un poussin tombé à l’eau : pour le sauver, ses parents devront faire appel aux animaux alentour.

Ces petits films feront découvrir aux enfants un style d’animation particulièrement original qui utilise papiers découpés mais également tissus multicolores pour donner vie à ses créatures.

  • A partir de 2 ans
  • Du 11 au 23 octobre
  • Dossier disponible dès à présent
Des aspects à exploiter
• Se souvenir des films, raconter les histoires
• Exprimer ses émotions
• Créer un personnage en papier ou en tissu
• L’Iran, un pays à découvrir en images et en saveur

Little Miss Sunshine

Miss Sunshine
  • SECONDAIRE
  • de Valérie Faris et Jonathan Dayton
  • USA, 2007, 1h38, v.o. sous-titrée

Olive est fascinée par les concours de beauté et il lui arrive d’y participer, dans sa catégorie : les 7-8 ans ! La voilà précisément sélectionnée pour une compétition prestigieuse, mais qui se déroule plutôt loin de chez elle. Ses parents et son grand-père, qui est aussi son « coach », la soutiennent totalement, mais le déplacement vers la Californie pose un problème quand on habite au Nouveau-Mexique, surtout que la famille Hoover ne roule pas sur l’or. Pourtant le rêve d’Olive est plus important que les contraintes financières et c’est finalement la famille au complet qui se met en route dans un vieux mini-bus capricieux. Dwayne, le grand frère d’Olive, adolescent mutique, et Frank, l’oncle qui vient de réchapper d’une tentative de suicide, sont de la partie, un peu malgré eux.

Little Miss Sunshine est une comédie très rafraîchissante qui porte un regard original et tendre sur la famille, mais qui pose aussi un regard critique sur la société américaine et particulièrement sur le culte de la réussite.

Des aspects à exploiter
• La famille
• La « normalité »
• Le culte de la réussite
• Le cinéma indépendant

La vie des autres

La vie des autres
  • SECONDAIRE
  • Das Leben der Anderen de Florian Henckel von Donnersmarck
  • Allemagne, 2007, 2 h 17, v.o. sous-titrée

Avant la chute du mur de Berlin en 1989, vivre en RDA comportait pas mal de risques pour les intellectuels épris de liberté d’action, de parole et de pensée. La Stasi, service de la police politique et des renseignements qui sévissait dans la plus grande discrétion, exerçait alors une répression sévère. La vie des autres revient sur cette époque douloureuse à travers les personnages de George Dreyman, dramaturge apprécié des cercles du pouvoir, et de sa compagne Christa, une jeune actrice en vue, qui vont tous deux se retrouver pris dans l’engrenage du soupçon et de la délation. Le Ministre de la Culture, attiré par la comédienne, charge en effet la Stasi d’enquêter sur ce couple en apparence irréprochable…

Sans caricature, le film montre la vie d’un couple d’artistes intellectuels qui va, sans le vouloir et sans le savoir, transformer la vie morne et austère d’un agent de la Stasi. Avec beaucoup de pudeur et de finesse, le réalisateur Florian Henckel von Donnersmark évite ainsi le piège de la leçon politique pour nous montrer la métamorphose secrète d’un homme séduit par la beauté autant que fasciné par la découverte d’un univers riche de culture, de savoir, de valeurs et d’humanité.

Des aspects à exploiter
• L’histoire récente de l’Allemagne
• Vivre sa vie à travers l’existence des autres
• Vie privée / vie publique
• Artistes et intellectuels face à l’engagement politique
• Mise en scène d’une prise de conscience muselée

La prophétie des grenouilles

La prophétie des grenouilles
  • MATERNEL/PRIMAIRE
  • De Jacques-Rémy Girerd
  • France, 2003

Dans une ferme coquette perchée en haut d’une colline vivent Tom, son grand-père et une foule d’animaux. Aujourd’hui, Juliette, la fille des voisins, les rejoint car ses parents doivent partir en Afrique pour prendre possession d’un couple de crocodiles pour le zoo tout proche. Mais le soir même du départ, les campagnes environnantes retentissent d’un grand frisson. Les batraciens découvrent qu’il va pleuvoir pendant quarante jours et quarante nuits : un vrai déluge ! La doyenne des grenouilles décide d’annoncer aux enfants la catastrophe imminente...

Créateur de dessins animés des plus originaux pour les tout petits comme « L’Enfant au grelot », Jacques-Rémy Girerd s’est surpassé dans ce joli conte aux traits simples et aux couleurs chatoyantes. Cette superbe aventure raconte que chacun doit apprendre à vivre en paix avec son voisin, homme comme animal, carnivore comme herbivore.

  • De 4 à 7 ans
  • Du 8 au 20 novembre
  • Dossier disponible dès à présent
Des aspects à exploiter
• Raconter l’histoire
• Dessiner des animaux
• La légende du déluge
• Apprendre la tolérance

[Retour en haut de la page]

Azur et Asmar

Azur et Asmar
  • PRIMAIRE
  • de Michel Ocelot
  • France, 2006, 1 h 30

Il y a bien longtemps, deux jeunes enfants étaient bercés par la même femme d’origine arabe. Azur, blond aux yeux bleus, était le fils du châtelain, tandis qu'Asmar, brun aux yeux noirs, était le fils de la nourrice. Élevés comme deux frères, les enfants sont séparés brutalement. Mais Azur, marqué par la légende de la Fée des Djinns que lui racontait sa nourrice, n'aura de cesse de la retrouver au-delà des mers.

Les deux frères de lait devenus grands partent chacun à la recherche de la Fée. Rivalisant d'audace, ils iront à la découverte de terres magiques, recelant autant de dangers que de merveilles...

Tous les admirateurs de Kirikou connaissent Michel Ocelot qui revient ici avec une nouvelle histoire originale et superbement mise en scène. On y retrouve également cette touche d’humanisme propre à ce maître de l’animation qui ne se contente pas de faire de superbes dessins mais nous invite également à partir à la découverte d’autres cultures et d’autres mondes. Par souci d’authenticité, il ose même mélanger deux langues, le français et l’arabe, sans que cela nuise à la compréhension des spectateurs. Ainsi, Azur et Asmar illustre notamment les splendeurs de la civilisation arabo-andalouse, tout en s’interrogeant de façon très actuelle sur la situation des immigrés. Mais les jeunes spectateurs seront certainement d’abord sensibles au talent de conteur de Michel Ocelot qui les entraînera dans une aventure étonnante et touchante avec la pointe d’humour indispensable.

Des aspects à exploiter
• Le monde arabe : civilisation, histoire et géographie
• Être étranger, être immigré, être différent
• Comprendre les références culturelles du film

Persepolis

Persepolis
  • SECONDAIRE
  • de Marjane Satrapi et Vincent Paronnaud
  • France, 2007, 1 h 35

Téhéran, 1978. Marjane, une fillette de huit ans issue d’une famille moderne, partage l’exaltation de la révolution en cours qui va précipiter la chute du Shah. Mais avec l’instauration de la République islamique, c’est une sombre période qui commence en Iran, caractérisée par un contrôle sévère des tenues et des comportements et surtout par une répression violente de toute opposition politique. S’y ajoute bientôt la guerre contre l’Irak, avec ses multiples dommages, comme les bombardements et les disparitions de proches. Ce contexte de plus en plus pénible amène les parents de Marjane à l’envoyer à Vienne pour la protéger. C’est donc en Autriche que, à quatorze ans, l’adolescente va vivre ses premiers émois amoureux mais aussi faire l’expérience précoce de l’exil, de la solitude et de la différence.

Persepolis est l’adaptation au cinéma de la célèbre bande dessinée autobiographique de Marjane Satrapi parue en noir et blanc aux éditions de l’Association, et dont les albums ont été vendus à plus d’un million d’exemplaires dans le monde entier. Loin de toute complaisance, la réalisatrice pose sur son histoire un regard juste et distancié qui donne à son œuvre de la fraîcheur, de l’humour ainsi qu’une très large portée. En conservant le procédé graphique de la bande dessinée originale, Marjane Satrapi évite par ailleurs une reconstitution en prises de vue réelles qui aurait sans aucun doute affaibli l’universalité qu’elle voulait donner à son propos. Autoportrait émouvant et drôle, témoignage vivant sur l’Iran contemporain, Persepolis est aussi et peut-être surtout un plaidoyer pour la liberté et la défense des valeurs démocratiques.

Des aspects à exploiter
• L’histoire de l’Iran
• La révolution islamique
• L’adolescence : période d’éveil et de révolte
• Le genre autobiographique
• La mise en scène « animée »

De l’autre côté

De l'autre côté
  • SECONDAIRE
  • Auf der Anderen Seite de Fatih Akin
  • Allemagne/Turquie, 2007, 2h02, v.o. all. sous-titrée

Fatih Akin est un brillant réalisateur allemand issu de l’immigration turque. Il livre ici un film choral impressionnant et astucieux, qui fait quelques allers et retours entre son pays d’origine et son pays d’adoption. Il y est question de Nejat, professeur à l’université de Hambourg, dont le père veuf, Ali, propose à une prostituée, Yeter, de devenir sa compagne. Yeter a une fille, Ayten, qui vit à Istanbul et qui milite dans un groupe d’activistes… En cavale, Ayten rencontre Lotte, une étudiante allemande très vite fascinée par l’engagement politique et par la beauté de la jeune Turque. C’est ainsi que se met en place une ronde de personnages qui vont se trouver engagés, parfois malgré eux, dans une histoire tragique et bouleversante.

Le scénario « en boucle » de ce film a été primé au festival de Cannes. C’est de manière très subtile qu’il évoque les différences de cultures, l’inégalité des chances, les choix de vie, les valeurs mises à l’épreuve de la réalité. Auf der anderen seite est un très beau film qui saura toucher un large public d’adolescents.

  • A partir de 15 ans
  • Du 15 novembre au 21 décembre
  • Dossier disponible en février
Des aspects à exploiter
• L’immigration
• L’Europe
• L’engagement social et politique

[Retour en haut de la page]

La souris du Père Noël

La souris du Père Noël
  • MATERNEL
  • De Vincent Monluc
  • France, 1991, 30 min. (+ 1 court métrage)

Il est bien tard lorsque Arthur le cormoran remet enfin au Père Noël la lettre du petit Hans Petersen, le pauvre coursier l’avait malheureusement égarée en chemin. On est à la veille de Noël et les réserves de cadeaux sont vides. Où trouver le cadeau dont rêve Hans depuis toujours: un cheval à bascule bleu à la crinière rouge ? Peut-être chez Elise, la reine de toutes les souris qui glissent des cadeaux sous l’oreiller en échange de leur première dent de lait... Mais la vieille reine ne veut rien entendre. Noël est son jour de repos annuel. Pas question de remettre ses ateliers de jouets à l’ouvrage et de dépanner son vieux concurrent, le Père Noël, en congé le reste de l’année !

Ce film, soigneusement dessiné par Jean-François Laguionie (Le château des singes), pourra séduire les touts petits avec son histoire simple et ses couleurs chatoyantes. Il leur offre ainsi une belle façon de découvrir le cinéma d’animation.

  • A partir de 3 ans
  • Du 30 novembre au 21 décembre
  • Dossier sur le cinéma d’animation en général disponible dès à présent
Des aspects à exploiter
• un conte de Noël
• se souvenir de l’histoire
• le cinéma d’animation

Lucas, fourmi malgré lui

Lucas, fourmi malgré lui
  • PRIMAIRE
  • de John A. Davis
  • USA, 2005, 1 h 29, version française

Lucas Nickle a 10 ans et vient d’emménager avec ses parents dans une nouvelle ville. Il n’a pas de copains et devient le souffre-douleur de la brute du quartier. À son tour, il martyrise les fourmis de son jardin. Celles-ci n’en peuvent plus de ces agressions gratuites et régulières, et Zoc, le sorcier de la colonie, invente une potion qui va réduire Lucas à la taille d’une fourmi. Enlevé par la colonie et coincé dans la fourmilière, Lucas commence son apprentissage et découvre bien des aspects de la vie quotidienne de ces insectes minuscules…

Ce film d’animation en 3 dimensions se démarque de ses grands frères qui tiennent le haut de l’affiche par un scénario plus fin et des personnages attachants et aux caractères contrastés. Le regard sur la société fourmi, complexe, structurée, organisée et très solidaire est un coup d’œil dans un miroir déformant dont on peut tirer des leçons de vie et de morale.

  • De 6 à 10 ans
  • Du 29 novembre au 21 décembre
  • Dossier disponible en novembre
Des aspects à exploiter
• Les fourmis, une société animale très complexe
• Vivre ensemble ?
• Respecter les équilibres naturels

[Retour en haut de la page]

Le secret de Terabithia

Terabithia
  • PRIMAIRE/SECONDAIRE
  • de Gabor Csupo
  • Etats-Unis, 2007, 1 h 34, version française

Dans une petite ville de l’Amérique profonde, Jess, un jeune garçon introverti au seuil de l’adolescence, éprouve beaucoup de difficultés à s'intégrer à l'école, lieu du racket, du conformisme et de la prise de pouvoir par les grands. Issu d’une famille nombreuse et pauvre, il souffre par ailleurs d'humiliations quotidiennes qu’il fuit en se réfugiant dans le dessin. Quand Leslie, fille unique un peu délaissée par ses parents, s’installe dans le voisinage, il trouve enfin une complice jolie, fantasque et pleine de vie qui souffre elle aussi d’isolement et de rejet. Les deux enfants décident de mettre en commun leurs talents créatifs et leur imagination débordante pour donner vie au monde imaginaire de Térabithia. Dans cet univers parallèle et secret, ils trouvent l’occasion de tester leurs forces et leur intelligence mais aussi d’affronter leurs angoisses les plus profondes.

Plus qu'une simple aventure fantastique, le film évoque les manques et difficultés de deux enfants solitaires, qui ne sont accompagnés ni par l'école ni par leur famille et qui choisissent de rêver leur vie. Le secret de Térabithia montre avec beaucoup de finesse et de nuance comment on peut se laisser insidieusement aspirer hors de la réalité, au point de perdre toute sensation de l'existence du monde. Il soulève entre autres, sous une forme divertissante, certaines questions fondamentales comme celle de la vie et de la mort.

  • De 10 à 14 ans
  • Du 29 novembre au 21 décembre
  • Dossier disponible en novembre
Des aspects à exploiter
• Rêver sa vie ou vivre ses rêves ?
• Vie sociale et marginalité
• Vie, mort, culpabilité et réparation
• Grandir

Fabuleuses fabulettes

Fabulettes
  • MATERNEL
  • de Fabrice Luang-Vija, Heikki Prepula, Cécilia Marreiros-Marum, J. Locher et T. Hinke
  • Blg/F/Finl/All, 2001 - 2005, 40 min

Ce programme de courts-métrages fait écho aux Fables d’été, fables d’hiver, présentées lors d’une saison précédente d’Ecran large sur tableau noir. On y retrouve les Fables en délire qui encadraient déjà le premier programme, mettant en contact d’une même façon burlesque et aléatoire des animaux issus d’univers éloignés l’un de l’autre. Trois autres films d’auteurs et de styles différents viennent compléter le programme. Les trois boucs, vieux conte tiré du folklore scandinave où un troll tente de piéger les usagers d’un pont, fait ici l’objet d’une adaptation légère, colorée et musicale. Dans Lunolin, petit naturaliste, qui se caractérise par un procédé graphique original où coexistent plusieurs vignettes à l’intérieur d’une même image, un enfant trouve deux hérissons qui lui apprennent à grandir. Enfin avec l’Oiseau à réaction les tout-petits auront l’occasion de plonger dans l’univers opalin de trois oisillons aux prises avec un drôle de congénère motorisé…

Ce court programme permet ainsi de découvrir des facettes différentes et originales du cinéma d’animation.

  • De 3 à 6 ans
  • Du 7 au 22 janvier
  • Dossier disponible en octobre
Des aspects à exploiter
• Différencier plusieurs histoires
• Verbaliser ses émotions
• Dessiner des animaux
• S’initier à la notion de rythme

Michou d’Auber

Michou
  • PRIMAIRE/SECONDAIRE
  • de Thomas Gilou
  • France, 2007, 2h04

Au début des années 60, il ne fait pas bon être Algérien en France. En effet, l’Algérie lutte pour son indépendance et c’est une guerre qui oppose colonisés et colonisateurs. Dans ce contexte, le papa du petit Messaoud, qui vit à Aubervillier, préfère confier son enfant à une famille d’accueil, à la campagne, dans le Berry. Quand elle voit arriver le petit garçon, Gisèle s’inquiète de la réaction de son mari, George, un ancien militaire qui a beaucoup d’idées toutes faites ! Elle décide alors de transformer Messaoud en un petit blondinet qu’on appellera désormais Michel. Petit à petit, Michel séduit son papa d’adoption et, surnommé Michou, il commence une nouvelle vie dans la France profonde.

Michou d’Auber est une comédie belle et tendre qui a le mérite d’aborder sans lourdeur la guerre d’Algérie, mais surtout la confrontation des cultures. Le dialogue qui s’instaure entre des personnages de cultures et de religions différentes fait émerger un message réjouissant et accessible à un large public.

  • De 10 à 14 ans
  • Du 10 au 22 janvier
  • Dossier disponible en janvier
Des aspects à exploiter :
• Liens du sang, liens du cœur
• Les différences culturelles : une richesse
• La France des années 60

[Retour en haut de la page]

Nue Propriété

Nue propriété
  • SECONDAIRE
  • de Joachim Lafosse
  • Belgique - France, 2006, 1 h 30

Thierry et François, deux frères jumeaux d’une vingtaine d’années, vivent avec leur mère Pascale. Depuis le départ de son mari il y a dix ans, celle-ci fait de l’éducation de ses fils une priorité absolue. Pourtant, lorsque Jan entre dans sa vie, elle réalise l’ampleur de son abnégation et manifeste son désir de changer d’existence, quitte pour cela à vendre la propriété où ils vivent tous les trois. Agissant comme un révélateur, cette décision brutale va faire émerger puis exploser les tensions familiales qui existaient jusque-là à l’état latent.

Avec un nœud familial pour thème, le film de Joachim Lafosse invite le spectateur à subir les tensions qui se développent à l’abri d’une propriété isolée, entre une mère divorcée et ses deux fils jumeaux. Loin de toute hystérie, Nue propriété frappe au contraire par sa retenue et une grande sobriété de mise en scène. Ce dépouillement en fait une œuvre originale qui se caractérise entre autres par une profonde justesse de ton et un propos sans fioritures, réduit à l’essentiel : la difficulté de se séparer, la difficulté de communiquer, la culpabilité et la souffrance, susceptibles de transformer petit à petit l’amour en haine viscérale.

  • A partir de 16 ans
  • Du 17 au 29 janvier
  • Dossier disponible en septembre
Des aspects à exploiter
• Les motivations profondes des personnages
• Une approche sociologique de la vie familiale
• Familles dé-composées et relations parents / enfants
• La notion de huis-clos
• La mise en scène : tensions, huis-clos et dynamique du film

Max & Co

Max and co
  • PRIMAIRE
  • de Samuel et Frédéric Guillaume
  • Suisse/F/GB/Blg, 2007, 1h16

Max, un jeune renard jouant du bigoude (sorte d’accordéon-guitare), est à la recherche de son père, qu'il n'a jamais connu. Il arrive ainsi à Saint-Hilare où Mme Doudou, la vieille institutrice, le recueille et lui trouve un emploi: musicien d'ascenseur à l'usine de tapettes à mouches Bzzz & Co. Mais l'usine est dans une mauvaise passe, et la moitié du village se retrouve au chômage. Pour relancer les ventes de tapettes, un dangereux savant invente la fabrication de mouches en série. Bientôt, de véritables nuées d'insectes attaquent le village… Avec courage et détermination, Max et sa nouvelle amie Félicie vont tout faire pour neutraliser les projets démentiels de Bzzz & Co...

Cette fable écologique et sociale, sur la résistance des habitants d’une petite ville soumise aux dictats du profit et de la rentabilité, est bien dans l’air du temps et ne manquera pas d’enthousiasmer élèves et enseignants. Elle ose sortir des sentiers battus de l’animation pour enfants en évitant toute frénésie d’action et surenchère de gags, au profit de personnages attachants et de la mise en place d’un univers cohérent. Sympathique et très européenne, cette production en partie belge nous prouve, si besoin est, que le cinéma d’animation ne se fait pas qu’à Hollywood.

Des aspects à exploiter
• La fin justifie les moyens ?
• L’esthétique du film
• Les progrès de la science et l’environnement

Crin blanc & Le ballon rouge

Crin blanc - Le ballon rouge
  • PRIMAIRE
  • deux films d’Albert Lamorisse
  • France, 1953, 40’, noir et blanc & France, 1956, 36’, couleur

Une légende raconte qu’on peut voir dans les marais de Camargue, un superbe étalon nommé Crin-Blanc. Les éleveurs de troupeaux sont bien déterminés à capturer l’animal sauvage, mais Folco, un jeune pêcheur solitaire, rêve lui aussi de pouvoir monter ce magnifique cheval. L’approche, lente et difficile, n’en marque pas moins le début d’une étonnante amitié entre l’animal et l’enfant qui, ensemble, partiront à la conquête d’une liberté que les hommes leur refusent.

Sur le chemin de l’école, Pascal, un petit Parisien de six ans, découvre un merveilleux ballon rouge accroché à un réverbère. Mais ce ballon magique et facétieux devient vite un objet de convoitise pour les autres enfants et de contrariété pour les adultes, qui ne voient là qu’un objet encombrant à éliminer. Or pour Pascal, le ballon n’est plus simplement une baudruche remplie d’air : il est devenu un ami, un confident qui l’accompagne dans tous ses déplacements.

Ces films d’Albert Lamorisse, qui évoquent tous deux dans des styles fort différents l’histoire d’une amitié peu banale, ont quelque chose d’universel dans le traitement de l’enfance, qui rend imperceptible la cinquantaine d’années qui nous en sépare : l’importance d’avoir un confident, la place essentielle du rêve, le désir de liberté et de grands espaces qui s’éveille souvent à l’adolescence, la solitude affective et la difficulté de se conformer aux normes… Tous ces thèmes rapportés ici à l’enfance sont traités en outre avec beaucoup de délicatesse, de poésie.

  • De 6 à 11 ans
  • Du 13 au 21 mars
  • Dossier disponible en novembre
Des aspects à exploiter
• L’amitié
• Monde des adultes / monde des enfants
• L’évasion, la liberté, l’imaginaire
• Les procédés de mise en scène

La tête de maman

La tête de maman
  • SECONDAIRE
  • de Carine Tardieu
  • France, 2007, 1h35

Pourquoi tire-t-elle cette tête, maman ? Qu’est ce qui se passe dans sa tête ? Lulu, quinze ans, est intriguée par sa propre mère : celle-ci est toujours un peu distante, un peu distraite, un peu malade, fascinée par ses propres petits maux qu’elle soigne à force de tisanes. Un jour, Lulu trouve une photo de sa maman, jeune, riante et pleine de vie : tout le contraire du visage éteint qu’elle montre au quotidien. Lulu décide alors d’enquêter sur le passé de sa maman pour découvrir ce qui a pu illuminer sa vie et la rendre heureuse. Lulu retrouve bientôt la trace d’un amour de jeunesse. Mais franchement, vingt ans plus tard, Lulu ne voit pas ce que sa maman a pu lui trouver à ce Jacques !

La tête de maman est un film aux multiples tonalités ; il sait à la fois être drôle, frais, grave et émouvant. La découverte du passé amoureux de sa maman va permettre à Lulu de vivre sa propre première histoire d’amour. Elle apprendra aussi que pour devenir adulte, il faut faire des choix et donc, renoncer à certaines choses.

Des aspects à exploiter
• devenir adulte
• histoires de famille
• les relations parents-enfants

[Retour en haut de la page]

Patate

Patate
  • MATERNEL
  • de Sylvain Vincendeau, Claude Barras, Isabelle Favez, Pierre-Luc Granjon, Damien Louche-Pelissier et Benoît Chieux
  • France, 2006, 58 min.

Quatre légumes ont été oubliés dans un jardin potager. Patate, le plus curieux d’entre eux, part à la recherche de ses amis que le jardinier a enlevés mais se perd en chemin. Il retrouve Brocoli, Poireau et Carotte et découvre une serre étrange où pousse un monstre. Mais où est passé le jardinier et qui est vraiment le monstre ?

S’il ressemble physiquement un peu à Bob l’éponge, Patate est un personnage beaucoup plus cocasse, espiègle et poétique. On reconnaît dans ces caractéristiques la marque de fabrique des studios Folimage (« L’enfant au grelot », « La prophétie des grenouilles »). Ce moyen métrage au style graphique et au récit originaux est accompagné de quatre petits films aux titres et contenus rêveurs, comme « La tête dans les étoiles » ou comiques tels que « Le génie de la boîte de raviolis ». De quoi régaler les plus et moins jeunes !

  • De 3 à 6 ans
  • Du 7 au 22 avril
  • Dossier disponible en mars

Si le vent soulève les sables

Si le vent soulève les sabes
  • SECONDAIRE
  • de Marion Hänsel
  • Belgique/France, 2007, 1 h 36

Nous sommes dans un bled perdu d’Afrique de l’Est menacé par la sécheresse. Mouna et Rahne ont deux garçons et une petite fille, autrement dit, une bouche inutile à nourrir dont le père aurait voulu se débarrasser à la naissance. Une année, la sécheresse est si dure qu’elle pousse plusieurs familles à quitter le village avec le bétail. Mais là où il y a de l’eau, il y a aussi la guerre. Les membres de la famille de Mouna seront ainsi confrontés à de redoutables épreuves.

Adapté du roman de Marc Durin-Valois, Chamelle, Si le vent soulève les sables est une tragique épopée familiale à travers le désert africain qui a le mérite de mettre en évidence un sujet essentiel : l’accès à l’eau, bien naturel qui « coule de source » pour nous Occidentaux, mais qui reste un bien rarissime pour une grande majorité d’Africains dont la survie est dangereusement menacée à plus ou moins long terme. Marion Hänsel ne fait cependant pas œuvre de documentaire et a plutôt choisi le ton du conte universel pour décrire avec humanité le sort de cette famille abandonnée dans les sables.

  • A partir de 16 ans
  • Du 10 au 22 avril
  • Dossier disponible en mars
Des aspects à exploiter
• L’accès à l’eau
• Les rapports Nord / Sud et la répartition des richesses dans le monde
• Les maux de l’Afrique, entre guerres et misère socioéconomique
• L’enrôlement des enfants dans les conflits armés
• Drame humain et esthétique cinématographique

2006-2007

10 ans – 10 films

Voici déjà 10 ans que le Plaza Art est partenaire du projet « Ecran large sur tableau noir » et que nous proposons ainsi des projections accompagnées de dossiers et activités pédagogiques. A cette occasion, nous avons voulu que les enfants et jeunes puissent découvrir des films anciennement programmés qui, pour la plupart, sont sortis lorsque la plupart des élèves n’étaient pas encore à l’école... voire même pas nés. On peut d’ores et déjà parler de « classiques » pour certaines oeuvres dont quelques copies sont issues de la Cinémathèque et, donc, difficilement reprogrammables, pour des raisons de conservation.

Nous souhaitons que cette nouvelle génération de spectateurs -peut-être de futurs cinéphiles- ait la chance de découvrir ces coups de coeur sur grand écran, par respect pour le film qui a été créé dans cette optique et parce que c’est tellement plus marquant en salle.

Billet « Tour du monde »

Le cinéma est une lucarne sur le monde. Pour les élèves du primaire, nous proposons un billet spécial pour un voyage à travers 5 continents. En novembre, départ pour les steppes asiatiques avec « Le chien jaune de Mongolie ». En décembre, rencontre du délicieux accent québecois de « L’incomparable Mlle C ». En janvier, découverte des secrets du continent de glace, « La planète blanche. En février, visite guidée de l’Afrique du Nord par « Zaïna ». Enfin, en mars, retour dans les Ardennes belges avec «Le poulain ».

Tarif spécial pour les aventuriers : à la réservation de ces 5 films, une des séances sera offerte.

Activités pédagogiques

Tout au long de la saison, nous mettons en place diverses animations, selon les thèmes abordés.

Pour le primaire, des ateliers créatifs auront lieu suite à « Azur et Asmar » et à « Franz et le chef d’orchestre ». Il s’agit de travailler avec deux animateurs-artistes sur la mémoire de l’histoire et l’observation du graphisme et que chaque enfant puisse s’exprimer et développer son imagination en créant une oeuvre personnelle et originale.

En partenariat avec le Mundaneum, le livre et son importance dans l’Histoire seront illustrés par deux films : « La mystérieuse Mademoiselle C » pour le primaire et « Le nom de la rose » pour le secondaire.

Le livre sera aussi à l’honneur par une animation de lecture vivante, proposée en préparation à la vision de « La mouette et le chat ».

Enfin, des débats auront lieu, notamment avec Amnesty International et l’asbl La Rencontre, ainsi que des discussions avec des techniciens belges du cinéma.

Pour être tenu au courant de ces organisations, communiquez-nous vos coordonnées afin que les courriers vous soient envoyés, si vous ne faites pas encore partie de notre fichier.

Films proposés en 2006 - 2007

Cliquez sur le nom du film pour plus d'informations.

Le vent se lève secondaire du 6/9 au 28/11
La raison du plus faible secondaire du 13/9 au 5/12
Le journal d’Anne Frank primaire du 21/9 au 26/9
Prop et Berta maternel du 5/10 au 17/10
Indigènes secondaire du 5/10 au 19/12
Azur et Asmar primaire du 26/10 au 22/12
The road to Guantanamo secondaire du 9/11 au 21/11
La mystérieuse Mlle C primaire du 9/11 au 21/11
Le nom de la rose secondaire du 9/11 au 21/11
Le chien jaune de Mongolie primaire du 16/11 au 28/11
Babel secondaire du 16/11 à fin janvier
L’enfant au grelot maternel du 30/11 au 22/12
Franz et le chef d’orchestre mat/prim du 30/11 au 22/12
L’incomparable Mlle C primaire du 30/11 au 22/12
La planète blanche primaire du 11/1 au 23/1
La mouette et le chat mat/prim du 18/1 au 30/1
Congo river secondaire du 18/1 au 30/1
Billy Elliot secondaire du 25/1 au 30/1
Zaïna, cavalière de l’Atlas primaire du 1/ 2 au 9/2
Fast food nation secondaire mars
Iedereen beroemd ! secondaire du 1/3 au 6/3
Le poulain primaire du 8/3 au 20/3
Le cavalier sans tête secondaire du 22/3 au 27/3
Les contes de la Mère Poule maternel du 22/3 au 24/4
Le dictateur prim/sec du 3/5 au 8/5
Sophie Scholl secondaire du 3/5 au 8/5

 

Le vent se lève

Le vent se lève
  • SECONDAIRE
  • un film de Ken Loach
  • Grande-Bretagne, 2006, 2 h 04, v.o. sous-titrée

Le film débute en 1920 en Irlande au moment où la lutte pour l’indépendance devient de plus en plus violente. La Grande-Bretagne recourt alors à de redoutables forces paramilitaires, appelées Back-and-Tans, pour mater l’insurrection en cours. Les exactions de ces bandes armées vont notamment précipiter deux frères d’une famille paysanne irlandaise, Damien et Teddy, dans le combat pour l’indépendance. Mais, bientôt, ce combat va se transformer en guerre civile : en effet, les Britanniques acculés vont négocier un partage de l’île entre le Nord (qui reste sous domination britannique) et le Sud indépendant. Ce traité va susciter une profonde division en Irlande entre ceux qui, majoritaires au gouvernement, vont le ratifier et les « Républicains » qui refusent de renoncer à l’indépendance totale de l’île. Il s’ensuivra une guerre plus terrible encore que le combat contre les Britanniques.

Ken Loach, Palme d’or à Cannes 2006, excelle à dépeindre ce moment où l’adolescence bascule brutalement dans le monde adulte et est confrontée à des choix dramatiques. Ses deux jeunes personnages vont ainsi faire l’apprentissage de la violence subie mais également exercée contre autrui. Si la question irlandaise peut sembler lointaine, elle a pourtant une résonance très actuelle à un moment où « l’Empire » (britannique ou… américain) est confronté à une guerre dont il a lui-même allumé le feu. Ainsi Ken Loach déclare ne pas avoir « voulu faire un film anti-britannique mais un film critiquant la mauvaise gestion de la crise par le gouvernement de l’époque ». En cela, les leçons à tirer du « Vent se lève » sont loin d’être simples et manichéennes. Le film retiendra ainsi l’attention des professeurs d’histoire mais également de morale et d’actualité.

  • A partir de 15 ans
  • Du 6 septembre au 28 novembre
  • Dossier disponible fin septembre
Des aspects à exploiter
• L’histoire de l’Irlande
• L’histoire coloniale
• Passé et présent de la domination occidentale
• La « morale » du film ?

La raison du plus faible

La raison du plus faible
  • SECONDAIRE
  • de Lucas Belvaux
  • Belgique, 2006, 1 h 56

À Liège, la crise de la sidérurgie marginalise toute une partie de la population ouvrière, réduite au chômage ou contrainte à la retraite anticipée. Dans ce contexte, deux anciens sidérurgistes décident de monter un « coup » pour pouvoir acheter une mobylette à leur jeune copain sans emploi qui ne parvient plus à nouer les deux bouts. Mais le rêve de « la dernière chance » n’est pas simple à mettre en œuvre…

Si Lucas Belvaux a planté sa caméra dans les mêmes lieux que les frères Dardenne, le style de son film est tout différent : mélangeant réalisme social et intrigue policière, son film se caractérise par un sombre lyrisme qui entend notamment rendre la parole à ceux qui en ont été exclus. Plein d’énergie et de rage contenue, « La raison du plus faible » filme par ailleurs de manière inédite les paysages liégeois faits de contrastes et d’ambivalences.

Pour toutes ces raisons, le film de Lucas Belvaux retiendra aussi bien l’attention des professeurs de sciences sociales que de géographie, de morale ou de littérature. Il décrit aussi bien les effets de la désindustrialisation que les mutations d’une région touchée par la crise économique. En même temps, il renoue de manière originale avec la meilleure tradition policière, celle qui dépeint à travers un fait divers exceptionnel tout un univers social où règne la « loi du plus fort ».

  • A partir de 13 ans
  • Du 13 septembre au 5 décembre
  • Dossier disponible début novembre
  • Débats avec La Rencontre
Des aspects à exploiter
• Les transformations socioéconomiques des pays occidentaux
• Géographie d’une région
• Récit policier et contexte social
• La mise en scène policière

[Retour en haut de la page]

Le journal d’Anne Frank

Le journal d’Anne Frank
  • PRIMAIRE
  • De Nagaoka Akiyoshi et Julian Y. Wolff
  • Japon/GB, 1999,1h29, version française

Anne est une petite fille juive allemande émigrée avec sa famille aux Pays-Bas en 1933, à l’époque où commencent à se faire sentir les effets de la propagande antisémite menée par Hitler. Avec la guerre, les Frank sont contraints de se cacher clandestinement chez des voisins. La famille passera de longs mois dans « l’Annexe », un espace exigu et surpeuplé.

Rédigé dans ce contexte, le journal intime d’Anne reste un témoignage estimable et émouvant sur le calvaire enduré par les victimes des lois raciales nazies. Outre l’importance du sujet et la force des sentiments d’une jeune fille, ce dessin animé se distingue par la beauté des décors et l’adéquation aux lieux réels.

  • A partir de 8 ans
  • Du 21 au 26 septembre
  • Dossier pédagogique disponible
Des aspects à exploiter
• Le nazisme et la seconde guerre mondiale
• L’histoire des Juifs en Europe
• Ecrire un journal intime

Prop et Berta

Prop et Berta
  • MATERNEL
  • De Per Fly et Janis Cimermanis
  • Danemark, 2002, 1h13

Prop, un petit homme au nez rond, et Berta, sa vache, emménagent dans un charmant village. Mais habite à côté une méchante sorcière, décidée à les chasser de chez eux. En effet, elle déteste les voisins et use des sortilèges les plus terribles pour les éloigner. Les génies de la forêt pourront-ils aider nos héros ?

La gaieté et la bonne humeur qui se dégagent de ce film d’animation enchanteront les jeunes spectateurs. Des petites chansonnettes et une belle leçon de tolérance sont amenées tambour battant par les poupées animées toute pelucheuses. Pour tous ceux aussi qui aiment bricoler avec des objets récupérés...

  • A partir de 3 ans
  • Du 5 au 17 octobre
  • Dossier pédagogique disponible
Des aspects à exploiter
• Raconter le film
• Exprimer ses émotions
• Construire un décor

[Retour en haut de la page]

Indigènes

Indigènes
  • SECONDAIRE
  • de Rachid Bouchareb
  • France/Maroc/Algérie, 2006, 2 h 08

En 1943, la « France libre », dirigée par le général De Gaulle, a un grand besoin de soldats alors que l’armée allemande a fait plus d’un million et demi de prisonniers au moment de la campagne de mai-juin 40. Lorsque les troupes alliées débarquent en Afrique du Nord en 42, le gouvernement de la France libre va alors faire appel aux « indigènes » maghrébins et africains : 130 000 d’entre eux vont ainsi participer aux combats pour la libération de l’Europe occidentale, en Tunisie, en Sicile, en Italie d’abord, puis en France où, intégrés à la 1ère Armée française, ils remonteront de la Provence jusqu’à l’Alsace avant de pénétrer en Allemagne.

C’est l’histoire de quatre de ces hommes qui est racontée dans Indigènes, film qui a valu en particulier un prix d’interprétation à Jamel Debbouze, Samy Naceri, Roschdy Zem, Sami Bouajila et Bernard Blancan au Festival de Cannes 2006. Rachid Bouchareb (qui a notamment réalisé précédemment Cheb et Little Senegal) a voulu rendre hommage à ces soldats oubliés : ils ne feront pas partie du défilé de la victoire sur les Champs Élysées, et la France refusera de leur payer après la guerre des pensions équivalentes à celle de leurs camarades de combat « français ». Par ailleurs, le 8 mai 1945 en Algérie, ont lieu les premières manifestations en faveur de l’Indépendance qui seront réprimées dans le sang dans la région de Sétif. Ainsi, Rachid Bouchareb, Français d’origine algérienne, révèle la complexité de l’histoire de la France et de ses anciennes colonies, en particulier l’Algérie : c’est au nom de la « liberté » que les colonisés viendront combattre en Europe, alors que cette même liberté leur est refusée dans leur pays.

  • A partir de 14 ans
  • Du 5 octobre au 19 décembre
  • Dossier disponible fin novembre
Des aspects à exploiter
• Mémoires de guerre, mémoires d’immigrés : quels rapports ?
• Liberté, égalité, fraternité : mythe ou idéal ?
• La guerre filmée : quelle réalité ?

Azur et Asmar

Azur et Asmar
  • PRIMAIRE
  • de Michel Ocelot
  • France, 2006, 1 h 30

Il y a bien longtemps, deux jeunes enfants étaient bercés par la même femme d’origine arabe. Azur, blond aux yeux bleus, était le fils du châtelain, tandis qu'Asmar, brun aux yeux noirs, était le fils de la nourrice. Élevés comme deux frères, les enfants sont séparés brutalement. Mais Azur, marqué par la légende de la Fée des Djinns que lui racontait sa nourrice, n'aura de cesse de la retrouver au-delà des mers. Les deux frères de lait devenus grands partent chacun à la recherche de la Fée. Rivalisant d'audace, ils iront à la découverte de terres magiques, recelant autant de dangers que de merveilles...

Tous les admirateurs de Kirikou connaissent Michel Ocelot qui revient ici avec une nouvelle histoire originale et superbement mise en scène. On y retrouve également cette touche d’humanisme propre à ce maître de l’animation qui ne se contente pas de faire de superbes dessins mais nous invite également à partir à la découverte d’autres cultures et d’autres mondes. Par souci d’authenticité, il ose même mélanger deux langues, le français et l’arabe, sans que cela nuise à la compréhension des spectateurs. Ainsi, Azur et Asmar illustre notamment les splendeurs de la civilisation arabo-andalouse, tout en s’interrogeant de façon très actuelle sur la situation des immigrés. Mais les jeunes spectateurs seront certainement d’abord sensibles au talent de conteur de Michel Ocelot qui les entraînera dans une aventure étonnante et touchante avec la pointe d’humour indispensable.

  • De 6 à 10 ans
  • Du 26 octobre au 22 décembre
  • Dossier disponible début novembre
  • Atelier créatif en novembre
Des aspects à exploiter
• Le monde arabe : civilisation, histoire et géographie
• Être étranger, être immigré, être différent
• Comprendre les références culturelles du film

The road to Guantanamo

The road to Guantanamo
  • SECONDAIRE
  • de Mat Whitecross et Michael Winterbottom
  • Grande-Bretagne, 2006, 1 h 35, v. o. sous-titrée

Le nom de Guantanamo, cette enclave militaire des Etats-Unis à Cuba, est aujourd’hui célèbre dans le monde entier : les autorités américaines y ont en effet installé une prison pour les combattants « irréguliers » capturés en Afghanistan après les attentats du 11 septembre 2001. En agissant ainsi, elles privaient ces prisonniers des garanties juridiques dues aux prisonniers de guerre comme celles dont bénéficie n’importe quel prisonnier sur le territoire américain. Malgré un certain nombre de libérations, plus de 450 personnes y sont détenues depuis plus de quatre ans sans procès. Le réalisateur britannique Michael Winterbottom s’est attaché à reconstituer l’équipée dramatique de trois d’entre eux, récemment libérés après un séjour forcé de plus de deux ans à Guantanamo. Partis de Grande-Bretagne au Pakistan pour assister au mariage d’un ami, ils sont passés en Afghanistan où, au terme d’un périple éprouvant, ils sont arrêtés par l’armée américaine. Après des semaines de détention, ils seront expédiés en avion à Guantanamo. Mais, si les autorités militaires doivent bien constater l’absence de charges réelles, aucune libération n’est en vue…

Mélangeant interviews et reconstitution avec des acteurs, ce film explore les limites du documentaire. Si le cinéaste a choisi de rapporter uniquement le point de vue des prisonniers, ce parti pris loin d’être malhonnête permet de prendre la mesure de l’arbitraire dont ils ont été victimes. Pour les autorités américaines, il ne semble plus y avoir la moindre présomption d’innocence en matière de terrorisme. En cela, si le film mérite discussion, il constitue un cri d’alarme indispensable en faveur du respect des droits démocratiques de tout un chacun.

  • A partir de 15 ans
  • Du 9 au 21 novembre
  • Dossier disponible début novembre
  • Débats avec Amnesty International
Des aspects à exploiter
• Fiction et documentaire
• Terrorisme et droits de l’homme
• Quelles « limites » en démocratie ?

La mystérieuse mademoiselle C

La mystérieuse mademoiselle C
  • PRIMAIRE
  • De Richard Ciupka
  • Canada (Québec), 2002, 1h48

La classe de 6ème D est la honte de l’école Sainte-Cécile. Débarque Mademoiselle Charlotte, un personnage fantasque qui va faire le pari de remettre tout le monde à niveau. Elle parvient, entre autres, à transmettre aux enfants son goût pour la lecture, en faisant revivre dans une vieille chapelle une bibliothèque...

A travers l’excentricité de Mademoiselle C, ce film soulève des questions comme la confiance en soi, les réactions face aux épreuves de la vie et des carences affectives. Il invite également à une réflexion sur les méthodes d’apprentissage et l’importance de la lecture dans l’épanouissement personnel.

  • A partir de 8 ans
  • Du 9 au 21 novembre
  • Dossier pédagogique disponible
  • Partenariat avec le Mundaneum
Des aspects à exploiter
• Méthodes d’apprentissage
• Lire, s’évader, affronter la réalité
• Se sentir différent

[Retour en haut de la page]

Le nom de la rose

Le nom de la rose
  • SECONDAIRE
  • De Jean-Jacques Annaud
  • France/Italie/Allemagne, 1986, 2h10

Au 14e siècle, dans une abbaye bénédictine, des moines meurent mystérieusement. Un franciscain, Guillaume de Baskerville, est chargé de mener l'enquête... Mais il est des secrets qui feraient mieux de rester scellés, surtout à l’époque où l’Inquisition fait brûler les hérétiques.

A mille lieues du falot Da Vinci Code, Le Nom de la rose est, lui, un film spectaculaire qui mêle une intrigue policière sur fond historique crédible et bien documentée. Cette copie sortie à titre exceptionnel de la cinémathèque vaudra la peine d’être découverte par les étudiants sur grand écran.

  • A partir de 13 ans
  • Du 9 au 21 novembre
  • Dossier pédagogique disponible
  • Partenariat avec le Mundaneum
Des aspects à exploiter
• Les abbayes au Moyen Age
• Le livre à travers les siècles
• La censure

Le chien jaune de Mongolie

Le chien jaune de Mongolie
  • PRIMAIRE
  • de Byambasuren Davaa
  • Allemagne/Mongolie, 2005, 1 h 33, version française

La réalisatrice d’origine mongole Byambasuren Davaa a une nouvelle fois planté sa caméra — après « L’histoire du chameau qui pleure » —sur les hauts plateaux de son pays natal. L’histoire se déroule dans une yourte d’éleveurs nomades, dans une région isolée à l’écart apparemment de la vie moderne. C’est là que revient la jeune Nansal, une fillette de six ans après l’année scolaire. Elle trouve bientôt un chien perdu qui devient son meilleur ami. Mais ses parents ne veulent pas de cet animal qui est censé porter malheur…

Le « chien jaune » du titre n’est pas celui de la petite fille mais appartient à une légende que racontent les vieilles femmes au cours des veillées. Le film joue ainsi sur plusieurs dimensions, le conte traditionnel et la vie réelle, le passé qui semble immuable et un présent qui se transforme pourtant lentement, la culture ancestrale de ces populations nomades et l’avenir de leurs enfants qui semblent devoir partir à la découverte de nouveaux mondes. L’aspect semi-documentaire de ce film retiendra d’abord l’attention des jeunes spectateurs à qui il fera découvrir un mode de vie — celui des nomades — largement méconnu. On admirera notamment le démontage d’une yourte à la fois très belle et très astucieusement construite. La dimension de conte à la fois traditionnel et réactualisé plaira également aux enfants par sa dimension profondément humaine.

  • A partir de 7 ans
  • Du 16 au 28 novembre
  • Dossier disponible début octobre
Des aspects à exploiter
• La Mongolie : histoire et géographie
• Vie traditionnelle / vie moderne
• Qu’est-ce qu’un conte ?

Babel

Babel
  • SECONDAIRE
  • de Alejandro González Iñárritu
  • USA, 2006, 2 h 23, v. o. sous-titrée

Dans le désert marocain retentit un coup de feu. Il va déclencher une série d’événements qui vont impliquer un couple de touristes américains au bord du naufrage, deux jeunes Marocains gardiens de chèvres, une nourrice mexicaine qui voyage illégalement avec deux enfants américains, et une adolescente japonaise rebelle dont le père est recherché par la police à Tokyo. Séparés géographiquement et culturellement, ces quatre groupes de personnes vont pourtant croiser de façon souterraine les fils de leurs destinées.

Alejandro Iñárritu est un jeune cinéaste mexicain dont le talent s’est déjà bien affirmé avec ses réalisations précédentes, « 21 grammes » et « Amours chiennes ». On retrouve dans son nouveau film « Babel » — Prix de la mise en scène à Cannes 2006 — son étonnante capacité narrative à mêler des histoires différentes par des liens subtils et inattendus. Au-delà de cette habileté, « Babel » retiendra l’attention des enseignants et des jeunes spectateurs par la richesse de ses thèmes : comme son titre l’indique, il aborde le problème de la différence et de l’incompréhension entre les hommes et leurs cultures. Il traite en particulier de la peur de « l’autre » qui semble gagner nos civilisations à mesure que progresse la mondialisation économique et sociale.

  • A partir de 15 ans
  • Du 16 novembre à fin janvier
  • Dossier disponible mi-février
Des aspects à exploiter
• La construction du film
• Ici et ailleurs, le « choc » des cultures
• La « mondialisation » : danger ou espoir ?

[Retour en haut de la page]

L’enfant au grelot

L’enfant au grelot
  • MATERNEL
  • De Jacques-Rémy Girerd
  • France, 1998, 45 min.

Après une tempête de neige, un bébé abandonné est retrouvé par un facteur au milieu de la forêt. Il tient, serré dans sa main, un curieux grelot. L’enfant, Charlie, grandit dans le petit orphelinat de Madame Rose. Il se confie souvent à son jouet fétiche et essaie de percer le mystère de ses origines. Quelques jours avant Noël, Charlie accompagne le facteur, son meilleur ami, pour apporter les lettres des enfants au Père Noël...

Avant « La prophétie des grenouilles », Jacques-Rémy Girerd avait déjà créé un superbe dessin animé à l’attention des plus petits, qui vaut la peine d’être redécouvert. « L’enfant au grelot » est en effet un chatoiement de couleurs délicates et une succession de merveilleuses scènes habitées par des personnages tendres. L’originalité du dessin et la beauté du graphisme proche de l’aquarelle porte une histoire simple et touchante. Ce moyen métrage est accompagné de trois petits films tout aussi réjouissants.

  • De 3 à 6 ans
  • Du 30 novembre au 22 décembre
  • Dossier pédagogique disponible
Des aspects à exploiter
• Se souvenir de l’histoire
• Dessiner des personnages
• Observer les couleurs

Franz et le chef d’orchestre

Franz et le chef d’orchestre
  • MATERNEL / PRIMAIRE
  • De Uzi Geffenblad et Lotta Geffenblad
  • Suède, 2005, 46 mn

Le petit Franz accompagne son père chef d’orchestre à une colonie musicale d’été. Il aimerait jouer d’un instrument mais il est encore trop jeune. C’est pourtant lui qui, pour sauver le concert, viendra au secours du soliste que les autres enfants ont surnommé « gros lard ». Ce conte fera découvrir aux jeunes élèves l’univers d’un orchestre musical. Mais c’est avant tout une histoire proche de leur vie quotidienne, avec les moqueries qu’on lâche dans la cour de récré, parce que l’un a des lunettes, l’autre des oreilles décollées ou est trop gros.

Les réalisateurs ont choisi pour rendre ces sentiments un style de mise en scène qui mélange de façon étonnante réalisme et caricature. Franz est un petit garçon joufflu aux cheveux roux tandis que son papa une espèce de distrait à lunettes et à moitié chauve. Et les autres personnages sont caractérisés par des physionomies tout aussi expressives et aussi peu idéalisées. La technique utilisée qui mélange matériaux de récup’ et photographies découpées souligne d’ailleurs ce style visuel particulièrement original au plus haut point éloigné de l’animation lisse que produisent aujourd’hui les ordinateurs.

Voilà donc une leçon musicale et une leçon de tolérance que nous espérons faire découvrir avec plaisir aux jeunes enfants… ainsi qu’à leurs instituteurs et institutrices.

  • De 5 à 8 ans
  • Du 30 novembre au 23 janvier
  • Dossier disponible mi-novembre
  • Atelier créatif en janvier
Des aspects à exploiter
• Musique et orchestre
• La leçon du film : tolérance et camaraderie
• La conception originale des décors et personnages

[Retour en haut de la page]

L’incomparable Mademoiselle C

L’incomparable Mademoiselle C
  • PRIMAIRE
  • de Richard Ciupka
  • Canada (Québec), 2004, 1 h 43

L’étonnante mademoiselle Charlotte avec son chapeau loufoque et ses bottines bleues surgit à l’improviste dans un quartier tristounet d’une grande ville du Québec pour y insuffler un peu de fantaisie et de joie de vivre. Elle va d’abord jouer le rôle de factrice, ce qui lui permettra de faire la connaissance des différents habitants du quartier, avant de contrecarrer les sinistres projets immobiliers d’un véreux propriétaire de casinos.

Humour, légèreté, joyeux non-sens, bonne humeur, voilà les qualités de mademoiselle Charlotte qui semble un ingrédient indispensable pour mettre du « spling » (selon son expression) dans une vie moderne bien morose. Les aventures où elle entraîne une ribambelle d’enfants et de jeunes adolescents ont ainsi la saveur des contes et des bandes dessinées. Au-delà de son aspect distrayant, "L’Incomparable Mlle C » pose des questions importantes sur nos valeurs de vie : qu’est-ce qui fait — ou ne fait pas — la richesse des relations humaines ? Quelle place l’argent doit-il avoir dans notre vie ? Quels sont le sens et le but de l’éducation ? Le film plaira donc à un large public d’enfants tout en faisant résonner en eux des préoccupations importantes.

  • De 8 à 12 ans
  • Du 30 novembre au 22 décembre
  • Dossier disponible début janvier
Des aspects à exploiter
• L’histoire du film
• Mademoiselle Charlotte, un drôle de personnage
• Amour, amitié, quelle différence, quelle importance ?

La planète blanche

La planète blanche
  • PRIMAIRE
  • de Thierry Piantanida et Thierry Ragobert
  • France/Canada, 2005, 1 h 24

Au-delà de quelques clichés tels que es ours blancs, la banquise et les phoques, que savons-nous vraiment du continent arctique? C’est le grand mérite de ce documentaire de faire percevoir cet immense espace comme un écosystème avec ses équilibres et ses rythmes propres. La vie y a pris de multiples formes souvent étonnantes, mais toutes liées les unes aux autres. Et si les cinéastes n’insistent pas lourdement sur les menaces qui pèsent aujourd’hui sur cette région, les conséquences néfastes du réchauffement climatique sont bien sûr présentes à l’issue de leur réflexion. En même temps, les documentaristes ont voulu rendre compte de la beauté fascinante de ce continent à la fois austère et troublant. Les images sont spectaculaires, souvent émouvantes, parfois comiques et rythmées par la musique dynamique de Bruno Coulais.

Encore une fois, le cinéma a le pouvoir étonnant de nous faire percevoir en images tout un monde qui sans cela resterait pratiquement inconnu : il a d’ailleurs fallu trois ans de tournage aux cinéastes pour rassembler ces milliers d’images qui révèleront aux jeunes spectateurs cet univers sans commune mesure avec le nôtre.

  • A partir de 8 ans
  • Du 11 au 23 janvier
  • Dossier disponible mi-novembre
Des aspects à exploiter
• L’océan arctique : géographie, faune et flore
• Qu’est-ce qu’un écosystème ?
• Apprécier le cinéma documentaire

La mouette et le chat

La mouette et le chat
  • MATERNEL / PRIMAIRE
  • De Enzo d’Alo
  • Italie, 1999, 1h20, version française

Une mouette empoisonnée par le pétrole d’une marée noire atterrit dans un jardin. Juste avant de mourir, elle pond un oeuf qu’elle confie à Zorba, un chat qui passait par là. Elle lui fait promettre trois choses : qu’il ne mange pas l’oeuf, qu’il s’occupe du bébé et qu’il lui apprenne à voler. Attendri, Zorba promet et... se met à couver, vaguement mal à l’aise, surtout vis-à-vis de ses compagnons matous ! C’est sous le regard ému et étonné de son papa adoptif que naît Félicité, la petite mouette qui se prend pour un chat. Tout en apprenant à découvrir sa propre nature, Félicité donne le meilleur d’elle-même pour aider ses amis à combattre les rats, décidés à prendre le pouvoir de force...

Inspirée de l’oeuvre de l’écrivain Sepulveda, cette fable parle de l’apprentissage, de la connaissance de soi, du respect des autres et de l’acceptation de la différence. C’est avec beaucoup d’humour, de tendresse et de poésie qu’Enzo d’Alo distille ces leçons d’humilité et de tolérance, sans démonstration ni didactisme. Cette fraîcheur et cette simplicité passent par son style original et adapté aux jeune enfants.

  • De 5- 6 ans à 11 ans
  • Du 18 au 30 janvier
  • Dossier pédagogique disponible
  • Atelier lecture
Des aspects à exploiter :
• Les animaux et nous
• La solidarité
• Un beau dessin animé

[Retour en haut de la page]

Congo river

Congo river
  • SECONDAIRE
  • de Thierry Michel
  • Belgique, 2005, 2 h 00

Thierry Michel est depuis plusieurs années attiré par le Congo — il a notamment réalisé "Mobutu roi du Zaïre", resté dans les mémoires. Cette fois il a entrepris un voyage au cœur de l'Afrique en remontant le fleuve Congo sur les traces d’anciens explorateurs comme Stanley. Mais le regard de l’homme blanc a changé et, ce qui intéresse le cinéaste, c’est d’abord la vie de tout un peuple aux abords du fleuve Congo. Sur les berges, les images égrènent les joies et les souffrances de ces populations, les fêtes et les cérémonies qui rythment leur existence. Thierry Michel espère ainsi montrer qu’au-delà des ténèbres et de l’histoire tragique et violente de ce pays, il y a aussi et le bonheur, et l'espoir, celui des rituels, des chants et des danses.

La Belgique, petit pays prospère, a un rapport particulier avec le Congo, immense pays dont elle fut, presque malgré elle (ce fut une décision quasi personnelle du roi Léopold II), le colonisateur. Aujourd’hui, il est sans doute temps pour les Belges - jeunes et moins jeunes - de dépasser les clichés et les préjugés pour découvrir des populations qui ne peuvent laisser indifférents (signalons à ce propos que la guerre qui a déchiré le pays entre 1998 et 2002 a sans doute fait plus d’un million et demi de victimes, directes ou indirectes, dans l’indifférence générale de l’opinion internationale). Le film de Thierry Michel contribuera certainement à cette prise de conscience, même si son point de vue nécessairement partiel mérite également d’être interrogé.

  • A partir de 15 ans
  • Du 18 au 30 janvier
  • Dossier disponible mi-novembre
Des aspects à exploiter
• Le Congo, histoire et géographie
• L’Afrique, un continent oublié ?
• Quel regard documentaire ?

Billy Elliot

Billy Elliot
  • SECONDAIRE
  • De Stephen Daldry
  • Grande-Bretagne, 2000, 1h45, version française

Billy Elliot, jeune gamin du Nord de l’Angleterre, va participer sans vraiment le vouloir à un cours de ballet donné dans la salle polyvalente du village où il apprend la boxe. Son professeur lui découvre un certain talent et l’encourage à poursuivre. Or, dans un milieu rude et très masculin, c’est pour le moins mal vu. Le frère et le père de Billy, mineurs grévistes, ne vont pas tarder à lui faire comprendre...

Contexte économique déplorable et société en crise sont des thèmes auxquels excellent les cinéastes britanniques. Néanmoins, « Billy Elliot » sort vraiment du lot en regorgeant de grâce et de fantaisie. Sensible et féerique, on n’a pas résisté à faire partager la passion de Billy à une nouvelle génération d’étudiants.

  • A partir de 11 ans
  • Du 25 au 30 janvier
  • Dossier pédagogique disponible
Des aspects à exploiter
• Les choix de l’adolescence
• Les confrontations ados-adultes
• Sports de filles/sports de garçons ?

Zaïna, cavalière de l’Atlas

Zaïna, cavalière de l’Atlas
  • PRIMAIRE
  • de Bourlem Guerdjou
  • France/Maroc, 2005, 1 h 40, version française

L’histoire se passe dans la région de l’Atlas : Zaïna, une petite fille de onze ans, qui a vécu jusque-là avec sa mère, rencontre son véritable père qui ne la connaît pas. Tous deux vont alors se rendre à l’Agdal, une célèbre course de chevaux qui a lieu chaque année à Marrakech. Mais pour cela, ils vont d’abord devoir traverser les montagnes de l’Atlas et apprendre à mieux se connaître.

Film d’aventures, mais aussi film d’amour entre un père et sa fille, « Zaïna » est surtout le beau portrait d’une jeune fille aussi courageuse que décidée. La musique et la beauté des paysages contribuent à emporter le spectateur dans cette superbe course de chevaux . Avec une fillette comme héroïne, le film de Bourlem Guerdjou est un plaidoyer contre les préjugés sexistes. En même temps, il fera découvrir aux jeunes spectateurs des régions et des populations attachantes. Cette découverte sera également l’occasion de s’interroger, au-delà des préjugés, sur les différences de cultures et de civilisations.

  • A partir de 8 ans
  • Du 1er au 9 février
  • Dossier disponible mi-novembre
Des aspects à exploiter
• Le Maghreb, géographie et civilisation
• Les chevaux, des animaux fascinants
• Filles/garçons : différents ?

Fast food nation

Fast food nation
  • SECONDAIRE
  • de Richard Linklater
  • G-B/ USA, 2006, 1 h 44, v. o. sous-titrée

Don Henderson est cadre au siège de la chaîne des Mickey's Fast Food Restaurants, et de la viande contaminée a été découverte dans les stocks de steaks surgelés du fameux « Big One », le hamburger vedette de la marque. Don doit découvrir comment cela s'est produit. Quittant les confortables bureaux de la société en Californie du Sud, il va découvrir les abattoirs et leurs employés immigrés, les élevages surpeuplés et les centres commerciaux de l'Amérique moyenne…

Le film de Richard Linklater aborde ainsi les effets économiques et sociaux de la restauration rapide, en décrivant notamment les conditions de travail, les conséquences environnementales mais également la dégradation de tout un mode de vie où le profit seul domine. À travers l’exemple de la restauration rapide, le film pose ainsi des questions importantes sur notre société et son organisation. Il permet également de comprendre les relations complexes qui se nouent souvent de façon invisible entre un mode de consommation et un mode de production de masse, entre des centres de décisions et les lieux de travail éloignés, entre le Sud et le Nord… Vraie fiction mais avec un arrière-plan documentaire évident, « Fast Food Nation » percute le cinéma contestataire américain, en plein renouveau depuis quelques années.

  • A partir de 15 ans
  • Dossier disponible mi-janvier
Des aspects à exploiter
• Modèle de consommation / mode de production
• Les rapports Nord/Sud
• Élevage et écologie
• Que mange-t-on après le film ?

[Retour en haut de la page]

Iedereen beroemd !

Iedereen beroemd !
  • SECONDAIRE
  • De Dominique Deruddere
  • Belgique, 2000, 1h37, v.o. néerl. ss-titrée

Qui n’a pas rêvé un jour de devenir célèbre ? C’est le cas de Jean qui, tous les week-end, pousse sa fille de 17 ans à chanter dans les kermesses et foires au boudin. Mais, pour percer, il ne faut pas qu’une belle voix, le physique compte beaucoup. Un coup du destin va cependant lancer Jean dans un projet complètement fou...

« Ne vous souciez pas d’être remarqué, cherchez plutôt à faire quelque chose de remarquable » est la leçon confucéenne à tirer de ce petit bijou d’humour. D’humour et même de franche rigolade par la caricature du monde de la télévision et l’absurde du quotidien. Sur un fond social paradoxalement dur, cette comédie humaine au savoureux accent flamand vaut la peine d’être redécouverte.

  • A partir de 13 ans
  • Du 1er au 6 mars
  • Dossier pédagogique disponible
Des aspects à exploiter
• Le rôle des médias
• Les relations père-fille
• Le talent et l’estime de soi.

Le poulain

Le poulain
  • PRIMAIRE
  • un film d’Olivier Ringer
  • Belgique, 2006, 1 h 30

Les scénaristes du Poulain, Olivier Ringer et son frère Yves, ont choisi un décor inhabituel pour leur histoire puisqu’elle se déroule dans les Ardennes belges où travaillent bûcherons et débardeurs. Dans ces forêts vallonnées, le cheval de trait est toujours indispensable, mais il exige de ses maîtres compréhension et sympathie avec l’animal. C’est ce dont est dépourvu le jeune Eddy, le fils du patron chargé de la coupe des bois. Victime d’un accident, il accuse la jument Mirabelle d’être incontrôlable et convainc son père de la revendre alors qu’elle a encore un jeune poulain à nourrir. Malgré la résistance du vieux palefrenier Julien, Mirabelle sera séparée de Pom mais elle tentera tout pour le retrouver…

Cette histoire de chevaux séduira les enfants du primaire à qui elle fera sans doute découvrir un monde rural méconnu ainsi que la beauté des paysages ardennais. On soulignera également la dimension d’apprentissage de ce conte qui voit un adolescent arrogant méconnaître tous les conseils de ses aînés. Ce sera également l’occasion de réfléchir sur les équilibres écologiques et le rôle que peuvent encore jouer aujourd’hui des animaux comme les chevaux de trait ardennais.

  • De 7 à 11 ans
  • Du 8 au 20 mars
  • Dossier disponible fin février
Des aspects à exploiter
• Histoire et géographie des Ardennes
• Les animaux domestiques et nous
• Le film et son histoire

[Retour en haut de la page]

La légende du cavalier sans tête

La légende du cavalier sans tête
  • SECONDAIRE
  • De Tim Burton
  • USA, 1999, 1h45, version française

En 1799, dans une petite bourgade en Nouvelle-Angleterre (sur la côte est des Etats-Unis), un jeune enquêteur new-yorkais est chargé de résoudre une série de meurtres mystérieux récemment commis par un cavalier sans tête ! Mais Ichabod Crane (Johnny Depp), rationaliste convaincu, ne croit pas à cette histoire de revenants, à l'aube du siècle nouveau qui doit voir le triomphe de la science et de l'expérimentation...

Dans le cadre du partenariat avec le Festival Fantastique de Bruxelles, nous proposons aux étudiants de découvrir un classique de ce genre, très prisé par les adolescents. Tim Burton (« Edward aux mains d'argent », «Mars attack ! ») y excelle bien entendu, notamment dans ce film aux décors crépusculaires et énigmatiques, qui oscille entre le réel et le surnaturel, avec quelques pointes d'humour.

  • A partir de 14 ans
  • Du 22 au 27 mars
  • Dossier pédagogique disponible
Des aspects à exploiter
• Le genre fantastique
• Créer une atmosphère

Les contes de la mère poule

Les contes de la mère poule
  • MATERNEL
  • trois films d’animation de Farkhondeh Torabi, Morteza Ahadi Sarkani et Vajiolah Fard-e-Moghadam
  • Iran, 2001, 46 mn, sans parole

Voici trois petits films d’animation spécialement destinés aux jeunes enfants de maternelle. Inspirés des traditions persanes, leur simplicité et beauté les rendent accessibles aux spectateurs du monde entier.

Le Poisson arc-en-ciel se croit le plus beau du monde. Mais une mésaventure inattendue l’obligera à se rapprocher des autres poissons.

Shangoul et Mangoul est une histoire traditionnelle de méchant loup : celui-ci veut tromper les chevreaux pour les manger pendant l’absence de leur mère.

Lili Hosak raconte les mésaventures d’un poussin tombé à l’eau : pour le sauver, ses parents devront faire appel aux animaux alentour.

Ces petits films feront découvrir aux enfants un style d’animation particulièrement original qui utilise papiers découpés mais également tissus multicolores pour donner vie à ses créatures.

  • A partir de 2 ans
  • Du 22 mars au 24 avril
  • Dossier disponible fin février
Des aspects à exploiter
• Se souvenir des histoires
• Exprimer ses émotions
• Créer un personnage en papier ou en tissu
• L’Iran, un pays à découvrir en images et en saveur

Le dictateur

Le dictateur
  • PRIMAIRE / SECONDAIRE
  • de Charles Chaplin
  • USA, 1940, 2 h 05, version française

Réalisé au tout début de la seconde guerre mondiale, « Le dictateur » n’a rien perdu de sa clairvoyance ni de son audace. À travers le portrait féroce de Hynkel, le dictateur mégalomane de Tomania, Chaplin dénonçait clairement l’antisémitisme haineux de Hitler et refusait de pactiser avec lui, appelant tous les démocrates à ne pas perdre espoir devant sa folie guerrière et raciste.

En combinant le rire et le sérieux, le burlesque et la volonté de dénoncer la haine, en utilisant surtout l’actualité la plus immédiate alors que personne ne pouvait alors prévoir l’issue de la guerre, le cinéaste a pleinement réussi son pari, et « Le dictateur » reste aujourd’hui encore une des charges les plus brillantes contre le nazisme.

  • A partir de 10 ans
  • Du 3 au 8 mai
  • Dossier pédagogique disponible
Des aspects à exploiter
• Hitler et le nazisme
• Chaplin cinéaste

Sophie Scholl

Sophie Scholl
  • SECONDAIRE
  • de Marc Rothemund,
  • Allemagne, 2005, 1 h 57, v.o. sous-titrée

En 1942, la majorité des Allemands soutenaient encore la politique nazie malgré l’ombre de la défaite de Stalingrad. C’est dans ce climat de fanatisme qu’un groupe d’étudiants de Münich, qui a pris le nom de « la Rose Blanche », osera diffuser des tracts appelant à la résistance contre la politique hitlérienne. Ne disposant que de moyens dérisoires, ils parviendront à réaliser six tracts qui seront envoyés par la poste à des destinataires susceptibles de relayer leur message et d’influer sur l’opinion publique. Lorsqu’ils imprimeront le sixième tract en février 43, deux d’entre eux, Sophie Scholl et son frère Hans décideront de distribuer les exemplaires en surnombre à l’Université de Münich. C’est là qu’ils seront arrêtés et livrés à la police politique, la Gestapo. Si Hitler répétait constamment dans ses discours les mots « liberté et honneur », ce sont ces quelques jeunes gens qui, pratiquement seuls, ont véritablement incarné ces valeurs en Allemagne à cette époque.

Sans hagiographie, le cinéaste Marc Rothemund a retracé les derniers jours de Sophie Scholl, confrontée à la répression policière. Il a disposé pour cela d’un document exceptionnel, les procès-verbaux des interrogatoires de la Gestapo. Tout en retenue, le film retrace la confrontation entre cette jeune fille aussi déterminée que courageuse et les policiers puis les juges qui l’ont interrogée.

  • A partir de 13 ans
  • Du 3 au 8 mai
  • Dossier disponible début mars
Quelques aspects du film à exploiter
• Le nazisme : le soutien du peuple allemand et les formes de résistance
• Quelles valeurs défendre hier et aujourd’hui ?
• Comment mettre en scène un personnage historique ?

Pour toute information sur ces séances et les films programmés ci-dessus, n'hésitez pas à nous contacter.

[Retour en haut de la page]

Copyright © Plaza Art

rue de Nimy, 12 - 7000 Mons - +32 (0)65 351 544

Creation site: MilkyWeb

A l'affiche aujourd'hui

Affiche
  • Chez nous

    de Lucas Belvaux

  • Citoyen d’honneur

    de Mariano Cohn & Gastón Duprat

  • Enfants du hasard

    de Thierry Michel et Pascal Colson

  • La colère d'un homme patient

    de Raul Arevalo

  • La jeune fille et son aigle

    de Daisy Ridley

  • La vallée des loups

    de Jean-Michel Bertrand

  • Lady Macbeth

    de William Oldroyd

  • L’autre côté de l’espoir

    de Aki Kaurismäki

  • Orpheline

    de Arnaud des Pallières

  • Sprakeloos

    de Hilde Van Mieghem

  • The Lost City of Z

    de James Gray

  • Your Name (VO)

    de Makoto Shinkai